Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 mars 2015 2 31 /03 /mars /2015 17:18
                                                           cinematheque.png

ÉVÉNEMENT

PANORAMA DES CINÉMAS D’INDE 2 31 mai 2015

En mai, le dépaysement sera total à la Cinémathèque de Toulouse avec un voyage au cœur du cinéma indien, ou plus exactement des cinémas d’Inde. Près de 30 films qui embrassent une large période du début des années 1950 à aujourd’hui – mêlent films d’auteur, cinéma populaire, titres connus, auteurs à découvrir. Pour à la fois retrouver la richesse de la production de ce pays-continent et se laisser surprendre par son extraordinaire diversité.

 page1image6288

Présence de Son Excellence Shri. Arun Kumar Singh, Ambassadeur de lInde à Paris, mercredi 6 mai 2015 à la Cinémathèque de Toulouse.

PLUS SUR LA THÉMATIQUE

Des films qui durent plus longtemps que des piles Duracell, des couleurs aussi riches que des épices, des chansons entêtantes et des chorégraphies à faire pâlir de jalousie Busby Berkley s'il s'était appelé Douglas Sirk. C'est à peu près, résumé grossièrement, ce que l'on retient généralement du cinéma indien. Kitsch, nous répétons-nous sans arrière-pensée péjorative, et plutôt euphoriques, tout en nous étonnant d'une cinématographie dont la production annuelle est la plus importante du monde, dépassant largement Hollywood. Bollywood ! Le mot est lâché. Mais en réalité, ce que l'on appelle communément Bollywood n'est qu'une partie de l'iceberg, l'arbre qui cache la forêt d'une cinématographie plus diverse et complexe qu'il n'y paraît. S'il s'agit bien à l'origine d'un studio, comme son modèle californien, il n'en est pas l'unique.

Il n'en est qu'un parmi d'autres Bollywood désignant davantage le cinéma indien en langue hindi. Il en reste néanmoins le plus puissant car sa force économique lui permet d'essaimer au- delà même des frontières et que l'hindi est la langue la plus parlée du pays. Ainsi le cinéma indien se définit-il d'abord linguistiquement. Bollywood désigne le cinéma en langue hindi, Kollywood le cinéma en langue tamoul (celui dont la sensibilité est la plus politique), Tollywood le cinéma en langue bengali (la langue du cinéma d'auteur, celle de Satyajit Ray qui rayonnera la première à l’étranger, mais aussi de Ritwik Ghatak), pour ne citer que les principaux.

page1image19464

Une cinématographie nationale, donc, qui se compose de cinémas régionaux avec chacun leurs spécificités culturelles et historiques. Un peu comme si chez nous il y avait un cinéma occitan, de l'ouest et de l'est, un cinéma breton, corse... Ou, pour être plus juste, comme si l'on considérait l'Union européenne comme une seule nation, à part entière, et chacun de ses pays membres comme un État. Nous parlerions alors d'un cinéma européen comme du cinéma indien, même si le cinéma grec n'a rien à voir avec le cinéma suédois.

L'Inde est un pays immense, le plus peuplé après la Chine. Une république parlementaire fédérale constituée de 29 États définis justement sur ces critères linguistiques. C'est aussi une histoire. Une des civilisations les plus anciennes. Mais, outre les deux textes sacrés de l'hindouisme, le Mahabharata et le Ramayana, auxquels le cinéma (surtout bollywoodien) emprunte majoritairement ses récits, personnages et codes, tout en en proposant des variations, c'est l'histoire récente et ses cicatrices que l'on croisera dans beaucoup de films. L'histoire récente, c'est-à-dire la colonisation, le Raj britannique qui court de 1858 à 1947, année de l'Indépendance et de la partition du pays donnant deux nouveaux pays : l'Inde d'aujourd'hui et le Pakistan. Un pays pour les hindous et un autre pour les musulmans, entraînant déplacements massifs de populations et désaccords sur les frontières, sans parler des provinces du

Bengale et du Pendjab pris entre ces deux feux.

