Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 juillet 2013 5 26 /07 /juillet /2013 17:42



LE MONDE | 25.07.2013 à 12h04 • Mis à jour le 25.07.2013 à 21h14 |Frédéric Bobin (New Delhi, correspondance)

 
 

Qu'en reste-t-il sept mois après ? L'Inde a-t-elle été changée par l'événement ? Peut-on parler d'un "avant" et d'un "après" ? Ce fameux et tragique 29 décembre 2012, qui a vu le décès, après treize jours d'agonie, d'une jeune étudiante de New Delhi à la suite d'un viol d'une extrême brutalité dans un bus de la capitale, a-t-il remué les consciences au point d'i mposer une nouvelle conception des droits des femmes ?
A l'heure où l'un des accusés – un mineur – du gang des violeurs doit passer en jugement, jeudi 25 juillet, devant un tribunal de New Delhi, première audience d'une série qui s'annonce longue, l'Inde s'interroge sur la portée d'un drame qui jeta dans les rues de la capitale des dizaines de milliers de personnes. Ce mouvement contre les violences faites aux femmes fut sans précédent dans les annales de l'Inde contemporaine. Cette agitation a-t-elle marqué un tournant, porteur d'évolutions sociétales, ou ne fut-elle qu'un feu de paille attisé par un battage médiatique tout aussi exceptionnel ?
A New Delhi, les militantes de la cause des femmes affichent une satisfaction prudente face à un débat qui suit son cours. "Nous craignions que l'i ntérêt se dissipe rapidement mais la discussion continue à l'école, à l'université, dans les médias, se félicite Urvashi Butalia, fondatrice de la maison d'édition féministe Zubaan. Il y a quand même un progrès même si on espérait beaucoup plus." "Ce drame a brisé le silence sur la question des viols et du harcèlement sexuel dont les Indiennes sont victimes", enchérit Vrinda Grover, avocate et également militante féministe.

L'acquis non négligeable de la grande mobilisation de décembre a été l'adoption en mars d'une nouvelle loi durcissant les sanctions pénales à l'encontre des auteurs de violences sexuelles. Un violeur encourra désormais une peine d'au moins 20 ans de prison et pouvant aller jusqu'à la perp&eacu te;tuité, voire la peine capitale en cas de récidive ou si la victime décède. Illustration de la nouvelle sévérité ambiante, les six auteurs du viol collectif d'une touriste suisse dans l'Etat du Madhya Pradesh ont été condamnés le 20 juillet à la prison à vie.
Cette nouvelle loi est largement inspirée par le rapport d'une commission d'experts, dirigée par le juge Jagdish Sharan Verma, dont les recommandations ont rencontré un large écho public. Le document stigmatise "les biais de genre" et "l'état d'esprit de la société" et appelle à des "changements systémiques dans l'éducation et les comportements sociétaux""Le rapport Verma dit explicitement ce que les associations de femmes é noncent depuis des années, commente Vrinda Grover. C'est bien la première fois qu'un rapport officiel reprend ces thèses."

UNE RÉALITÉ AMBIGUË
Le débat public et le nouvel arsenal législatif ont-ils contribué à modifier les comportements ? Les statistiques pointent une réalité ambiguë. Sur les six premiers mois de l'année, le nombre (806) de plaintes pour viol enregistrées à Delhi a doublé par rapport à 2012. L'évolution témoigne-t-elle d'une augmentation objective des viols (en dépit du mouvement social de décembre) ou plutôt d'une fréquence en hausse des dépôts de plainte (grâce au dit mouvement social) ?
Si la première hypothèse est difficile à étayer faute de statistiques fia bles sur les années précédentes, la seconde est tenue pour incontestable par de nombreux observateurs. "Les femmes désormais se dressent et vont se plaindre, souligne Vrinda Grover. Elles se sont débarrassées du poids de la culpabilité qui les paralysait jusqu'à présent." "L'accroissement de ce nombre de plaintes signifie que les femmes espèrent recevoir du système de l'attention et obtenir justice, ajoute l'éditrice Urvashi Butalia. Et cela est nouveau."

