Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 15:13

 

Afin de satisfaire aux besoins en viande et en produits laitiers des soldats déployés en altitude (Etat de Jammu & Kashmir), le Defence Institute of High Altitude Research, dépendant du Defense Research and Development Organization, DRDO, a développé des variétés hybrides d'animaux (vaches, chèvres et mules) pouvant supporter les températures très basses fréquentes dans les régions montagneuses comme le Ladakh et toute la zone Himalayenne.


Le glacier du Siachen est considéré comme le champ de bataille le plus haut du monde. Il s'élève à une altitude comprise entre 5000 et 7000 mètres et les températures peuvent descendre jusqu'à -50°C.
Crédits : Flickr


Jusqu'à maintenant les soldats se nourrissaient de produits laitiers et de viandes conditionnés, aujourd'hui la vache hybride (entre le yak de Ladakhi et les vaches Sahiwal des plaines) peut donner jusqu'à 25 litres de lait quotidien. De même, une nouvelle variété de chèvres résistante à -50°C permettra aux soldats de consommer de la viande fraîche. Grâce à ces nouvelles variétés, c'est plus de 25% de la viande et des produits laitiers consommés par les soldats qui pourront être produits sur place.

Les scientifiques du ministère de la défense ont aussi développé des mules hybrides, poney Zanskar, qui peuvent porter des charges jusqu'à 7000 mètres d'altitude pour assurer l'approvisionnement régulier en produit frais et objets de première nécessité. Ces hybrides intéressent également les populations locales qui y voient une occasion d'améliorer leurs conditions de vie avec une source de revenu supplémentaire. Le dernier projet en date du DRDO est de créer des poulets dont la durée de vie en haute altitude et basses températures serait améliorée.

Les résultats de ces recherches pour développer l'agro-pratique dans les régions de haute-montagne, ont obtenu les félicitations appuyées du Premier Ministre Manmohan Singh.
 

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
commenter cet article
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 15:11

 

La faible représentativité des femmes dans les sciences est un sujet d'actualité même dans les pays les plus développés. Une étude menée par Organization for Women in Science for the Developing World (OWSD) et Women in Global Science & Technology (WIGSAT) et financé par Elsevier Foundation, s'est penchée sur les statistiques de l'implication des femmes dans la recherche travers le monde. Les politiques de l'emploi ont été comparées à l'égalité de rémunération, la souplesse dans l'aménagement du temps de travail et la possibilité de garde d'enfants au Brésil, en Inde, en Indonésie, en Corée et en Afrique du Sud, ainsi qu'aux Etats-Unis et dans l'Union européenne.


Les femmes sont toujours trop nombreuses à faire carrière dans les sciences
Crédits : NASA


Cette étude montre que mondialement 30% des femmes impliquées dans des projets de recherche en sciences et technologie abandonnent leur carrière à cause des horaires de travail non-flexibles et des gardes d'enfants indisponibles. Les facteurs qui permettent de faire progresser la parité dans le domaine des sciences sont : la protection sociale, les ressources financières, le niveau d'éducation élevé et le un rôle des femmes en politique du pays.

Dans certains des principales économies émergentes, les femmes représentent moins du tiers des personnes exerçant dans les secteurs de l'informatique, de l'ingénierie et des sciences physiques. Elles y sont également très peu représentées à des postes de direction (recteurs d'universités ou de membres de l'académie des sciences).

Cette étude conclut que ces pays s'aliènent une main-d'oeuvre créative susceptible de contribuer à la croissance et au développement de leur pays en n'ouvrant pas suffisamment leurs sociétés du savoir aux femmes.