Les conséquences de ces périodes et événements historiques la colonisation britannique, l'Indépendance et la partition, si elles sont politiques, sont aussi sociales. Et les questions de castes, de classes, et le tiraillement entre la tradition et la modernité, seront donc aussi présentes que la féerie. Et parfois dans un même film. C'est d'ailleurs mis à part le cinéma bengali, et notamment les cinémas de Satyajit Ray et Ritwik Ghatak, d’une certaine façon plus européens la grande difficulté que l'on peut éprouver face à un film indien. La difficulté à le résumer d'abord : chaque histoire est une vie sinon une épopée. La difficulté surtout à le catégoriser selon nos critères. Est-ce un mélodrame, une comédie musicale, un film sentimental, un film social ?... Eh bien, c'est souvent tout cela à la fois. Plusieurs films en un. Une diversité à l'intérieur d'un seul film qui en fait un cinéma singulier. Au-delà des codes et de la culture qui, ne nous leurrons pas, nous échapperont à certains moments.

Nous avons essayé de rendre compte de cette diversité à travers ce panorama d'une trentaine de films, couvrant les années 1950 à nos jours (même si le cinéma indien n’est pas né avec l’Indépendance et existe depuis le temps du muet), en privilégiant au maximum et en fonction des copies les grands classiques et les films cultes en Inde, allant de l'humour humaniste de Raj Kapoor à la mélancolie douloureuse de Guru Dutt, en passant par l'engagement de Ritwik Ghatak, l’incontournable Satyajit Ray, et bien d'autres pépites à découvrir.

Franck Lubet, chargé de programmation à la Cinémathèque de Toulouse

Avec le soutien de l’Ambassade de l’Inde à Paris.
Remerciements à la Directorate of Film Festivals, Ministry of Information & Broadcasting, Government of India.

LES FILMS

page3image888

27 DOWN

AWTAR KRISHNA KAUL

1974. INDE. 115 MIN. NOIR & BLANC. NUMÉRIQUE DCP. VOSTF (HINDI). AVEC RAKHEE GULZAR, SADHU MEHER, REKHA SABNIS
> Jeudi 7 mai à 19h

L’ASSOIFFÉ

(PYAASA)

GURU DUTT

1957. INDE. 146 MIN. NOIR & BLANC. 35 MM. VOSTF (HINDI). AVEC GURU DUTT, MALA SINHA, WAHEEDA REHMAN
> Mardi 5 mai à 20h

CHARULATA Version restaurée
SATYAJIT RAY
1964. INDE. 117 MIN. NOIR & BLANC. NUMÉRIQUE DCP. VOSTF (BENGALI).
AVEC SOUMITRA CHATTERJEE, MADHABI MUKHERJEE, SHAILEN MUKHERJEE
> Mercredi 6 mai à 20h
> Mercredi 13 mai à 16h30

DEVDAS

SANJAY LEELA BHANSALI

2002. INDE. 185 MIN. COULEURS. 35 MM. VOSTF (HINDI).
AVEC SHAH RUKH KHAN, MADHURI DIXIT, AISHWARYA RAI

> Samedi 16 mai à 20h

DHARAVI, LA CITÉ DES RÊVES

(DHARAVI)

SUDHIR MISHRA

1992. INDE. 120 MIN. COULEURS. NUMÉRIQUE DCP. VOSTF (HINDI). AVEC SHABANA AZMI, PRAMOD BALA, MADHURI DIXIT
> Samedi 30 mai à 19h

LE DIEU ÉLÉPHANT Version restaurée
(JOI BABA FELUNATH)
SATYAJIT RAY
1978. INDE. 121 MIN. COULEURS. NUMÉRIQUE DCP. VOSTF (BENGALI).
AVEC SOUMITRA CHATTERJEE, SIDDHARTA CHATTERJEE, SANTOSH DUTTA, PARINITA BANERJEE

> Samedi 9 mai à 15h
> Dimanche 31 mai à 18h

FIRE

DEEPA MEHTA

1996. CANADA / INDE. 108 MIN. COULEURS. 35 MM. VOSTF (HINDI). AVEC SHABANA AZMI, NANDITA DAS, KARISHMA JHALANI

> Vendredi 15 mai à 19h

Devdas

 

FLEURS DE PAPIER

(KAAGAZ KE PHOOL)