Dans le débat public qui a suivi le viol de décembre, certains hommes politiques conservateurs avaient tenté de ramener la question à une dimension purement sécuritaire. En somme, ils défendaient la nécessité pour les femmes d'être mieux "protég ées", une condescendance patriarcale qui impliquait une limitation de leurs libertés. Là aussi, la vive mobilisation des femmes contre de tels appels régressifs a témoigné d'un changement des comportements.
Pour preuve, la fréquentation en hausse des clubs d'autodéfense et d'arts martiaux, illustrant la volonté des femmes d'assurer elles-mêmes leur "protection". Six mois après, l'élan s'est essoufflé mais reste puissant. "La fréquentation de notre club par les femmes demeure supérieure à l'année 2012 même si l'engouement du début d'année s'est tassé six mois plus tard", témoigne Ankur Sharma, patron d'un club d'arts martiaux de Gurgaon, près de New Delhi.
Reste que les évolutions de la capitale ne se confirment pas nécessairement dans le tréfonds d'un pays-continent à la population d'1,2 milliard d'habitants et aux poches de pauvreté gigantesques. La violence sexuelle en Inde est inséparable de la stratification de la société, le viol étant souvent une manière pour les castes supérieures d'imposer leur puissance sociale."Les viols des femmes intouchables continuent d'être une pratique systémique dans notre pays", dénonce Vrinda Grover.
Ironie amère, l'anonymat de l'étudiante de New Delhi a peut-être été décisif dans la médiatisation de son martyre. "Chacun a pu se reconnaître dans cette jeune fille à l'agonie, analyse Vrinda Grover. Anonyme, elle n'appartenait plus à aucune communauté, à aucune caste. Les ge ns pouvaient se dire : "Elle pourrait être notre fille."" Le commentaire sonne en creux comme une implacable critique des préjugés sociaux qui continuent de caractériser l'Inde.
 
Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
commenter cet article
21 juillet 2013 7 21 /07 /juillet /2013 21:06

 

Les autorités indiennes ont annoncé lundi 15 juillet que près de 6.000 personnes portées disparues après les inondations qui ont frappé en juin le nord du pays étaient désormais présumées mortes.
5.748 personnes sont portées disparues et les procédures de compensation financière pour leurs familles vont débuter demain [mardi, NDLR] en présumant qu'elles sont mortes", a déclaré Vijay Bahuguna, le chef du gouvernement de l'Uttarakhand, l'Etat le plus sinistré.
Les autorités estimaient il y a quelques jours encore que certaines personnes portées disparues pourraient être rentrées chez elles ou avoir continué leur voyage sans informer les autorités qu'elles étaient saines et sauves.
Des corps flottant dans des rivières ont été découverts à des centaines de kilomètres de la zone inondée, soulignant la difficulté de retrouver les morts.
Intempéries dues à une mousson précoce
Le 15 juin, en pleine saison touristique dans le nord de l'Inde où les températures sont plus clémentes, les rivières en crue ont emporté maisons, immeubles, et même des villages entiers, et détruit plus de 1.000 ponts et des routes étroites menant à des sites de pèlerinage situés en altitude.
Des milliers de militaires avaient été mobilisés, aidés par des hélicoptères de l'armée impliqués dans l'évacuation de plus de 100.000 personnes bloquées par les intempéries dues à une mousson précoce.
Le gouvernement a promis de verser 500.000 roupies [environ 6.300 euros, NDLR] aux familles de chaque victime ayant péri dans les crues et les glissements de terrain dus à une mousson précoce.
Vijay Bahuguna a précisé que chaque Etat indien prendrait en charge l'indemnisation de ses résidents. "Un total de 924 disparus et présumés morts viennent de l'Uttarakhand et leurs familles recevront des compensations des fonds de l'Etat", a-t-il dit.

Ecosystème menacé
L'Uttarakhand, surnommé "Terre des dieux" pour les nombreux lieux sacrés qu'il abrite, va également débloquer 500.000 roupies pour chaque enfant ayant perdu ses parents dans la catastrophe.
Des écologistes et des agences d'aide au développement ont affirmé que le développement urbain anarchique et la déforestations étaient responsables du bilan des inondations.
L'organisation caritative internationale ActionAid a en particulier estimé que la construction de barrages hydroélectriques et les projets miniers au cours des dix dernières années en Uttarakhand ont menacé le fragile écosystème des nombreuses vallées de cet Etat.