Parmi les économies émergentes passées en revue par l'étude, le Brésil arrive en tête pour ce qui des politiques et de l'emploi des femmes dans la science, l'ingénierie et la technologie. Sur l'ensemble des caractéristiques testées, l'Inde se classe dernière, sauf dans le statut économique, économie du savoir et la santé. Alors que sa politique de soutien aux femmes existe depuis de nombreuses années, il devient maintenant urgent de la renforcer et d'augmenter les fonds alloués pour que les femmes puissent réellement en tirer avantage. Certains experts attribuent le mauvais classement de l'Inde à la taille du pays et à sa diversité, mais soulignent aussi les progrès accomplis en matière de politiques pour promouvoir les études et la pratique en sciences et technologies. L'Inde se doit de concevoir des programmes innovants pour attirer et retenir les femmes dans la science, l'ingénierie et la technologie. Des signes de progrès apparaissent, mais cela ne suffira pas à améliorer le classement de l'Inde parmi les autres pays. Ainsi, le taux de filles scolarisées en primaire est en augmentation, comme cela est le cas dans tous les autres pays. Le Ministère des Sciences et Technologies a mis en place des politiques incitatives pour les femmes dans les sciences. Le programme "Women Scientists Scheme (WOS)" encourage les femmes de retour de maternité à retrouver le chemin des laboratoires. Avec plus d'un milliard d'habitants, ces changements sociétaux sont longs et difficiles à mettre en place.
 

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
commenter cet article
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 15:09

 

Deux étudiants ingénieurs (du Manipal Centre for Information Science, filière systèmes intégrés) ont gagné le troisième prix du "STM32 Open World Application Design Contest" organisé par Raisonance-ST France pour la conception de la souris Evo, première souris d'ordinateur destinée aux mal-voyants. Ce concours de design a réunit des inventeurs du monde entier et a été organisé en partenariat avec Concourse Autonomie, ST Ericsson et d'autres grands groupes internationaux.

"La Souris Evo" est un système incorporé, développé par les frères Navin et Nitin Bhaskar qui fonctionne comme une réelle interface entre une personne malvoyante et l'ordinateur. Quatre boutons permettent d'accéder à des fonctions multiples et configurables. Un clic sur l'un d'eux et la fonction assignée active, par exemple, l'ouverture du traitement de texte. Toutes ces actions peuvent être complétées avec les messages oraux. De plus, il peut aussi être utilisé pour lire à haute voix les flux RSS. "La Souris Evo" est compatible avec les deux systèmes d'exploitation Windows et Linux. Les deux ingénieurs avaient, également, reçu un prix d'excellence au concours international du "Circuit Cellar magazine" sponsorisé par NXP Semiconductor.

 


Marine Ridoux

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
commenter cet article
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 15:04
Le premier minitre indien Manmohan Singh durant l'inauguration du 85 ème congrès économique de la Chambre de Commerce et d'Industrie d'Inde, le 15 décembre à New Delhi.
Le premier minitre indien Manmohan Singh durant l'inauguration du 85 ème congrès économique de la Chambre de Commerce et d'Industrie d'Inde, le 15 décembre à New Delhi. Crédits photo : RAVEENDRAN/AFP

En Inde, après la distribution, les banques vont s'ouvrir aux capitaux étrangers. Le premier ministre, Manmohan Singh, l'a redit samedi, les réformes du gouvernement pour stimuler l'économie n'en sont « qu'à leur début ».

Pas question de baisser les bras quelle que soit l'ampleur des manifestations et, plus particulièrement, la grogne des petits commerçants. Le premier ministre, Manmohan Singh, l'a redit samedi devant un parterre d'hommes d'affaires réunis à New Delhi. Les réformes du gouvernement pour stimuler l'économie n'en sont «qu'à leur début». Fort de l'appui du Parlement, il ne reculera pas devant l'avalanche de critiques contre l'ouverture aux étrangers des secteurs de la distribution, de l'assurance, de l'aviation, ouverture censée donner un coup de fouet à la croissance du pays.

