Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 15:28

tulsi.jpgLa fabrication de «Tulsi» ou basilic indien est un symbole important dans la tradition hindoue religieuse. Le nom "Tulsi" signifie l'incomparable ».

 Le Tulsi est une plante vénérée que les hindous adorent le matin et le soir.

Le Tulsi pousse de manière sauvage dans les tropiques et les régions chaudes.

  Le Tulsi de l'ombre ou Shyama Tulsi et le Tulsi de la lumière ou Rama sont les deux principales variétés de basilic, l'ancien possédant une plus grande valeur médicinale.  

Parmi les nombreuses variétés, le Tulsi Krishna ou Shyama est couramment utilisé pour le culte.


Le Tulsi en tant que divinité:


La présence de plants de Tulsi das une maison symbolise l'esprit religieux d'une famille hindoue. Un ménage hindoue est considérée comme incomplet s'il ne dispose pas d'un plant de Tulsi dans la cour.

Beaucoup de familles ont planté du Tulsi dans une pièce spécialement conçue, avec des images de divinités installées sur les quatre côtés, et une alcôve pour une lampe à huile en terre de petite taille.

Certains ménages peuvent même avoir jusqu'à une douzaine de plants de Tulsi sous la véranda ou dans le jardin formant un "Tulsi-van» ou «tulsivrindavan" - une forêt miniature de basilic.


L'herbe sainte:


Les endroits qui ont tendance à inspirer la concentration et les lieux idéaux pour le culte, selon le «Tantra Gandharv", doivent inclure des «motifs envahis de plantes Tulsi " sur leurs murs.

Le Tulsi Manas Mandir à Varanasi est un temple célèbre où le Tulsi est adoré conjointement avec d'autres dieux et déesses hindous.

Les Vaishnavites ou croyants au Dieux Vishnu adorent la feuille de Tulsi parce que c'est celle qui plaît le plus au Seigneur Vishnu. Ils portent ainsi des colliers de perles faites de tiges de Tulsi. La fabrication de ces colliers en Tulsi est une industrie artisanale dans les pèlerinages et les villes du temple.


Tulsi en tnt qu'élixir:


En dehors de sa signification religieuse, il est d'une importance médicinale non négligeable, et est de ce fait, une plante de choix dans le traitement ayurvédique.

Marqué par son arôme puissant et un goût sévère, le tusli est une sorte "d'élixir de vie" car il favorise la longévité.

Des extraits de cette plante peuvent être utilisés pour prévenir et guérir de nombreuses maladies et affections courantes comme le rhume, maux de tête, troubles de l'estomac, les inflammations, les maladies cardiaques, les diverses formes d'intoxication et le paludisme. L'huile essentielle extraite de karpoora Tulsi est surtout utilisée à des fins médicinales bien que ces derniers temps elle est utilisée dans la fabrication d'articles de toilette à base de plantes.

 


The 'tulsi' plant or Indian basil is an important symbol in the Hindu religious tradition. The name 'tulsi' connotes "the incomparable one". Tulsi is a venerated plant and Hindus worship it in the morning and evening. Tulsi grows wild in the tropics and warm regions. Dark or Shyama tulsi and light or Rama tulsi are the two main varieties of basil, the former possessing greater medicinal value. Of the many varieties, the Krishna or Shyama tulsi is commonly used for worship.

Tulsi As A Deity:

The presence of tulsi plant symbolizes the religious bent of a Hindu family. A Hindu household is considered incomplete if it doesn't have a tulsi plant in the courtyard. Many families have the tulsi planted in a specially built structure, which has images of deities installed on all four sides, and an alcove for a small earthen oil lamp. Some households can even have up to a dozen tulsi plants on the verandah or in the garden forming a "tulsi-van" or "tulsivrindavan" - a miniature basil forest.

The Holy Herb:

Places that tend to inspire concentration and places ideal for worship, according to the 'Gandharv Tantra,' include "grounds overgrown with tulsi plants". The Tulsi Manas Mandir at Varanasi is one such famous temple, where tulsi is worshiped along with other Hindu gods and goddesses. Vaishnavites or believers of Lord Vishnu worship the tulsi leaf because it's the one that pleases Lord Vishnu the most. They also wear beaded necklaces made of tulsi stems. The manufacture of these tulsi necklaces is a cottage industry in pilgrimages and temple towns.

Tulsi As An Elixir:

Apart from its religious significance it is of great medicinal significance, and is a prime herb in Ayurvedic treatment. Marked by its strong aroma and a stringent taste, tusli is a kind of "the elixir of life" as it promotes longevity. The plant's extracts can be used to prevent and cure many illnesses and common ailments like common cold, headaches, stomach disorders, inflammation, heart disease, various forms of poisoning and malaria. Essential oil extracted from karpoora tulsi is mostly used for medicinal purposes though of late it is used in the manufacture of herbal toiletry.

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Culture
commenter cet article
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 15:16

Kartikeya, le deuxième fils de Shiva et de la déesse Parvati ou Shakti, est connu sous plusieurs noms: Subramaniam, Sanmukha, Shadanana, Skanda et Guha.

Dans les États du sud de l'Inde, Kartikeya est une divinité populaire et est mieux connu comme Murugan.
Il est l'incarnation de la perfection, un leader courageux des forces, et le dieu de la guerre, qui a été créé pour détruire les démons. Il représente les tendances négatives dans les êtres humains.


Autre nom de Kartikeya, Shadanana, qui signifie «un avec six têtes» correspond aux cinq sens plus l'esprit. Les six chefs aussi reposer ses vertus lui permet de voir dans toutes les directions - un attribut important qui veille à ce que tous les coups qu'il compteurs sortes qui peuvent le frapper.
L'imagerie de la guerre et les six têtes de Kartikeya indiquent que si les humains veulent se conduire de manière efficace à travers le combat de la vie, ils doivent toujours être à l'affût de peur d'être entraînés dans la mauvaise voie par des personnes ayant les six vices démoniaques: Kama (le sexe), krodha (colère), lobha (avidité), moha (passion), mada (ego) et matsarya (jalousie).


Kartikeya tient dans une main une lance et de l'autre il bénit toujours tous ses fidèles.

Son véhicule est un paon, un oiseau pieux qui saisit avec ses pieds un serpent qui symbolise l'ego et ses désirs de la population. Le paon représente le destructeur des mauvaises habitudes et le vainqueur des désirs sensuels.


Le symbolisme de Kartikeya souligne ainsi les voies et le moyens d'atteindre la perfection dans la vie.

kartikeya1

 

 


 

 


Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Culture
commenter cet article
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 09:42

annakut.jpg

 

Dans de nombreuses régions de l'Inde, les gens vont tourner, aujourd'hui, les pages de leur calendrier traditionnel et célébrer une nouvelle année de l'ère Vikram 2069.   

