Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 17:14

 

 

zj49.jpg         Nataraja: Symbolisme du Shiva Dansant

Nataraja ou

Nataraj, la forme de Shiva dansant, est une synthèse symbolique des aspects les plus importants de l'hindouisme, et le résumé des principes fondamentaux de cette religion védique.

"Nataraj" Le terme signifie «Roi des danseurs» (sanscrit nata = danse; raja = roi).

 

L'origine de la forme Nataraj:

 

Une extraordinaire représentation iconographique du riche patrimoine culturel  si varié de l'Inde, a été développée dans le sud de l'Inde par des artistes IXème et Xème siècle au cours de la période Chola (880-1279 CE) par une série de belles sculptures en bronze. Au cours du  XIIème siècle, elle a atteint la stature canonique et bientôt le Nataraja Chola est devenu la représentation suprême de l'art hindou.

 

La Forme Vitale et le Symbolisme:

 

Dans une composition merveilleusement unifiée et dynamique exprimant le rythme et l'harmonie de la vie, Nataraj est représenté avec quatre bras représentent les quatre points cardinaux. Il danse, avec son pied gauche élégamment relevé et le pied droit sur une figure prostrée – “Apasmara Purusha “, la personnification de l'illusion et de l'ignorance sur lesquelles Shiva triomphe.

La main supérieure gauche tient une flamme, la main inférieure gauche pointe vers le bas vers un nain, qui est représenté avec un cobra.

La main supérieure droite tient un tambour sablier ou «dumroo» qui symbolise le, principe essentiel,  mâle-femelle , la partie inférieure esquisse un geste d'affirmation: ". Soyez sans crainte"

Les serpents dressé autour de Lui apparaissent comme s’enroulant autour de ses bras, de ses jambes, et de ses cheveux, comme s’ils étaient tressés et qu’ils le parait de bijoux.

Ses cheveux nattés tourbillonnent comme s’isl dansaient au milieu d'un arc de flammes représentant le cycle sans fin de la naissance et de la mort.

Sur sa tête est un crâne qui symbolise sa victoire sur la mort. La déesse Ganga, la quintessence de la rivière sacrée du Gange, se trouve aussi sur ses cheveux. Son troisième œil symbolise son omniscience, sa perspicacité et l'illumination. L'idole tout entière repose sur un piédestal de lotus, symbole des forces créatrices de l'univers.

 

L'importance de la danse de Shiva:

 

Cette danse cosmique de Shiva est appelé “Anandatandava", ce qui signifie la Danse de la Béatitude, et symbolise les cycles cosmiques de la création et de la destruction, ainsi que le rythme quotidien de la naissance et de la mort. La danse est une allégorie picturale des cinq principales manifestations de l'énergie éternelle - la création, la destruction, la conservation, le salut, et l'illusion.

Selon Coomerswamy, la danse de Shiva représente également ses cinq activités: “Shrishti “(création, évolution);'”sthiti “(conservation, soutien);”Samhara” (destruction, évolution); “Tirobhava”(l'illusion), et “Anugraha “(libération, émancipation, grâce).

Le caractère global de l'image est paradoxal, unissant la tranquillité intérieure, et l'activité extérieure de Shiva.

 

Une métaphore scientifique:

 

Fritzof Capra dans son article «La danse de Shiva: Le point de vue hindou à la question à la lumière de la physique moderne», et plus tard dans la Le Tao de la Physique relate magnifiquement la danse de Nataraj par la physique moderne. Il dit que «chaque particule subatomique exécute non seulement une danse de l'énergie, mais aussi une danse de l'énergie;. Un processus de pulsion de création et de destruction ... sans fin ... Pour les physiciens modernes, cette danse de Shiva est la danse de la matière subatomique . Comme dans  la mythologie hindoue, c'est la danse continuelle de la création et de la destruction impliquant le cosmos tout entier, la base de toute existence et de tous les phénomènes naturels ».

 

La statue Nataraj au CERN, à Genève:

 

En 2004, une statue de 2 m représentant la danse de Shiva a été dévoilée au CERN, le Centre Européen pour la Recherche en Physique des particules à Genève. Une plaque spéciale à côté de la statue de Shiva, explique l'importance de la métaphore de la danse cosmique de Shiva avec des citations de Capra: «Il ya des siècles, les artistes indiens ont créé des images visuelles de la danse Shivas dans une belle série de bronzes. A notre époque, les physiciens ont utilisé la technologie la plus avancée pour représenter les modèles de la danse cosmique. La métaphore de la danse cosmique unifie ainsi la mythologie antique, l'art religieux et la physique moderne. "

 

Pour résumer, voici un extrait d'un beau poème par Ruth Peel:

 

"La source de tout mouvement,

La danse de Shiva,

Donne le rythme à l'univers.

Il danse dans les lieux maléfiques,

Dans les sacrés,

Il crée et préserve,

Il détruit et Il rejète.