L'Inde, habituée à surfer sur une progression annuelle de son PIB (produit intérieur brut) de 8 à 10 % par an, s'essouffle. Sa croissance est tombée à 6,5 % l'an dernier et elle ne devrait pas dépasser 5,5 % cette année. Le gouvernement, comme bien d'autres pays d'Asie, incrimine un environnement international «moins favorable», qui pèse sur ses exportations, mais il accuse aussi le «pessimisme excessif» de ses compatriotes.

Enquête sur Wal-Mart

La critique s'adresse directement aux industriels du pays qui préfèrent trop souvent se refermer sur eux-mêmes plutôt que d'affronter la concurrence internationale. Et qui sont les premiers à refuser de nouveaux investisseurs étrangers en Inde.

Pour les calmer, le premier ministre a promis la semaine dernière d'ouvrir une enquête sur le géant américain de la grande distribution Wal-Mart, qui aurait dépensé des millions de dollars outre-Atlantique pour financer une vaste campagne de lobbying visant à favoriser de manière déloyale l'ouverture du commerce de détail aux étrangers en Inde.

Un sujet particulièrement sensible alors que l'opposition accuse le gouvernement de «brader» le pays. Mais Manmohan Singh, au-delà du geste qu'il souhaite apaisant, ne renoncera pas sur le fond d'un dossier qu'il entend défendre jusqu'au bout. «Notre gouvernement agit pour inverser le cycle d'attentes négatif et stimuler l'investissement», a-t-il répété ce week-end.

En effet, si la production industrielle indienne a enregistré une hausse surprise de 8,2 % en novembre sur un an, contre une baisse de 0,4 % en octobre, les ventes de voitures ont plongé de 8,25 % en novembre. Et pour la prochaine étape, le premier ministre va s'attaquer au nerf de la guerre, les banques, qu'il veut aussi ouvrir aux étrangers.

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
commenter cet article
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 15:03

arte docu indeL'histoire de l'Inde, de l'indépendance à nos jours, vue à travers trois générations d'une famille de New Delhi. Une captivante plongée dans la mémoire collective du sous-continent. Churchill avait affirmé que l'indépendance plongerait l'Inde dans le chaos et conduirait au retour de la barbarie. Les Britanniques sont partis, et l'Inde ne s'est pas effondrée...

Malgré une instabilité chronique, la démocratie la plus peuplée au monde a surmonté les crises et les défis auxquels elle a dû faire face depuis 1947, pour devenir une des grandes puissances de la planète.

Boom économique

À travers la trajectoire de la famille Agrawal, le réalisateur Laurent Jaoui retrace soixante-cinq ans d'histoire indienne. Partition avec le Pakistan, tragédies et assassinats politiques, guerres avec les voisins chinois et pakistanais, état d'urgence, dissensions et conflits religieux, révolution verte : ces événements clés ont été vécus par les différentes génération de la famille.

Du grand-père ayant quitté la campagne pour la ville aux petites filles diplômées de prestigieuses universités étrangères, chaque génération symbolise les incroyables transformations du pays depuis son indépendance.

Boom économique, persistance du système de castes ou creusement des inégalités : les Agrawal livrent sans fard leur vision de la société indienne et des défis qu'elle va devoir relever. Des images d'archives et des commentaires de l'historien Ramachandra Guha illustrent ce récit, véritable plongée dans la mémoire collective du sous-continent.

mardi, 18 décembre 2012 à 22:40

Rediffusions : 
Pas de rediffusion
Le destin de l'Inde
(France, 2012, 94mn)
ARTE F
Réalisateur: Laurent Jaoui


PDF Imprimer Envoyer
Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
commenter cet article
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 11:03

Par Alain Ruello | 13/12 | 07:00

Les deux groupes français ont chacun remporté un lot du contrat pour le métro d'Hyderabad.

 


Les deux groupes français ont chacun remporté un lot du contrat pour le métro d'Hyderabad.

Indépendant et heureux de l'être. Sur le marché des transports urbains et ferroviaires, Thales ne boude pas pour autant les alliances franco-françaises dans des contrats à l'export. Comme en témoigne l'annonce, ce mardi en Inde, de la signature d'un gros contrat pour le futur métro d'Hyderabad, dans le sud du pays.