Dans le nord de l'Inde, ainsi que dans le Gujarat c'est le début de l'année de prospérité, ou «Nutan Varsh», comme ils l'appellent. Le 14 novembre 2012 est le premier jour du mois Kartik dans le calendrier Vikram et celui du Gujarati, qui sont tous deux lunaires et calculés sur la base du cycle bimensuel de la lune.  

Les gens dans de nombreuses régions de l'Inde célébrent le début de l'année Vikram comme «Annakutle lendemain de Diwali. Annakut (Sanskrit. anna = "grain", indique l'abondance kut = «montagne») annonce un nouveau départ avec une récolte fabueuse de la culture qui avait été plantée pendant et après la saison de la mousson. La nouvelle récolte est coupée et offerte à Dieu en ce premier jour de la nouvelle année. Ce festival ou «utsav 'est également connu comme« Annakutotsav, quand l'approvisionnement en nourriture de la nouvelle récolte atteint un nouveau sommet.


L'ère Vikram (également connu sous le nom de Vikram Samvatsar ou Samvant) a commencé il ya bien longtemps quand le grand roi indien Vikramaditya voulu commémorer sa victoire sur les Shaks en 57 avant JC ...


 

In many parts of India, people will turn over the pages of their traditional calendar to a new year as the Vikram era 2069 unfolds today.

In Northern India as well as in Gujarat it is the start of the financial year, or 'Nutan Varsh', as they call it. November 14, 2012 is the first day of Kartik month in the Vikram and Gujarati calendars, both of which are lunar and calculated based on the fortnightly cycle of the moon. Download Gujarati Calendar for 2069 provided by Shree Swaminarayan Temple of Bhuj, India.

People in many parts of India celebrate the beginning of the Vikram Year as 'Annakut,' the day after Diwali. Annakut (Sanskrit. anna= 'grain' denoting food; kut='mountain' indicating abundance) heralds a new beginning with a golden harvest of the crop that had been planted during and after the monsoon season. The new crop is cut and offered to God on this first day of the new year. This festival or 'utsav' is also known as 'Annakutotsav,' when the supply of food from the new harvest reaches a new high.


The Vikram era (also known as Vikram Samvatsar or Vikram Samvant) began long ago when the great Indian king Vikramaditya wanted to commemorate his victory over the Shaks in 57 BC...

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Festivals indiens
commenter cet article
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 08:43

Conférences du lundi
Fédération française de hatha yoga

 Le 26 novembre à 18 h. 15

À la lumière du sanskrit

un nouveau regard sur l'univers, la conscience et la vie

Colette Poggi

indianiste


Au Centre André Malraux

78, bd Raspail / 112, rue de Rennes - 75006 Paris
Métro : Rennes ou Saint-Placide
Entrée : 8 euros – Étudiants et adhérents au CRCFI & FFHY : 5 euros
Programme disponible sur www.confinde.com
Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Culture
commenter cet article
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 12:02

 

14/11/2012| 12:30

Commodesk - Le sommet mondial annuel de la Fédération internationale de Laiterie (World Dairy Summit) au Cap en Afrique du sud, du 4 au 8 novembre, a noté la forte croissance des BRICS dans la consommation mondiale de lait, en citant l’exemple de l’Inde.

 

L’Inde a des centaines de milliers de petits producteurs, qui possèdent deux à trois vaches, et ne brillent pas par leurs rendements¸ a reconnu Deepak Tikku, président du National Dairy Development Board indien. Mais elle a introduit récemment des innovations technologiques comme les kiosques à lait, sans conditionnement (le client apporte sa bouteille). L’Inde connait une croissance de la demande en produits laitiers de 4% par an, depuis 20 à 30 ans, plus rapide que la croissance de sa population, ce qui montre que la consommation individuelle augmente.

 

Michael Griffin, pour la FAO, a prédit que la demande croissante de produits laitiers serait alimentée par de petits exploitants, situation qui prévaut en Inde comme au Kenya. L’Inde n’exporte pas de produits laitiers, pas plus qu’elle n’en importe, mais elle satisfait la plupart des besoins de ses consommateurs grâce à des laiteries de  dimension locale. Si le sous-continent indien ne s’impose pas sur le marché mondial, c’est en raison de l’informalité qui prévaut encore dans le secteur. « Le lait est livré directement au magasin, où sont aussi vendus des produits traditionnels locaux » a précisé M. Griffin.

 

L’Inde est la première laiterie du monde, et pourrait devenir un exportateur significatif dans les dix ans qui viennent, si elle relève les défis de la qualité du lait et de l’environnement tout en accroissant les volumes, a conclu Deepak Tikku. Avec l’appui de la Banque mondiale, le pays pourrait passer de 125 à 200 millions de tonnes par an, en travaillant sur la sélection de variétés de vaches plus productives avec les coopératives de villages.

 

Les quatre premiers exportateurs mondiaux restent l’Union européenne, les Etats-Unis, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Ils pèsent 72,5% du total mondial exporté,


58,2 millions de tonnes en 2011, en hausse de 10%, d’après les statistiques des fédérations laitières mondiales.

 

http://www.zonebourse.com/MILK-CLASS-III-DA-C-4377638/actualite/Lait-L-Inde-premiere-laiterie-du-monde-15508741/
Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
commenter cet article
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 11:09

"Le gang Gulabi (du Hindi "Gulabi" ," rose ", transln." Gang des saris roses ") est un groupe de justicieres et militantes originaires du Banda, dans le district de Bundelkhand, dans l'Uttar Pradesh, en Inde, mais réellement actif dans l'Inde du Nord en 2010. Il est ainsi nommé car ses membres portent toutes un sari rose. 

 

Le gang a été fondée en 2006 par Sampat Pal Devi, une mère

de cinq enfants et ancienne travailleuse de la santé pour le gouvernement (et mariée encore enfant). Il se veut une réponse à la violence domestique et à toute forme de violence faite aux femmes. Les "Sari roses" vont voir les maris violents afin de les battre avec laathis (bâtons de bambou) à moins qu'ils ne cesser d'abuser de leurs épouses. En 2008, elles ont pris d'assaut un bureau de l'électricité du district de Banda et obligé les autorités à remettre le courant qu'ils avaient coupé afin de demander des pots de vin. Elles ont également arrêté les mariages d'enfants et protesté contre le système de la dot et oeuvré contre l'analphabétisme féminin. "

gulabi.jpg

"The Gulabi gang (from Hindi gulabi, "pink", transln. "pink gang") is a group of women vigilantes and activists originally from Banda in Bundelkhand district, Uttar Pradesh, India, but reported to be active across North India as of 2010. It is named after the pink saris worn by its members.