 

Nous faisons partie de cette danse

De ce rythme éternel,

Et malheur à nous si, aveuglés

Par les illusions,

Nous nous détachons

Du cosmos dansant,

Cette harmonie universelle ... "

                                            Nataraj: Symbolism of the ancing Shiva
Nataraja or Nataraj, the dancing form of Lord Shiva, is a symbolic synthesis of the most important aspects of Hinduism, and the summary of the central tenets of this Vedic religion. The term 'Nataraj' means 'King of Dancers' (Sanskrit nata = dance; raja = king). In the words of Ananda K. Coomaraswamy, Nataraj is the "clearest image of the activity of God which any art or religion can boast of…A more fluid and energetic representation of a moving figure than the dancing figure of Shiva can scarcely be found anywhere," (The Dance of Shiva)

The Origin of the Nataraj Form:

An extraordinary iconographic representation of the rich and diverse cultural heritage of India, it was developed in southern India by 9th and 10th century artists during the Chola period (880-1279 CE) in a series of beautiful bronze sculptures. By the 12th century AD, it achieved canonical stature and soon the Chola Nataraja became the supreme statement of Hindu art.

The Vital Form & Symbolism:

In a marvelously unified and dynamic composition expressing the rhythm and harmony of life, Nataraj is shown with four hands represent the cardinal directions. He is dancing, with his left foot elegantly raised and the right foot on a prostrate figure — 'Apasmara Purusha', the personification of illusion and ignorance over whom Shiva triumphs. The upper left hand holds a flame, the lower left hand points down to the dwarf, who is shown holding a cobra. The upper right hand holds an hourglass drum or 'dumroo' that stands for the male-female vital principle, the lower shows the gesture of assertion: "Be without fear."
Snakes that stand for egotism, are seen uncoiling from his arms, legs, and hair, which is braided and bejeweled. His matted locks are whirling as he dances within an arch of flames representing the endless cycle of birth and death. On his head is a skull, which symbolizes his conquest over death. Goddess Ganga, the epitome of the holy river Ganges, also sits on his hairdo. His third eye is symbolic of his omniscience, insight, and enlightenment. The whole idol rests on a lotus pedestal, the symbol of the creative forces of the universe.

The Significance of Shiva's Dance:

This cosmic dance of Shiva is called 'Anandatandava,' meaning the Dance of Bliss, and symbolizes the cosmic cycles of creation and destruction, as well as the daily rhythm of birth and death. The dance is a pictorial allegory of the five principle manifestations of eternal energy — creation, destruction, preservation, salvation, and illusion. According to Coomerswamy, the dance of Shiva also represents his five activities: 'Shrishti' (creation, evolution); 'Sthiti' (preservation, support); 'Samhara' (destruction, evolution); 'Tirobhava' (illusion); and 'Anugraha' (release, emancipation, grace).
The overall temper of the image is paradoxical, uniting the inner tranquility, and outside activity of Shiva.

A Scientific Metaphor:

Fritzof Caprain his article "The Dance of Shiva: The Hindu View of Matter in the Light of Modern Physics," and later in the The Tao of Physics beautifully relates Nataraj's dance with modern physics. He says that "every subatomic particle not only performs an energy dance, but also is an energy dance; a pulsating process of creation and destruction…without end…For the modern physicists, then Shiva's dance is the dance of subatomic matter. As in Hindu mythology, it is a continual dance of creation and destruction involving the whole cosmos; the basis of all existence and of all natural phenomena."

The Nataraj Statue at CERN, Geneva:

In 2004, a 2m statue of the dancing Shiva was unveiled at CERN, the European Center for Research in Particle Physics in Geneva. A special plaque next to the Shiva statue explains the significance of the metaphor of Shiva's cosmic dance with quotations from Capra: "Hundreds of years ago, Indian artists created visual images of dancing Shivas in a beautiful series of bronzes. In our time, physicists have used the most advanced technology to portray the patterns of the cosmic dance. The metaphor of the cosmic dance thus unifies ancient mythology, religious art and modern physics."

To sum up, here's an excerpt from a beautiful poem by Ruth Peel:

"The source of all movement,
Shiva's dance,
Gives rhythm to the universe.
He dances in evil places,
In sacred,
He creates and preserves,
Destroys and releases.

We are part of this dance
This eternal rhythm,
And woe to us if, blinded
By illusions,
We detach ourselves
From the dancing cosmos,
This universal harmony…"

Partager cet article

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Culture
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les Portes de l'Inde en Midi Pyrénées
  •  Les Portes de l'Inde en Midi Pyrénées
  • : Réseau artistique et culturel INDE en Midi Pyrénées Propose une photographie du paysage des associations, professionnels et amateurs en lien avec l'Inde. Création d'actions communes
  • Contact

Profil

  • Les-Portes-de-l-Inde
  • Le réseau culturel et artistique" Les Portes de l’Inde" regroupe des membres dont l'ambition est de préserver, protéger et promouvoir le patrimoine culturel, artistique et historique de l’Inde en Midi-Pyrénées.
  • Le réseau culturel et artistique" Les Portes de l’Inde" regroupe des membres dont l'ambition est de préserver, protéger et promouvoir le patrimoine culturel, artistique et historique de l’Inde en Midi-Pyrénées.