Pour ce marché de signalisation, d'un peu plus de 100 millions d'euros sur cinq ans, Thales a été sélectionné par le groupe d'ingénierie indien Larsen & Toubro après une mise en concurrence. Un autre représentant tricolore, Keolis, a remporté en mai dernier le lot pour l'exploitation et la maintenance sur une durée de huit ans. La fabrication des matériels roulants, elle, est revenue au coréen Rotem. Le groupe de défense et de sécurité français, qui équipe de très grands métros ou lignes de trains dans le monde avec ses logiciels de signalisation, de supervision ou de billétique, ne veut en aucun cas se lier les mains avec un fabricant de matériel roulant, fût-il son compatriote Alstom. « Cela nous laisse une flexibilité qui nous va très bien », a expliqué aux « Echos » Jean-Pierre Forestier, vice-président en charge de ces activités.

Un avenir prometteur

Ce dernier voit trois raisons qui freinent les possibilités d'alliance à l'international. Sur le plan de la technologie, rien n'y oblige car dans le transport tout est affaire de standard, et les standards ce sont les villes ou les pays qui, en s'équipant, les définissent. La deuxième raison tombe sous le sens puisque Alstom a développé une offre concurrente. « En supervision ou en billétique, Alstom nous tend les bras, mais en matière de signalisation, c'est au cas par cas », poursuit le dirigeant de Thales. Ce fut le cas pour le TGV saoudien, sans succès puisque le marché est revenu à un consortium espagnol. Dernière raison enfin, les exemples d'appels d'offres intégrant matériel roulant, signalisation et exploitation, sont rares.

Avec le rachat, très cher payé, de l'activité ferroviaire d'Invensys par Siemens, Thales est en passe de se retrouver seul indépendant du marché face au conglomérat allemand, à Bombardier ou encore à Alstom. Sans que cette liberté ne lui nuise puisque son activité transport, qui pèse 1,5 milliard d'euros de chiffre d'affaires et emploie 7.000 personnes, progresse de 3 à 4 % par an. L'avenir s'annonce prometteur avec deux pays à forte population en ligne de mire, l'Inde et la Chine.

Alain Ruello (à New Delhi), Les Echos
Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
commenter cet article
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 11:01

 

Voici un évènement à ne pas manquer sous aucun prétexte!

Concert de Qawwalis (l'Ensemble Qawwals Bacche Ahmed Nizami) qui aura lieu demain mercredi 12 décembre à 20h30 à Paris:

Péniche ANAKO
Bassin de la Villette
face au 61, quai de Seine
75019 Paris
Métro: Riquet / Stalingrad ou Jaurès
 



N'oubliez pas de partager cette info autour de vous!!

 
Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Art
commenter cet article
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 09:49

France Musique invite Raghunath Manet pour rendre hommage à Ravi Shankar qui vient de nous quitter,vendredi 14 decembre de 19H à 20H

France Musique invite Raghunath Manet pour rendre hommage à Ravi Shankar qui vient de nous quitter,vendredi 14 decembre de 19H à 20H
Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Art
commenter cet article
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 09:47

 

Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 12.12.2012

 

George Harrison et Ravi Shankar, à Los Angeles, en 1967.

Le musicien et compositeur indien Ravi Shankar, qui a influencé de nombreux artistes étrangers, des Beatles au violoniste classique Yehudi Menuhin, est mort à l'âge de 92 ans dans un hôpital de San Diego, a annoncé sa famille dans un communiqué, mardi. Connu internationalement depuis les années 1960 lorsqu'il influença de nombreux musiciens de rock en quête de nouvelles sonorités, le sitariste était le père de la chanteuse Norah Jones et de la compositrice Anoushka Shankar.