The gang was founded in 2006 by Sampat Pal Devi, a mother
of five and former government health worker (and a former child bride), as a response to widespread domestic abuse and other violence against women. Gulabis visit abusive husbands and beat them up with laathis (bamboo sticks) unless they stop abusing their wives. In 2008, they stormed an electricity office in Banda district and forced officials to turn back the power they had cut in order to extract bribes. They have also stopped child marriages and protested dowry and female illiteracy.""

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Culture
commenter cet article
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 14:17

LE MONDE  13.11.2012 à 10h35Par Julien Bouissou Bombay, envoyé spécial

Il n'a fallu que quelques mots lâchés au détour d'une conversation pour que Madhav Chavan trouve, à l'âge de 35 ans, sa vocation. En 1989, le jeune professeur de chimie à l'université de Bombay (Mumbai), connu pour son engagement syndical, rencontre Anil Bordia, le secrétaire d'Etat à l'éducation, qui lui lâche d'un air dépité : "Vous parlez de révolution sociale, de justice sociale, vous imprimez des affiches et des tracts, mais vous vous fichez que les gens pour qui vous écrivez ne sachent ni lire ni écrire."

Que, dans un pays comme l'Inde, la révolution sociale passe par l'alphabétisation autant que par Marx ou les grands meetings sonne alors comme une révélation."J'ai dit à mes amis militants : "Rien n'est possible si les gens ne savent pas lire et écrire" et j'ai commencé à donner des cours à des adultes vivant dans les bidonvilles à côté de chez moi", se souvient Madhav Chavan. Quelques années plus tard, il crée l'ONG Pratham, qui a appris à lire et écrire à des dizaines de millions d'enfants indiens sans jamais créer la moindre école ni recruter d'enseignants diplômés.

Son bureau, situé dans une petite maison d'un quartier résidentiel de Bombay, est modeste, comparé à la taille de son organisation, où travaillent près de 80 000 bénévoles. Mais Madhav Chavan reste rarement plus de quelques jours au même endroit, préférant arpenter l'Inde à la recherche d'idées nouvelles. "Un dirigeant est encore meilleur si les employés savent à peine qu'il existe. Car quand le travail est bien fait, alors les employés se disent : c'est grâce à nous", s'amuse le fondateur de Pratham en citant le philosophe chinois Lao-tseu.

Madhav Charan est né dans la politique. L'appartement familial héberge le "parti du drapeau rouge", d'obédience léniniste, créé par son père, et l'enfant qui grandit au milieu des discussions politiques apprend très tôt à se méfier des dogmes et des idées toutes faites. Il n'hésite pas à écouter des chansons de Bollywood, ô combien réactionnaires, tout en composant des chants révolutionnaires. Il manifeste régulièrement contre l'impérialisme américain devant le consulat des Etats-Unis de Bombay, avant d'y partir pour étudier la chimie. "Marx a pensé la révolution à Londres, au coeur du système capitaliste, alors je me suis dit que je pouvais bien partir aux Etats-Unis étudier la chimie", se justif ie-t-il.

C'est un ouvrage d'épistémologie écrit par Lénine qui l'aide à repenser l'énoncé de sa thèse de chimie. Pour repenser l'éducation et lutter contre le fléau de l'illettrisme, Madhav Chavan utilise la même méthode : mieux vaut passer du temps à reformuler les données du problème que perdre du temps à trouver une solution à un problème mal posé. Il découvre ainsi que le problème de l'alphabétisation en Inde n'est pas tant lié au taux de scolarisation qu'à la qualité de l'enseignement.

En Inde, près de 97 % des enfants sont scolarisés mais la moitié de ceux qui ont 10 ans savent à peine lire ou écrire une phrase de niveau élémentaire. Or dans un pays où les parents illettrés sont nombreux, rares sont ceux qui savent que leur enfant va à l'école sans rien apprendre. Partout où ils vont, les bénévoles de Pratham commencent donc toujours par proposer une série de tests pour évaluer le niveau des enfants. "Et après, il ne reste plus qu'à créer des centres de soutien scolaire, c'est-à-dire recruter et former des bénévoles dans chaque communauté et trouver de la place pour donner les cours", explique le plus simplement du monde Madhav Charan.

Ses longues années au service de la cause socialiste lui ont appris à mobiliser les communautés. Il est encore plus simple de rallier les parents à la cause de l'éducation de leurs enfants qu'au socialisme. Les bénévoles formés par Pratham donnent leurs cours sous des arbres, dans la rue, dans des appartements ou sur les places des villages. "Il faut arrêter de mythifier l'école, la pédagogie et les instituteurs, martèle Madhav Chavan. Quand votre enfant n'apprend rien à l'école, vous avez le choix entre protester contre le gouvernement ou vous en occuper vous-même. Nous ne faisons que les aider." Pratham appartient aux communautés qui mettent en oeuvre les programmes d'alphabétisation. "Madhav Chavan ne veut pas contrôler les diffé rentes organisations. Il veut toujours aller plus loin et se lancer dans de nouveaux projets", témoigne Sampurna Murti, une amie d'enfance.

Les centres de soutien scolaire ne remplacent jamais les écoles. Ils les complètent. Certains enfants ont la chance d'avoir leurs parents pour les aider à faire leurs devoirs le soir. Pratham joue ce rôle auprès des plus défavorisés. Ce modèle présente un autre avantage : il peut être facilement et rapidement copié à moindre coût grâce à la mobilisation des enseignants bénévoles. "Madhav Chavan a révolutionné l'approche de l'éducation. Sa grande force consiste à décliner des idées nouvelles en une série d'étapes concrètes qui augmentent considérablement les chances de succès", estime Esther Duflo, professeur d'économie au Massachusetts Institute of Technology (MIT) et directrice associée au Poverty Action Lab, laboratoire de lutte contre la pauvreté.

Madhav Chavan croit à un juste équilibre entre l'ordre et le chaos pour donner du mouvement à son organisation : "Du chaos viennent les idées et de l'ordre l'application minutieuse des idées." Grâce à cet équilibre, Pratham est aujourd'hui une immense organisation qui a essaimé sur d'autres continents, comme l'Afrique. Son fondateur accomplit la révolution de l'alphabétisation à petits pas, convaincu qu'elle peut mener bien plus loin qu'un grand bond en avant.

Julien Bouissou Bombay, envoyé spécial

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
commenter cet article
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 10:56
Happy_Diwali_Diwali_21.jpg

 

May the Festival of lights be the barbinger of Joy and Prosperity. As the Holy occasion of Diwali is here and the atmosphere is filled with the spirit of mirth and Love, here's sparkles of Contentment, that stay with you through the days ahead.