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20130715.OBS9559/inde-pres-de-6-000-morts-dans-les-inondations-de-juin.html

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
commenter cet article
21 juillet 2013 7 21 /07 /juillet /2013 20:58

drona.jpg

Gourou Purnima est célébré à la pleine lune du mois hindou de Ashad (juillet-Août). C'est un jour auspicieux pour célébrer les gourous.

Cette année il tombe le 22 juillet

 

Gourou Purnima est un jour sacré à la mémoire du grand sage Vyasa, le gourou des gourous et "le père des écritures hindoues". Tous les Hindous sont reconnaissants envers ce saint qui a édité les 4 Védas, écrit les 18 Puranas, le Mahabharata et la Srimad Bhagavata.

 

The full moon day in the Hindu month of Ashad (July-August) is observed as Guru Purnima an auspicious occasion to celebrate the guru. This year it falls on July 22.


Guru Purnima is a day sacred to the memory of the great sage Vyasa, the guru of gurus and 'father of our scriptures'. All Hindus are indebted to this ancient saint who edited the four Vedas, wrote the 18 Puranas, the Mahabharata and the Srimad Bhagavata.

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Festivals indiens
commenter cet article
16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 11:38

Bonjour, 

Partenaire des Portes de L'Indeh996h01.jpg, je souhaite vous faire part de nos offres estivales pour nos hôtels Toulousains :

Offre famille au Privilège Hôtel Mermoz**** 
Profitez du calme absolu de cet hôtel en centre-ville et de la nouvelle piscine à débordement, extérieure et chauffée:
> 1 nuit en chambre double « Confort » pour les parents payante, 1 chambre « Confort » communiquante pour les enfants offerte
> Au tarif de 140 €* les 2 chambres, Petit-déjeuner buffet inclus, offerts pour les enfants de -13 ans
Offre valable durant les vacances scolaires, du 15 juillet au 25 août 2013 inclus.


Offre 3=2 (2 nuits achetées, la 3ème nuit offerte)
Au Privilège Hôtel Mermoz**** et Privilège Appart-Hôtel Guillaumet***
Offre valable durant les vacances scolaires, du 15 juillet au 25 août 2013 inclus.


Réservations :
Privilège Hôtel Mermoz**** : 05.61.63.04.04 - reservationmermoz@privilegetoulouse.com
Privilège Appart-Hôtel Guillaumet*** : 05.34.31.09.09 - reservationguillaumet@privilegetoulouse.com 
Notre nouveau site Internet : 
www.privilegetoulouse.com 

Dans l'attente du plaisir de vous accueillir, je vous souhaite un très bel été.

Bien à vous, 

Jennifer VISOMBLAIN
06.98.57.94.34
commerciale@privilegetoulouse.com

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Réseau associatif
commenter cet article
9 juillet 2013 2 09 /07 /juillet /2013 12:21

attachment-copie-1.jpeg

 

Festival Danses Pour Tous en région toulousaine, à Galembrun et Le Burgaud 

Avec Maria Robin en invitée d'honneur pour les chants tziganes et la danse indienne toute la semaine.

Et beaucoup d'autres magnifiques artistes pour les s
tages de danses et de musiques
Valérie Lussac
 aux claquettes
Antoine Depuichaffray aux percussions africaines et Audrey à la danse africaine
Gustavo Gomez au tango
Samara Hilal à la danse orientale et stage bien-être
les Smoky Eyes au tribal fusion
Guillemette à la danse indienne
Elisa La Chispa au flamenco
Medhi de la compagnie Octroi au hip-hop

Le festival c'est aussi du cinéma en plein air, des spectacles, des expo photos, un concours beaux-arts... 

Et encore du tatouage temporaire au henné naturel, de l'artisanat indien, des restaurations variées du mardi au samedi soir.


Tout le programme en pièces jointes et sur le site du festival!