Le premier ministre indien, Manmohan Singh, a fait part de sa tristesse et évoqué la perte d'"un trésor national et d'un ambassadeur mondial de l'héritage culturel de l'Inde". "Une ère s'achève. La nation se joint à moi pour rendre hommage à son génie insurpassable, à son art et à son humilité", a ajouté le chef du gouvernement.

 À MONTEREY EN 1967 ET WOODSTOCK EN 1969

Ravi Shankar, qui vivait en Californie, où il avait créé une école de musique, était né dans la ville sacrée de Bénarès, sur les bords du Gange, le 7 avril 1920. Il venait d'une famille de brahmanes, la plus haute caste dans la complexe société traditionnelle hindoue. En 1930, sa famille s'installe à Paris et il découvre la musique classique. Dès la fin des années 1950, il influence un jazzman comme John Coltrane, à qui il donne des leçons de musique. En hommage, le saxophoniste américain prénomme son fils Ravi Coltrane.

Le guitariste des Beatles George Harrison devint son élève dans les années 1960 et joua du sitar sur Norwegian Wood (1965), bientôt suivi par Brian Jones des Rolling Stones sur Paint It Black (1966). Son influence se fait aussi sentir chez Robbie Krieger, le guitariste des Doors, sur les premières mesures du morceau fleuve The End. La collaboration avec George Harrison se poursuivit et tous deux travaillèrent ensuite à plusieurs projets, notamment lors d'un concert de bienfaisance pour le Bangladesh en 1971. Harrison avait surnommé Ravi Shankar "le parrain de la world music". En plein mouvement hippie, il s'était produit dans plusieurs festivals, Monterey en 1967 et surtout Woodstock en 1969 aux côtés de Janis Joplin et Jimi Hendrix, devant près de 500 000 spectateurs.

D'une santé fragile depuis plusieurs années et souffrant de problèmes pulmonaires et cardiaques, Shankar avait subi une intervention chirurgicale pour remplacer une valve cardiaque jeudi, a précisé sa famille. L'opération avait été un succès mais le musicien n'a pas supporté le choc de l'opération.

"Malheureusement et malgré les efforts des chirurgiens et des médecins qui ont pris soin de lui, son corps n'a pas supporté le choc de l'opération. Nous étions à ses côtés quand il est mort, ont précisé dans un communiqué sa femme, Sukanya, et sa fille Anoushka. Bien que l'heure soit au chagrin et à la tristesse, c'est également l'occasion pour nous tous de le remercier et d'être reconnaissants d'avoir fait partie de nos vies."

Le musicien s'était produit pour la dernière fois en concert le 4 novembre à Long Beach, en Californie, avec sa fille Anoushka.

Shankar avait donné son dernier concert en compagnie de sa fille Anoushka le 4 novembre à Long Beach. La veille de son opération, son dernier album, The Living Room Session, Part 1, avait été nommé pour un Grammy.

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Art
commenter cet article
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 17:34
Quelques occasions de rencontre / Few opportunities for the network

 

Café LIRE l’INDE : 12 décembre 18h30 - La littérature kannada de l’état du Karnataka

 avec Vasundhara Filliozat, historienne et spécialiste des sites archéologiques ou sacrés de cet état

 et auteure de nombreux livres. un partenariat EIEBG

restaurant Best of India 170 rue du Faubourg Saint Denis 75010 M° Gare de l’est

 

GRENOBLE : jeudi 13 décembre 18h30-22h Concert et vernissage de l'exposition En Nafs

 L'Âme, Eclats de l'Inde soufie, de François-Marie Périer - jusqu’au 22 décembre

à partir de 20h: Delavar (setar) et Navid (zarb) musique et chants persans,

atelier-galerie L'Oeil et la Main, 14 rue Docteur Mazet, 38000 Grenoble

 