Best wishes on DIWALI and NEW YEAR

 

Que la fête des lumières soit un signe avant-coureur de Joie et de Prospérité. Comme aujourd'hui est le jour béni de Diwali, l'atmosphère est remplie de Joie et d'Amour. En espèrant que cette fête de la beauté éclaire votre vie de lumières et de contentements qui resteront avec vous pour tous les jours à venir.

Meilleurs voeux pour DIWALI et pour le NOUVEL AN

 

L'équipe des Portes de L'Inde Midi Pyrénées 

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Festivals indiens
commenter cet article
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 15:02

 

L’Association Les Comptoirs de l’Inde présente, sous le haut patronage de l’Ambassade de l’Inde , avec le partenariat de la Ville de Paris et de la mairie du 20e

le 2ème sALon du LIVre sur L’Inde

Les 17& 18 novembre 2012

Mairie du 20e - 6, place Gambetta

10h-20h - entrée libre

Invités d’honneur :
Jean-Claude CArrIère et Abha DAwesAr

AU ProgrAmme :

• Une librairie
• Des rencontres-débats
• Des séances de dédicaces • Des animations

• Un espace jeunesse
• Des expositions
• Des stands de partenaires
• Un espace vidéo
• Un salon de thé-restaurant

comptoirs-inde@wanadoo.fr – tel/fax : 01 46 59 02 12

www.comptoirsinde.org

D.R.

D.R.

D.R.

© Romain Lhuissier.

edito

Depuis
vingt ans, l’association Les Comptoirs de l’Inde organise des manifestations littéraires et culturelles afin de favoriser

les relations entre la France et l’Inde, et en particulier les anciens comptoirs.

Après le vif succès rencontré en 2011 pour sa première édition, le Salon L’Inde des livres vous invite à nouveau cette année à découvrir la richesse et la vitalité de

la littérature indienne, à travers les livres et leurs auteurs, mais aussi des rencontres-débats et des animations.

Pour cette édition, un éclairage particulier sera donné sur la diaspora indienne à la Réunion et sur la littérature jeunesse sur l’Inde.

Bienvenue à ce 2e Salon L’Inde des livres !

Douglas Gressieux Président de l’Association

La marraine du salon : Kenizé mourad

Invitée d’honneur lors de la 1re édition de l’Inde des Livres, Kenizé Mourad, auteur de plusieurs romans sur l’Inde, est désormais la marraine du Salon.
Elle dédicacera ses ouvrages le samedi 17 novembre à partir de14h.

L’invité d’honneur : Jean-Claude Carrière

Familier de l’Inde, l’écrivain Jean-Claude Carrière ouvrira cette manifestation en qualité d’invité d’honneur, avec un grand entretien le samedi 17 novembre à 11h30. Il dédicacera ses ouvrages le même jour à 14h.

L’invitée d’honneur : Abha Dawesar

Auteur talentueuse, Abha Dawesar s’impose dans le paysage littéraire indien contemporain. Elle donnera le ton de cette deuxième édition de l’Inde des Livres, en participant le samedi 17 novembre à 14h à une rencontre-débat sur la littérature indienne, L’Inde en toutes lettres. Elle dédicacera ses ouvrages à partir de 16h.

Hommage à rabindranath Tagore

Diffusion d’un documentaire sur la situation actuelle de Shantiniketan, l’ashram fondé par Rabindranath Tagore, prix Nobel de littérature en 1913. Présentation par Daniel Chocron, et par les réalisateurs du film, Joy et Marie Banerjee.

> Dimanche 18 novembre de 16h30 à 17h30 dans la Salle N° 2

Hommage à Lokenath Bhattacharya

Cet hommage au grand poète et romancier bengali disparu en 2001 lui sera rendu par sa veuve France Bhattacharya, professeur émérite des universités et spécialiste de la litté- rature bengali. Animation par Tirthankar Chanda, journaliste et critique littéraire à RFI. Lecture d’un texte de ce poète, « Pages sur la chambre », par Annette Leday, chorégraphe et metteur en scène, accompagnée par la danseuse Hélène Courvoisier.

> Dimanche 18 novembre de 17h30 à 18h30 dans la Salle des Fêtes.

LA grAnDe LIBrAIrIe

500 titres seront proposés, pour un total de plus de 3 000 ouvrages. Les livres seront répartis sur 9 tables, cor- respondant aux 9 thématiques retenues pour les rencontres- débats. Des DVD sur l’Inde seront également proposés. Un

éclairage particulier sera donné aux ouvrages évoquant la diaspora in- dienne à la Réunion, et à la littéra- ture jeunesse.

> De 10h à 20h dans la Salle des Fêtes

Rencontres-débats

Chaque rencontre avec un animateur et quatre participants
est organisée sur des thématiques qui permettent une meilleure approche et compréhension des multiples visages du monde indien. Les neuf thématiques retenues correspondent aux tables de présentation des ouvrages dans la grande librairie.

Programme des rencontres
Du SAMEDi 17 noVEMBRE > De 14h à 19h

• Anne Castaing, chargée de cours en littérature hindi à l’Inalco
• Hélène Kessous, bibliothécaire référent pour l’hindi à la Bulac
• Marc Parent, agent littéraire international
• Abha Dawesar, écrivain indienne et invitée d’honneur du Salon Animation : Tirthankar Chanda, journaliste à RFI et à Jeune Afrique

• Martine Van Woerkens, chercheur à l’EPHE, spécialiste de la condition féminine en Inde

• Bénédicte Manier, journaliste AFP
• Stéphanie Tawa-Lama Rewal, chargée de recherche au Centre d’Etudes

de l’Inde et de l’Asie du Sud (CEIAS)
• Eve Charrin, journaliste, spécialiste des questions économiques

Animation : nivedita nouvel, vice-président Marketing Broadpeak TV
le2e salondulivresurl’inde-17&18novembre2012 3

14h-15h30, salle n° 1 L’InDe en ToUTes LeTTres

15h-16h30, salle n° 2
LA soCIéTé InDIenne : Les CLAsses moyennes

15h30-17h, salle n° 1
L’ART DE ViVRE, LE BiEn-êTRE

• Beena Paradin, auteur du livre Inde intime et gourmande
• Bernard Bouanchaud, formateur de professeurs de yoga, auteur et éditeur

d’ouvrages sur le yoga et la culture indienne, conférencier

• eric Bhat, médecine ayurvédique et professeur de relaxation

• Swami Veetamohananda, président Centre Védantique Ramakrishna et conférencier sur la méditation

Animation : nadia Khouri-Dagher, journaliste et écrivain voyageur

• Zeenat saleh, maître de conférence à l’université de Franche-Comté, spécialiste du cinéma indien