Site: www.festivaldansespourtous.fr

Et si jamais vous avez un compte facebook, voici la page de l'événement:
https://www.facebook.com/events/556755657679376/

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Réseau associatif
commenter cet article
9 juillet 2013 2 09 /07 /juillet /2013 12:00

images-19.jpeg

 

Chaque année à la mi-été, le Seigneur Jagannath part en vacances avec son frère aîné et sa sœur Subhadra Balabhadra. Ils voyagent dans de grands chars, de son temple à Puri, jusqu’au jardin de son palais à la campagne. Cette croyance hindoue a donné lieu à une des plus grandes fêtes religieuses en Inde - le Rath Yatra ou le Festival des Chariots. C'est aussi l'origine étymologique du mot anglais «Juggernaut».

 

Jagannath, considéré comme un avatar de Vishnu, est le Seigneur de Puri - ville côtière de l'Orissa en Inde orientale. Rath Yatra est une fête d'une grande importance pour les hindous, et en particulier en Orissa. C'est à cette époque que les effigies des trois divinités Jagannath, Balabhadra et Subhadra défilent dans les rues dans une grande procession dans des chars gigantesques représentant des temples, spécialement conçus pour cette occasion, appelé rath. Ils sont tirés par des milliers de fidèles.

 

Origine historique

Beaucoup croient que la coutume qui veut que l’on place les idoles sur des grands chars tires par les fidèles est d'origine bouddhiste. Fa Hien, l'historien chinois, qui s'est rendu en Inde au Vème siècle après JC, a écrit à propos du char de Bouddha lui aussi tiré sur les routes par des fidèles.

 

L'origine de «Juggernaut» (mastodonte)

L'histoire veut que lorsque les Britanniques ont observé le Rath Yatra pour la première fois au XVIIIème siècle, ils furent tellement surpris de ce qu’ils voyaient, qu'ils ont envoyé chez eux des descriptions très choquantes qui ont donné naissance au terme «mastodonte» (Juggernaut), qui signifie «force destructrice». Cette connotation peut aussi provenir de la mort occasionnelle, mais accidentelle, de quelques dévots sous les roues d’un char  causés par la foule et l'agitation.

 

Jagannath-Rath-Yatra1-4340.jpg

 

Every year in mid-summer, Lord Jagannath, with his elder brother Balabhadra and sister Subhadra, goes on vacation, travelling on grand chariots, from his temple in Puri, to his garden palace in the countryside. This belief of the Hindus has given rise to one of the biggest religious festivals in India — the Rath Yatra or the Chariot Festival. This is also the etymological origin of the English word 'Juggernaut'.

 

Jagannath, believed to be an avatar of Lord Vishnu, is the Lord of Puri — the coastal town of Orissa in eastern India. Rath Yatra is of great significance to the Hindus, and especially to the people of Orissa. It is during this time that the three deities of Jagannath, Balabhadra and Subhadra are taken out in a grand procession in specially made gigantic temple-like chariots called raths, which are pulled by thousands of devotees.

 

Historical Origin

Many believe that the custom of placing idols on grand chariots and pulling them is of Buddhist origin. Fa Hien, the Chinese historian, who visited India in the 5th century AD, had written about the chariot of Buddha being pulled along public roads.

 

The Origin of 'Juggernaut'

History has it that when the British first observed the Rath Yatra in the 18th century, they were so amazed that they sent home shocking descriptions which gave rise to the term 'juggernaut', meaning "destructive force". This connotation may have originated from the occasional but accidental death of some devotees under the chariot wheels caused by the crowd and commotion.

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Festivals indiens
commenter cet article
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 18:40

Repas-associatif---Juillet-2013 0818
Repas-associatif---Juillet-2013 0818
par Les-Portes-de-l-Inde

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Evènements LPdeLI
commenter cet article
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 17:47

Eté indien – 10ème édition

 

 

CENT ANS DE CINEMA INDIEN (1913-2013)

 

 

Du 9 septembre au 30 octobre à l’auditorium du musée Guimet

 

30 films dont 21 inédits, séances spéciales les samedis

Invité d’honneur : Shyam Benegal

 

 

La dixième édition de l’Eté indien, placée sous le Haut Patronage de l’Ambassade de l’Inde à Paris, célèbre en 2013 le centenaire du premier film indien, un film mythologique du « père du cinéma indien » Dadasaheb Phalke (1870-1944), Raja Harishchandra qui sort en 1913 sur les écrans de Bombay et passionne le public indien.