BOLLYWOOD : vendredi 14 décembre-18 heures - Shah Rukh Khan

À l'occasion de la parution du livre L'univers de Gin Piau, Pierre Flament de Maharani et Eric Jacquet-Lagrèze 

des Éditions Tensing organisent une soirée dédicace avec le soutien de l’EIEBG

 Lieu : au Maharani, 44 rue legendre, 75017 Paris

 

PHOTO-VIDEO : 19 décembre 17h  Indian Circus, regards dévoilés, by Anne Garde

Inauguration de l'expo à l’invitation de Georges-Emmanuel Morali, Anne Garde et Le Salon by Thé des écrivains

16 rue des Minimes Paris 3e M° Chemin vert ou Saint Paul

 

  ET EN JANVIER

 

EXPOSITION : 2-12 janvier - Regards croisés sur le Sikkim à travers la peinture

3-4 janvier 10-12h30/13h30-17h30 ; horaires changeants pour la suite à vérifier

Lieu : Ligue de l’enseignement – Fédération de Paris 15 rue Mathis 75019 Paris

 

CINEMA : 16-20 janvier 2013 – 1er Festival du Film d'Asie du Sud au Gaumont Champs Elysées

Organisée par les jeunes équipes de SAPNA et Aanna Films et soutenu par l’EIEBG

Le festival réunit plusieurs films d'Inde (hindis et tamouls), du Pakistan, du Bangladesh et du Népal.

http://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/festival-du-film-d-asie-du-sud-transgressif

 

CONFERENCE : 20 janvier/January 20 2013 - 3pm - The Pharsis and the Tatas – and the Blériots

 Speaker : M. E.R. Badrinath. Organisé par le Groupe de Réflexion Franco-Indien

Place / Lieu: Maison des Associations, Parc du Château de Buc, rue Louis Massotte, Buc

Reservation / R.S.V.P.: 01-39-56-47-89 or lalitha.badrinath@wanadoo.fr

 

ECONOMIE :  jeudi 24 janvier-17h45, le système financier indien : entre ouverture et modernité

A l’occasion de la parution du n° spécial de la Revue d’économie financière consacrée à l’Inde

 à l’invitation de Jean-Pierre Jouyet, président de l’Association d’économie financière,

et  en partenariat avec le club du CEPII et l'Euro-India Group (EIEBG).

Lieu : Caisse des dépôts, salle Solférino, 15 quai Anatole France, 75007 Paris

Sur inscription seulement : eiebgcom@gmail.com

 

RENCONTRE : 30 janvier 2013 -18-20h – CHINDIAFRIQUE, les 3 géants qui feront le monde de demain

A l’occasion de la publication du livre-événement de la rentrée aux éditions Odile Jacob, avec J.J. Boillot et S. Dembinski

Organisé par l'ISEG Business School, en partenariat avec la Maison pour l’Europe et l’EIEBG

La Maison de l'Europe - 35-37, rue des Francs-Bourgeois 75004 Paris

  

DANSE : 23-26 janvier 2013 - Raghunet Manet à l’institut monde arabe

avec le violoniste tunisien, Jasser Haj Youssef.

Info : Didier Bellocq - 06 79 04 45 15

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Réseau associatif
commenter cet article

Présentation

  • : Les Portes de l'Inde en Midi Pyrénées
  •  Les Portes de l'Inde en Midi Pyrénées
  • : Réseau artistique et culturel INDE en Midi Pyrénées Propose une photographie du paysage des associations, professionnels et amateurs en lien avec l'Inde. Création d'actions communes
  • Contact

Profil

  • Les-Portes-de-l-Inde
  • Le réseau culturel et artistique" Les Portes de l’Inde" regroupe des membres dont l'ambition est de préserver, protéger et promouvoir le patrimoine culturel, artistique et historique de l’Inde en Midi-Pyrénées.
  • Le réseau culturel et artistique" Les Portes de l’Inde" regroupe des membres dont l'ambition est de préserver, protéger et promouvoir le patrimoine culturel, artistique et historique de l’Inde en Midi-Pyrénées.