• rajkumar Bhan, réalisateur et scénariste

• monique Dagnaud, sociologue des médias au CNRS

• emmanuel grimaud, anthropologue, écrivain et réalisateur de films documentaires

Animation : Daniel Chocron, historien du cinéma et conférencier

• Frédéric Landy, géographe spécialiste de l’Inde et maître de conférences à l'Université de Paris X-Nanterre

• Muriel Vandeventer, chargée de mission à la direction culturelle du ministère des Affaires Etrangères

• olivier Blarel, docteur en sciences politiques et relations internationales auprès de Sciences-Po et du CERI

• Bernard Dorin, ambassadeur de France, conseiller d’Etat honoraire Animation : Christophe Jaffrelot, politologue, directeur de recherches au

CERI-Sciences Po, spécialiste de l’Inde et du Pakistan

17h-18h30, salle n° 1

Les grAnDes THémATIqUes DU CInémA ConTemPorAIn InDIen

17h30-19h, salle n° 2
L’inDE, nouVELLE PuiSSAnCE MonDiALE ?

4 le2e salondulivresurl’inde-17&18novembre2012

Rencontres-débats

Programme des rencontres

 
DiMAnCHE 18 noVEMBRE > De 14h à 18h30

• ingrid Therwath, journaliste au Courrier International
• Carpanin Marimoutou, professeur de littérature à l’université de la Réunion,

poète et écrivain
• Marie-France Mourregot, docteur en anthropologie sociale et historique

• Jean-Louis Joubert, spécialiste de l’Océan Indien, professeur de littérature à l’université Paris 13

Animation : Catherine servan-schreiber, chargée de recherches au CNRS, spécialiste de la diaspora indienne aux Caraïbes et dans l’Océan indien

• Edith Parlier-Renault, professeur en histoire de l’art de l’Asie du Sud et du Sud-Est à l’université Paris IV-Sorbonne

• Diane de Selliers, fondatrice de la maison d’édition de livres de luxe, spécialisée dans l’art et la littérature illustrée

• Laurent Brégéat, réalisateur de documentaires sur l’art contemporain indien • Christian Ledoux, chargé de la programmation Inde au Théâtre de la Ville Animation : marc Parent, agent littéraire international

14h-15h30, salle n° 1
LA DiASPoRA inDiEnnE En FRAnCE (L’exemPLe De LA réUnIon)

15h-16h30, salle n° 2 Les ArTs InDIens

le2e salondulivresurl’inde-17&18novembre2012  

DiMAnCHE 18 noVEMBRE > De 14h à 18h30


• Christophe Hemery, responsable Marketing et Business Development de l’Indian Business Network chez Ernst & Young France

• max Zins, directeur de recherches au CNRS et directeur du programme France-Inde à la Fondation MSH

• Jonathan sinivassane, chargé de mission investissement pour l’Inde à Paris Développement

• Anshuman gaur, ambassade de l’Inde à Paris Animation : mira Kamdar, écrivain

• Amandine et eric Chapuis, couple de voyageurs
• Didier sandman, auteur, directeur de La Route des Indes

• régis Airault, psychiatre et auteur de Fous de l’Inde - Délires d'Occidentaux et sentiment océanique

• Maryse et Jean-François Charles, auteurs de bande dessinée, notamment India Dreams

Animation : nadia Khouri-Dagher, journaliste et écrivain voyageur

15h30-17h, salle n° 1
L’éConomIe InDIenne eT Les reLATIons éConoMiquES FRAnCE-inDE

17h-18h30, salle n° 1
Les PAssIonnés De L’InDe

6 le2e salondulivresurl’inde-17&18novembre2012

Dédicaces

Des séances de dédicaces sont organisées dans la Salle des Fêtes durant les 2 jours du Salon, avec la présence de plus de cinquante auteurs.

Programme des dédicaces
Du SAMEDi 17 noVEMBRE > De 14h à 19h

Samedi

AUTeUr

TITre

De 14 h à 15 h

Jean-Claude Carrière

Invité d’honneur

- Désordre, André Versaille
- Le cercle des menteurs, Plon
- Contes philosophiques du monde entier, Plon - La force du bouddhisme, Robert Laffont
- Le Mahabharata, Albin Michel
- Le dictionnaire amoureux de l’Inde, Plon

Kenizé Mourad

Marraine du Salon

- De la part de la princesse morte, Robert Laffont - Le jardin de Badalpour, Fayard
- Dans la ville d’or et d’argent, Robert Laffont

Esther David

- Shalom India Résidence, Heloïse d’Ormesson - Le livre de Rachel, Heloïse d’Ormesson

Coumar Ananda

- Douces Heures de Pondichéry, Art Quest-Pondichéry - Paroles de bambous, Collection Ecrire Utile

Chantal Grosleziat

- Comptines de rose et de safran, Didier Jeunesse (Comptines du Monde)

Martine Quentric

- Contes indiens, Les deux océans
- Au bord du Gange, Seuil
- Contes des sages de l’Inde, Seuil
- Terreur, le cheval merveilleux, Pierre Tisseyre

De 15h à 16h

Zeenat Saleh

- CinémAction n° 138 : Les cinémas de l’Inde, Les années 2000, Charles Corlet / Du Cerf

Emmanuel Grimaud

- Bollywood film studio, CNRS Editions
- Le sosie de Gandhi, CNRS Editions
- Dieux et robots (+ Cosmic city DVD), L’archange minotaure - Johar et Mehmood in Bollywood, Asiexpo Edition

Monique Dagnaud & Kristian Keigelson

- Bollywood, Industries des images aux Presses Sorbonne Nouvelle

Irène Frain

- La forêt des 29, Michel Lafon

Jean-Baptiste Rabouan

- Mother India, éditions Glénats - Un jardin sur le Gange, Amazon

le2e salondulivresurl’inde-17&18novembre2012 7

Samedi

AUTeUr

TITre

Abha Dawesar

Invitée d’honneur

- Babyji, Editions Héloïse d’Ormesson
- Dernier été à Paris, Editions Héloïse d’Ormesson
- L’Inde en Héritage, Editions Héloïse d’Ormesson
- L’agenda des plaisirs, Editions Héloïse d’Ormesson - Sensorium, Editions Héloïse d’Ormesson

De 16 h à 17 h

Frédéric Landy

- Dictionnaire de l’Inde contemporaine, Armand Colin
- Un milliard à nourrir, Belin
- L’Inde, ou le grand écart, La Documentation photographique

n°8060, La Documentation Française
- Circulation et territoire dans le monde indien contemporain,