 

Cette édition sera l’occasion de présenter les 16 minutes sauvegardées et restaurées de ce tout premier film, ainsi que des films muets rares, le premier film parlant-chantant présenté dans un festival international (Venise en 1937), de nombreux fleurons du cinéma populaire ayant marqué l’histoire du cinéma indien tels qu’AwaaraMother India ou Mughal-e-Azam, des films de grands réalisateurs illustrant un cinéma d’auteur pertinent et remarquable, tels que Satyajit Ray, Ritwik Ghatak, Mrinal Sen, Guru Dutt, Adoor Gopalakrishnan, Aparna Sen, mais aussi des films de réalisateurs abordant une nouvelle approche populaire, comme Ashutosh Gowariker, Sanjay Leela Bhansali ou Aamir Khan...

 

Au total, une immersion dans l’histoire du cinéma indien en 30 films dont 21 inédits, en hindi, urdu, bengali, marathi, malayalam et tamoul, avec pour la première fois cette année des séances le samedi.

Un hommage particulier sera rendu à l’invité d’honneur Shyam Benegal, cinéaste à l’œuvre éclectique et incroyablement riche de plus de soixante-dix œuvres, qui viendra présenter plusieurs de ses films.

Une conférence ainsi que des spectacles de musique et de danse complèteront cette dixième édition.

 

Une plongée exceptionnelle dans la diversité de la plus importante production cinématographique au monde.

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Réseau associatif
commenter cet article
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 11:02

STAGE DE YOGA-AYURVEDA INTÉGRAL SHRI VIVEK EN PLEINE NATURE (près de Toulouse)

Bésoin de détente, d'assouplissement, de se décontracter, de concentration et d'intériorisation, de partager, de sentir pleinement, de respirer de l'air pur, de nature...?

À travers de multiples techniques du YOGA & AYURVEDA SHRI VIVEK nous dédierons la journée à la détente et à l'équilibre intégral de nous-mêmes pour enlever tout ce que nous empêche de profiter la vie pleinement:

- Assouplir et purifier le corps tout en soulageant la fatigue et les douleurs
- Concentrer l'esprit et équilibrer les émotions
- Augmenter notre énergie vitale
 

Programme de la journée:

  • Pratique de Yoga Intégral (postures, expression, respirations, concentration, mantras...)
  • Pratique de techniques de Massage Ayurvédique (auto-massage)
  • Pratique de Méditation et Relaxation Profonde
  • Activités d'interaction consciente avec la nature
  • Questions et réponses/transmission des enseignements pour augmenter la compréhension mentale
  • Alimentation végétarienne
  • Partage des expériences en groupe

 

Tous sont les bienvenus, même les profs et pratiquants de yoga, les débutants et même ceux qui jamais ont pratiqué. Le Yoga Shri Vivek est une science pour apprendre à vivre la vie plus vivante, c'est à tous!


INFORMATIONS PRATIQUES:

Date et horaires: dimanche 23 juin de 10h à 18.30h. Il faut arriver avant de 10h pour s'installer tranquillement avant de commencer.

Participation:

60€ enseignements Yoga & Ayurveda Shri Vivek (7h)
15€ repas et pauses thé/boissons (optionnel: il faut le réserver)

Lieu: Institut Vajra Yogini, Château d'en Clausade - 81500 Marzens (près de Lavaur, à 45 min de Toulouse).

Réservations par mail: medha.jgd@gmail.com.

Réservations jusqu'au jeudi 20 juin. Il vous est demandé un acompte du 50% sur la tarif du stage au moment de la réservation, le reste sera à compléter le même jour du stage avant de commencer. 


Il faut amener: une tenue confortable, tapis de yoga (si vous n'avez pas consultez-nous), un coussin pour la méditation, un paréo/serviette pour la pratique de yoga, huile de sésame ou d'amandes douces (massage), crème solaire, lunettes de soleil... (...s'il fait beau!)

+ d'infos contactez: 06 52 62 99 49

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Réseau associatif
commenter cet article
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 18:19

securedownload-9.jpeg

 

Dans le cadre du festival "À corps et voix: musique, danse et engagement", l'association ethnomusiKa a le plaisir d'accueillir la Compagnie de l'écrin pour un spectacle jeune public qui allie marionnettes, danse et musique.

