Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 10:26

La Cour de Justice indienne vient de lever le mandat d'interdiction du tourisme dans les réserves de tigres. Face au débat houleux qui oppose les conservateurs radicaux et les investisseurs du tourisme, les autorités locales semblent avoir opté pour l'éco-tourisme responsable.

La levée du mandat d’interdiction de tourisme au cœur des réserves de protection des tigres

Ce mardi 16 octobre, La cour de Justice indienne a levé l’interdiction de tourisme qui avait été imposée en Juillet 2012 dans 41 réserves de tigres.

Cette décision fait suite à l’annonce de nouvelles directives émises par l’Autorité Nationale de Protection du Tigre et destinées à mieux protéger ce félin. Il en ressort qu’aucune nouvelle infrastructure touristique ne pourra être créée et que tous les complexes hôteliers déjà existants devront progressivement s’éloigner du coeur même de l’habitat des tigres. Il faut savoir que la plupart des réserves naturelles en Inde sont divisées entre des zones principales, considérées comme « le cœur de la réserve » et des zones “tampon”, qui entourent la réserve de tigres à une distance de 10 Km.

La Cour Suprême de Justice a également déclaré que les Etats étaient libres de contester les nouvelles règles et d’en discuter avec les autorités centrales.

Un bras de fer entre les conservateurs radicaux et les investisseurs du tourisme. La solution : l’éco-tourisme?

Les autorités indiennes prises en tenaille entre les partisans de l’abolition du tourisme du tigre et les investisseurs hôteliers, ont opté pour une solution d’écotourisme responsable.

Il faut savoir qu’un véritable business s’est développé en Inde autour des parcs naturels et que ces derniers accueilleraient entre 180,000 et 220,000 touristes indiens et étrangers par an. La fermeture des réserves de tigres aux touristes en juillet 2012 a effectivement eu un impact économique néfaste, affectant les hôtels et autres établissements d’hébergement étatiques. Dans ce contexte, on comprendra que l’Etat indien ait fait « marche arrière » par rapport au mandat d’interdiction et ait opté pour un tourisme vert et restrictif.

Par ailleurs, selon la majorité des défenseurs de la nature, la limitation du tourisme dans les zones « tampon » des parcs mènerait tout droit au désastre car il créerait du chômage pour les locaux employés par ce business et augmenterait la tentation de braconnage. Ils pensent également qu’un éco-tourisme responsable permettrait de sensibiliser le public international et national à l’importance de la protection du tigre et qu’il n’aurait pas de sens si l’accès était interdit au coeur même des réserves naturelles où on peut le mieux observer les félins.

Les plus radicaux veulent que les tigres soient protégés du tourisme et du braconnage avec la même ampleur. Selon eux, l’accès des touristes au coeur des réserves dérange les tigres et participe à la diminution du nombre de naissances des félins. Ils pensent également que les complexes hôteliers amoindrissent le territoire de vie des tigres et draine beaucoup d’eau, entraînant une diminution du gibier, ces proies potentielles des prédateurs.

Les menaces qui pèsent sur le tigre

D’abord fortement chassé, le tigre est aujourd’hui menacé par trois types de menace:
(1) Le braconnage tout d'abord, qui constitue le danger le plus imminent que doivent subir les tigres. Ils sont chassés pour leur peau, leurs os, leurs dents : un tigre mort rapporte en effet plusieurs dizaines de milliers d'euros. La demande en dépouilles de tigres reste très importante; celle-ci est basée sur une superstition chinoise, liée à la force et la puissance de cet animal. 
(2) La réduction de son habitat due à la démographie galopante des pays asiatiques constitue le deuxième type de menace que subissent les tigres. Les hommes recherchent du bois dans la forêt, des pâturages pour leurs troupeaux... et cela empiète sur le territoire du tigre, un espace qui va de 25km² pour les femelles à plusieurs centaines de km² pour les mâles. (3) La troisième menace concerne la diminution des proies. Chaque tigre consomme en moyenne une cinquantaine de grands mammifères par an : cerfs, daims, etc... La pression démographique contribue là encore à la disparition de ces animaux, qui stressés, se reproduisent moins, sont plus vulnérables. En fait, toute une chaîne est perturbée par cette pression démographique.

Quelques chiffres

Il y a un siècle, environ 100 000 tigres vivaient en Asie, dont 40.000 en Inde. Ils sont aujourd'hui moins de 4 000 à l'état sauvage. La plupart ne survivent que dans des zones protégées. Aujourd'hui, les derniers tigres ne vivent plus que dans quatorze pays : l'Inde, le Népal, le Bhoutan, le Bangladesh, la Birmanie, le Laos, la Thaïlande, le Cambodge, la Malaisie, l'Indonésie (île de Sumatra), la Chine, la Russie et peut-être la Corée du Nord. C'est en Inde que les tigres sont les plus nombreux. Elle comptait 3700 tigres en 2002; 1411 tigres en 2006 et 1706 tigres en 2011.

Les solutions ?

Qu’elle soit proposée par les conservateurs radicaux, par les investisseurs du tourisme ou par les paysans, aucune solution n’est exhaustive. Il faudra donc trouver un juste équilibre entre l’écotourisme; l’implication croissante des populations locales en leur offrant des compensations financières lorsqu’elles sont touchées par les tigres ; une véritable lutte contre le braconnage et enfin, une surveillance constante de l’impact du tourisme sur la vie des tigres.

La solution sera complexe et ouvre la porte a bien des spéculations et débats, alors que la situation de survie des tigres appelle à l’urgence.

Partager cet article

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les Portes de l'Inde en Midi Pyrénées
  •  Les Portes de l'Inde en Midi Pyrénées
  • : Réseau artistique et culturel INDE en Midi Pyrénées Propose une photographie du paysage des associations, professionnels et amateurs en lien avec l'Inde. Création d'actions communes
  • Contact

Profil

  • Les-Portes-de-l-Inde
  • Le réseau culturel et artistique" Les Portes de l’Inde" regroupe des membres dont l'ambition est de préserver, protéger et promouvoir le patrimoine culturel, artistique et historique de l’Inde en Midi-Pyrénées.
  • Le réseau culturel et artistique" Les Portes de l’Inde" regroupe des membres dont l'ambition est de préserver, protéger et promouvoir le patrimoine culturel, artistique et historique de l’Inde en Midi-Pyrénées.