Ed. EHESS

Christophe Jaffrelot

  • -  Milices armées d’Asie du sud. Privatisation de la violence et implication des Etats, Paris, Presses de Sciences Po

  • -  New Delhi et le monde. Une puissance émergente entre realpolitik et soft power, Paris, Autrement

  • -  Dictionnaire de l’Inde, Paris, Larousse

  • -  Inde: l’envers de la puissance. Inégalités et révoltes, Presse du CNRS

Anne Castaing

- Ragmala - Les littératures en langues indiennes traduites en français, Asiathèque

- La modernité littéraire indienne, Presses Universitaires de Rennes

Tirthankar Chanda & Olivier Da Lage

- Aujourd’hui l’Inde, Flammarion/RFI

Eric Schilling

- La musique de Shiva, plaisir et transcendance dans la musique indienne, Michel de Maule

Beena Paradin

- Inde intime et gourmande, Minerva
- Les meilleures recettes indiennes, Minerva

Bernard Bouanchaud

- Les Sâmkhya-kârikâ, Agamât
- Yoga-sutra de Patañjali - Miroir de soi, Agamât
- Yogasutra, la merveilleuse source du yoga de Patañjali, Agamât

De 17 h à 18 h

Swami Veetamohananda

- L’évolution personnelle selon la Baghavad Gita, Gandharva Gana

Bénédicte Manier

  • -  Quand les femmes auront disparu. L’élimination des filles en Inde et en Asie, La Découverte

  • -  Le travail des enfants dans le monde, La Découverte

  • -  Un million de révolutions tranquilles,

    Editions Les Liens qui Libèrent

Martine Van woerkens

- Nous ne sommes pas des fleurs, deux cents ans de combats féministes en Inde, Albin Michel

- Le voyageur étranglé. L’Inde des Thugs, le colonialisme et l’imaginaire, Albin Michell

Stéphanie Tawa Lama-Rewal

- Femmes et politique en Inde et au Népal. Image et présence, Paris, Karthala

Eve CHARRIN

- L'Inde à l'assaut du monde, Hachette Pluriel

8 le2e salondulivresurl’inde-17&18novembre2012

Samedi

AUTeUr

TITre

De 18h à 19h

Mireille Le Liboux

- Au pays où les chats font du yoga, An arvor éditions

Jean-Michel Auxietre

- L’Inde qu’il ne faut pas voir, L’Harmattan - Tsomo, l’exilée tibétaine, L’Harmattan

Solange Thiney Duvoy

- L’Inde en France, Bachari

Douglas Gressieux

- Les troupes indiennes en France 1914-1918, Sutton
- Les comptoirs français de l’Inde, Sutton
- Cinquantenaire du transfert des comptoirs à l’Inde, Dualpha

Michel Guay

- Kabir, une expérience mystique au-delà des religions, Albin Michel

 

Programme des dédicaces
DiMAnCHE 18 noVEMBRE > De 14h à 19h

Dimanche

AUTeUr

TITre

Chantal Jumel

- Peintures éphémères, Kolam Kalam, Geuthner

De 14 h à 15 h

Nourjehan Viney

- Les Contes du roi Vikram, Actes Sud

Eve Marinone

- Cuisine indienne, Editions EDISUD

Eric Meyer

- Une histoire de l’Inde, les Indiens face à leur passé, Albin Michel - Les communautés tamoules et le conflit sri-lankais, L’Harmattan

Florence Marguerie & Ebba De Pommayrac

- Satya, Kyran et les énigmes indiennes, In Octavo

Stéphane Guillerme

- Dieux et déesses de l’Inde, Almora - L’Inde s’affiche, Georama

Martine Quentric

- Contes indiens, Les deux océans
- Au bord du Gange, Seuil
- Contes des sages de l’Inde, Seuil
- Terreur, le cheval merveilleux, Pierre Tisseyre

De 15h à 16h

Brigitte Tison

- Comprendre la culture hindoue, Chronique sociale - Des indiennes en Europe, L’Harmattan

Maryse & Jean-François Charles

- India Dreams, Casterman

Joëlle Weeks

- Représentations européennes de l’Inde du XVIIe au XIXe siècle, L’Harmattan

Prithwin Mukherjee

- Les racines intellectuelles du mouvement d’indépendance de l’Inde, Codex

- Danses cosmiques, poèmes trilingues, Le Décaèdre - Thât Mélakartâ, Publibook Université

le2e salondulivresurl’inde-17&18novembre2012 9

Dimanche

AUTeUr

TITre

Catherine Servan Schreiber

- Histoire d’une musique métisse à l’île Maurice: Chutney indien et Séga Bollywood, Riveneuve

- Mémoires du Gange 1930, Riveneuve

De 16h à 17h

Carpanin Marimoutou

- Amarres, Créolisations india-océanes, l’Harmattan
- L’insularité : thématique et représentation, l’Harmattan
- Littérature et fondation Etudes créoles n°12, l’Harmattan

Marie-France Mourregot

- L’islam à l’île de la Réunion, L’Harmattan

Didier Sandman

- Sur les routes de l’Inde, Editions Magellan

Régis Airault

- Fous de l’Inde, délires d’occidentaux et sentiment océanique, Payot rivages

Amandine & Eric Chapuis

- Au coeur de l’Inde, Transboréal

Mira Kamdar

- Planet India, l’ascension turbulente d’un géant démocratique, Actes Sud

De 17h à 18h

Max Zins

- Le voyage initiatique, Albin Michel
- Le Big Bang et après ?, Albin Michel

Edith Parlier-Renault

- L’Art indien, PUPS
- Temples de l’Inde Méridionale, PUPS

Ousmane Lambat

- L’unité au coeur du soufisme indien, Bachari

Emilie Camatte & Thierry Bonneyrat

- Niranjana veut aller à l’école, Siloe

Emilie Camatte & Catherine Cahard

- Une mère et une maman, Dadoclem

Emilie Camatte

- Bam et le jardin de safran, Editions du Bonhomme Vert

De 18h à 19h

Denis Fauvel

- Ganesh, Editions Kailash
- Krishna, Editions Kailash
- Hanuman, Editions Kailash

Marie-Françoise Le Page

- Yoga, discipline et liberté, Les deux océans

Shumona Sinha

- Assommons les pauvres, Editions de l’Olivier

Déborah Roubane

- Des pitons aux lagons

François Gautier

- Quand l’Inde s’éveille, Editions le Rocher
- 100 Ans de cinéma indien, La Revue de l’Inde,

Editions de l’Harmattan
- Les Français en Inde, France Loisirs

10 le2e salondulivresurl’inde-17&18novembre2012

Les animations de musiques,

chants et danses de l’Inde

> De 15h à 17h30 sur le podium de la Salle des Fêtes

Les Expositions

HIsTorIqUes :
• La France en Inde (Les Comptoirs de l’Inde)
• Les troupes indiennes en France pendant la première