 
"Ahimsa ou le petit mendiant d'amour" est un conte marionnettique qui raconte l'histoire de deux enfants qui se découvrent et grandissent en Inde, guidés par la sagesse de Gandhi.
Sabrina Anastasio, directrice de la compagnie, et sa complice comédienne Leïla Paris, ont su réunir autour d'elles des artistes d'une grande sensibilité qui donnent à voir, entendre, sentir et presque goûter l'Inde et ses contradictions: c'est à l'agilité des mains du maître marionnettiste à fil Lala Bhaat que les personnages loufoques et attachants dansent aux sons merveilleux de la flûte du jeune maestro Rishab Prasanna, accompagné aux percussions par Davy Sur.

=> Le spectacle sera suivi dans l'après-midi d'un atelier de manipulation de marionnettes traditionnelles du Rajasthan pour les 6-11 ans avec les marionnettistes de la compagnie (voir détails ci-dessous). 
Ne manquez pas ce spectacle savoureux pour les tous petits et même les plus grands!


Le samedi 15 juin à 11h 
durée du spectacle : 1h
 13€ /10 € (en prévente, TR, Habitants du 13e)
sur le bâteau "Petit Bain" 7 port de la Gare 
75013 Paris 

(au pied de la BnF, à côté de la Piscine Joséphine Baker)

Pour prolonger en famille votre séjour à bord du festival ...
13h : animations ludiques et musicales prises en charge par des spécialistes de la pédagogie musicale auprès des enfants -  [activité gratuite dans la limite des places disponibles]
14h : atelier de manipulation de marionnettes à fil avec le maître Lala Bhaat et sa complice Sabrina Anastasio [8 euros – inscription conseillée]
=> Cet atelier sera organisé par sessions de 20mn (groupes de 10 enfants maximum). Les animations musicales se prolongeront en parallèles jusqu’à la fin de l’atelier prévue à 16h.


Réservations spectacle: Billetterie Petit Bain / +33 1 80 48 49 81
Réservations atelier: ateliers@petitbain.org / +33 1 80 48 49 81
Pour télécharger ou consulter en ligne la brochure avec tout le programme du festival c'est ICI!

Retrouvez le spectacle Ahimsa au centre Mandapa
le dimanche 16 juin à 14h30 
 
-- 
Festival ethnomusiKa "A corps et voix: musique, danse et engagement", du 12 au 16 juin à Paris.
Pour sa première édition, le Festival ethnomusiKa explore la thématique de l'engagement par les corps et les voix.
Concerts-conférencescolloque international et ateliers pratiques entremêlent l'approche réflexive du spectacle vivant et la recherche impliquée dans le monde social. Une belle occasion de rencontrer des artistes et des chercheurs qui s'engagent et engagent musiques et danses dans une réflexion sur l'art et la société.
Une circulation entre raison et passion, entre terre et rivière - au musée du quai Branly et au Petit Bain, à la Cité de la musique et à la Péniche Anako
Tout le programme ICI
 N'hésitez pas à prendre contact avec nous si vous souhaitez avoir davantage d'informations (contact presse: Amandine Bergère 06 62 86 92 75 presse@festival-ethnomusika.org).
Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Réseau associatif
commenter cet article

Présentation

  • : Les Portes de l'Inde en Midi Pyrénées
  •  Les Portes de l'Inde en Midi Pyrénées
  • : Réseau artistique et culturel INDE en Midi Pyrénées Propose une photographie du paysage des associations, professionnels et amateurs en lien avec l'Inde. Création d'actions communes
  • Contact

Profil

  • Les-Portes-de-l-Inde
  • Le réseau culturel et artistique" Les Portes de l’Inde" regroupe des membres dont l'ambition est de préserver, protéger et promouvoir le patrimoine culturel, artistique et historique de l’Inde en Midi-Pyrénées.
  • Le réseau culturel et artistique" Les Portes de l’Inde" regroupe des membres dont l'ambition est de préserver, protéger et promouvoir le patrimoine culturel, artistique et historique de l’Inde en Midi-Pyrénées.