Guerre mondiale

PHoTogrAPHIes sUr Le gAnge :

Catherine Gaudin, Seydou Touré, Bernard Grismayer et Marie-Jeanne Gressieux

mInIATUres InDIennes
du XVie au xIxe siècle illustrant le ramayana de Valmiki, paru aux éditions Diane de Selliers

PeInTUres :
• Le Rajasthan Nadine Le Prince
• Couleurs indiennes à la réunion Deborah Roubane,

PeInTres InDIens
En FRAnCE : Rajendra Dhawan, Lakshmi Dutt, Satish Panchal, Savita Gandash, Iqbal Malhotra, Swati Gupta et Gayatri Shantaram

peintre de la Réunion (ci-contre)

SAMEDi 17 noVEMBRE

15h

Chant Dhrupad (Inde du Nord)

Céline Wadier

15h30

Musique Vina

Eric Schilling

16h

Chant Sega-Maloya

Leila Négrau

16h30

Danse Bharatanatyam

Jyotika Rao

17h

Danse Bollywood

Sapna Family

DiMAnCHE 18 noVEMBRE

15h

Percussions indiennes

Matthias Labbé

15h30

Danse Bharatanatyam

Jyotika Rao

16h

Danse Bollywood

Bolly Deewani

16h30

Chant Sega-Maloya

Leila Négrau

17h

Chant Dhrupad (Inde du Nord)

Jérôme Cormier

 


 

Présentation d’une édition exceptionnelle du ramayana

Les éditions Diane de Selliers présentent le Ramayana de Valmiki illustré par les miniatures indiennes du XVIe au XIXe siècle en 7 volumes et 1 livret sous coffret. Cet ouvrage rassemble pour la première fois l’intégralité du Ramayana, texte sacré et chef-d’œuvre de la littérature indienne, illustré par 660 miniatures indiennes.

Dix ans de recherches ont été nécessaires pour sélectionner les plus belles peintures conser- vées dans de très nombreux musées et collections privées à travers le monde.

> Une exposition d’une centaine de miniatures tirées de l’ouvrage sera présentée dans la Salle des Fêtes.


espace jeunesse

Séances de contes dits par
martine quentric (conteuse, écrivain). > Samedi 14h-15h, 16h30-17h30
et dimanche 14h-15h, Salle N°2


L’espace vidéo

Diffusion d’un film documentaire réalisé par emmanuel grimaud sur les automates religieux indiens.
> Samedi et dimanche, diffusion en continu, Salon d’honneur


quiz sur le cinéma indien

Les visiteurs pourront participer à un concours (quiz) animé par Daniel Chocron sur le cinéma indien, en partenariat avec Carlotta Films (prix : 4 coffrets DVD de
Guru Dutt et 4 DVD du film L’Assoiffé ).


stands

• L’Office National Indien de Tourisme
• Les éditions Diane de Selliers
• BULAC (Bibliothèque Universitaire des Langues

et Civilisations)

• L’Association Les Comptoirs de l’Inde et l’Institut Français de Pondichéry

salon de thé indien et restauration

L’espace salon de thé indien et restauration est tenu par le restaurant Jodhpur Palace (42, allée de Vivaldi, 75012 Paris, tél. : 01 43 40 72 46).
> Samedi et dimanche de 10h à 20h, Salon d’honneur

le2e salondulivresurl’inde-17&18novembre2012 11

D.R.

nos PArTenAIres
Le salon L’Inde des livres 2012 bénéficie :

Du haut patronage de l’ambassade de l’Inde

Du partenariat de la Ville de Paris, de la mairie du 20e,
du Conseil régional d’ile-de-France, de la DAiC (ministère de l’intérieur), de la DRAC ile-de-France (ministère de la Culture)
et de l’office national Indien de Tourisme.

Du soutien : De l’état

Des établissements publics

Des associations D’organismes divers

De la librairie L’Harmattan
Du restaurant Jodhpur Palace et de la maison Bouvet-Ladubay

L’Association Les Comptoirs de l’Inde remercie :

Patrick Lacan, dessinateur de BD, créateur de l’illustration du logo du Salon Claire Gressieux et Claudine Sebille pour la communication,
Michèle Pascaud, logo/graphisme
Aline Garnier, Betty Mendes, Marie-Jeanne Gressieux et Marie-Luce Gorse pour l’organisation

Les membres de l’association qui ont participé à la mise en place du Salon Les fonctionnaires de la mairie du 20e qui ont prêté leur aimable concours

Les Comptoirs de l’Inde - 60, rue des Vignoles - 75020 Paris

restaurant indra

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Réseau associatif
commenter cet article
12 novembre 2012 1 12 /11 /novembre /2012 14:58

La dengue se propage en Inde faute d'une surveillance efficace

LE MONDE |  09.11.2012 à 16h27 Par Julien Bouissou (New Delhi, correspondance)
Opération de fumigation antidengue dans un quartier aisé de New Delhi, le 8 novembre.

 

La résurgence de la dengue en Inde et dans sa capitale, New Delhi, souligne les carences du système de surveillance du pays, susceptible d'endiguer la propagation de la maladie. D'après les autorités indiennes, 33 246 cas – dont 201 se sont soldés par des décès – ont déjà été recensés en 2012, soit près du double qu'en 2011. Mais en réalité, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le nombre de personnes infectées par le virus pourrait être mille fois supérieur.

La dengue, qui se transmet par les moustiques, se manifeste par de la fatigue ou une forte fièvre et peut conduire à des décès dans 1 % à 2 % des cas. Il n'existe aucun vaccin véritablement efficace. "L'augmentation du nombre de cas recensés est en partie liée à une meilleure distribution de kits de détection", temporise le docteur Dhariwal, directeur du programme de contrôle national des maladies à transmission vectorielle.

Le programme de surveillance – très partiel – lancé par la Banque mondiale en 2005, en partenariat avec l'Etat indien, a néanmoins montré qu'en 2009, les cas de dengue représentaient 7,8 % des flambées épidémiques, juste derrière le paludisme et les fièvres diarrhéiques.

"3 500 AGENTS FONT DU PORTE-À-PORTE"

C'est surtout dans les grandes métropoles densément peuplées que se trouve le foyer endémique de la dengue. Il s'étend ensuite vers les villes secondaires. A New Delhi, qui concentre près du quart des cas du pays, la maladie frappe surtout les quartiers cossus. A la différence du paludisme, les moustiques vecteurs de la dengue ne se reproduisent pas dans les eaux stagnantes et sales des bidonvilles, mais dans les nombreux réservoirs d'eau non recouverts et raccordés aux habitations, les pots de fleurs ou encore les climatiseurs. "Nous avons déployé 3 500 agents qui font du porte-à-porte pour sensibiliser la population à la propagation de la maladie et vérifier que leurs habitations n'abritent pas de foyers d'insectes", explique le docteur Yadav, responsable de la santé publique à la municipalité de Delhi.

Les autorités municipales ont délivré 8 900 contraventions à ceux qui n'avaient pas éliminé les nids de moustiques à leur domicile, mais le montant de l'amende (8 euros) reste peu dissuasif. Le porte-à-porte dans une ville qui compte 5 millions de foyers, alors que l'épidémie n'a besoin que de quelques semaines à la fin de la mousson pour se propager, relève quasiment de la mission impossible.

En l'absence de système de surveillance ad hoc, les autorités sanitaires sont incapables de concentrer leurs actions de prévention et de traitement de la maladie. "La politique de santé publique repose encore sur des programmes hérités des colons britanniques qui devaient lutter contre la peste ou le choléra", observe Olivier Telle, chercheur, basé à New Delhi, de l'Institut Pasteur.

LA MALADIE POURRAIT FAIRE SON APPARITION EN FRANCE

Près des deux tiers de la population vivent ainsi dans des régions où les informations sanitaires font cruellement défaut. Du coup, leurs habitants ne savent ni prévenir ni traiter la maladie. Ils reçoivent aussi moins de fonds du gouvernement, dont les subventions sont distribuées – en partie – en fonction du nombre de cas recensés dans chaque Etat.

L'Inde souffre également d'un problème de gouvernance au niveau local. "A New Delhi, les autorités s'appuient beaucoup sur les associations de résidents pour éradiquer les foyers de moustiques alors que ces derniers sont plus nombreux dans les lieux publics comme les hôpitaux, les jardins ou encore les gares", explique Olivier Telle.

Si rien n'est fait pour contenir l'endémie, le réchauffement pourrait aggraver la situation au cours des années à venir. "La famille des moustiques Aedes qui transmet la dengue est très sensible aux variations climatiques. Des études montrent que le réchauffement pourrait exposer 2 milliards d'habitants supplémentaires à la transmission de la dengue d'ici à 2080", estime l'OMS dans son rapport intitulé "Changement climatique et santé" et publié en octobre 2012.

La maladie pourrait aussi faire son apparition dans des pays de la zone tempérée comme en France, où Aedes est déjà présent dans la région parisienne et dans le Sud-Est. Entre 2006 et 2011, sur les 1 200 personnes touchées par la dengue en Europe, 30 % avaient été contaminées en Inde, selon la veille sanitaire européenne.

Plusieurs organisations internationales et l'Union européenne ont d'ores et déjà commencé à mener des études dans les pays touchés pour mieux comprendre la progression de la maladie. L'Institut Pasteur va, lui, coordonner dès 2013 des études épidémiologiques en Inde, en Thaïlande et au Cambodge, associant des virologues et des immunologues, mais aussi des géographes.

Julien Bouissou (New Delhi, correspondance)

Un candidat vaccin peu probant

 

Maladie infectieuse transmise, comme la dengue, par un moustique, le paludisme a provoqué 700 000 décès en 2010, sur un total de 265 millions de cas. Les principales victimes sont des enfants vivant en Afrique subsaharienne. Les efforts des chercheurs sont donc dirigés prioritairement vers la mise au point d'un vaccin susceptible de protéger la population infantile.

Les résultats d'un essai à grande échelle conduit en Afrique ont été publiés, vendredi 8 novembre, dans le New England Journal of Medicine : le candidat vaccin le plus avancé, le "RTS,S" procure une protection d'un peu moins d'un tiers chez les enfants vaccinés contre les crises de paludisme et leurs formes sévères. Ce candidat vaccin, fabriqué par le laboratoire GSK, vise à induire une réaction du système immunitaire contre le parasite responsable du paludisme – le plasmodium – au moment où celui-ci entre en contact avec le sang de l'individu piqué par le moustique ou avec les cellules du foie.

L'efficacité du RTS,S a été testée dans onze centres répartis dans sept pays africains, grâce, notamment aux financements de la Fondation Gates. Afin de pouvoir déterminer l'effet protecteur à l'égard du paludisme, plus de 6 500 nourrissons, âgés de 6 à 12 semaines, ont reçu soit le RTS,S, soit un vaccin dirigé contre une autre maladie. L'efficacité a atteint 30 %, selon les critères les plus rigoureux d'appréciation. La protection à l'égard des formes sévères s'établissait à 26 % des enfants vaccinés par le RTS,S.

Qualifiés de "modestes" par les auteurs de l'essai, ces résultats sont moins bons que ceux, publiés il y a un an, chez les enfants âgés de 5 à 17 mois : 56 % de réduction des crises de paludisme et 47 % de protection vis-à-vis des formes sévères.

 

L'expansion planétaire du moustique-tigre

 

Famille Les moustiques du genre Aedes forment une vaste famille de plus de 250 espèces, vectrices de nombreux virus, dont ceux de la dengue, du chikungunya et de la fièvre jaune.

"Aedes albopictus" Plus connu sous le nom de moustique-tigre, Aedes albopictusest l'un des agents les plus invasifs.

Originaire d'Asie, il a traversé les océans. On le trouve aujourd'hui dans quelque 80 pays, France comprise.

Ce diptère, doué d'une grande capacité adaptative, se propage par ses œufs, que les femelles pondent de préférence dans les eaux stagnantes.

"Aedes aegypti" Ce moustique est l'un des principaux vecteurs de la dengue et de la fièvre jaune.

Pour freiner sa propagation, la Malaisie, les îles Caïman et le Brésil ont mis en place des programmes d'éradication faisant appel à des moustiques transgéniques, dont les descendants ne sont pas viables.

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
commenter cet article

Présentation

  • : Les Portes de l'Inde en Midi Pyrénées
  •  Les Portes de l'Inde en Midi Pyrénées
  • : Réseau artistique et culturel INDE en Midi Pyrénées Propose une photographie du paysage des associations, professionnels et amateurs en lien avec l'Inde. Création d'actions communes
  • Contact

Profil

  • Les-Portes-de-l-Inde
  • Le réseau culturel et artistique" Les Portes de l’Inde" regroupe des membres dont l'ambition est de préserver, protéger et promouvoir le patrimoine culturel, artistique et historique de l’Inde en Midi-Pyrénées.
  • Le réseau culturel et artistique" Les Portes de l’Inde" regroupe des membres dont l'ambition est de préserver, protéger et promouvoir le patrimoine culturel, artistique et historique de l’Inde en Midi-Pyrénées.