GURU DUTT

1959. INDE. 148 MIN. NOIR & BLANC. 35 MM. VO SOUS-TITRÉE EN ANGLAIS (HINDI). AVEC WAHEEDA REHMAN, GURU DUTT, KUMARI NAAZ
> Samedi 16 mai à 16h

GUIDE

VIJAY ANAND

1965. INDE. 183 MIN. COULEURS. 35 MM. VO SOUS- TITRÉE EN ANGLAIS (HINDI).
AVEC DEV ANAND, WAHEEDA REHMAN, KISHORE SAHU
> Samedi 9 mai à 20h

LE HÉROS Version restaurée
(NAYAK)
SATYAJIT RAY
1966. INDE. 120 MIN. NOIR & BLANC. NUMÉRIQUE DCP. VOSTF (BENGALI).

AVEC UTTAM KUMAR, SHARMILA TAGORE, BIRESWAR SEN
> Samedi 9 mai à 17h30
> Samedi 30 mai à 21h15

JAANE BHI DO YAARO

KUNDAN SHAH

1983. INDE. 132 MIN. COULEURS. NUMÉRIQUE DCP. VOSTF (HINDI). AVEC NASEERUDDIN SHAH, RAVI BASWANI, BHAKTI BARVE
> Dimanche 10 mai à 16h
> Mardi 12 mai à 21h

JODHAA AKBAR

ASHUTOSH GOWARIKER

2008. INDE. 213 MIN. COULEURS. 35 MM. VOSTF (HINDI ET OURDOU). AVEC HRITHIK ROSHAN, AISHWARYA RAI BACHCHAN, SONU SOOD
> Dimanche 24 mai à 16h

KOMAL GANDHAR

RITWIK GHATAK

1961. INDE. 134 MIN. NOIR & BLANC. NUMÉRIQUE DCP. VOSTF (BENGALI). AVEC SUPRIYA CHOUDHURY, ABANISH BANERJEE, ANIL CHATTERJEE, GEETA DE > Jeudi 28 mai à 21h

LE LÂCHE Version restaurée (KAPURUSH)
SATYAJIT RAY
1965. INDE. 74 MIN. NOIR & BLANC. NUMÉRIQUE DCP. VOSTF (BENGALI). AVEC SOUMITRA CHATTERJEE, MADHABI MUKHERJEE, HARADHAN BANERJEE

> Jeudi 21 mai à 19h

 

Le Lâche

MAHA YATRA

GOUTAM GHOSE

1984. INDE. 123 MIN. COULEURS. NUMÉRIQUE DCP. VOSTF (BENGALI). AVEC MOHAN AGASHE, KAYLAN CHATTERJEE, VASANT CHOUDHURY
> Mercredi 20 mai à 16h30

MARHI DA DEEVA

SURINDER SINGH

1989. INDE. 115 MIN. COULEURS. NUMÉRIQUE DCP. VOSTF (PENDJABI). AVEC RAJ BABBAR, DEEPTI NAVAL, PARIKSHAT SAHN
> Mardi 12 mai à 19h

MOTHER INDIA

MEHBOOB KHAN

1957. INDE. 168 MIN. COULEURS. 35 MM. VOSTF (HINDI).
AVEC NARGIS, RAAJ KUMAR, RAJENDRA KUMAR, SUNIL DUTT

> Samedi 2 mai à 19h

NEW YORK MASALA

(KAL HO NAA HO)

NIKHIL ADVANI

2003. INDE. 186 MIN. COULEURS. 35 MM. VOSTF (HINDI). AVEC PREITY ZINTA, SHAH RUKH KHAN, SAIF ALI KHAN
> Mardi 19 mai à 20h

RAISON, ILLUSION, HISTOIRE - RAISON, DISCUSSION ET UN CONTE

(JUKTI, TAKKO AAR GAPPO)

RITWIK GHATAK

1974. INDE. 120 MIN. NOIR & BLANC. NUMÉRIQUE DCP. VOSTF (BENGALI). AVEC RITWIK GHATAK, TRIPTI MITRA, SHAONLI MITRA, SUGATA BURMAN > Mercredi 6 mai à 16h30

SAHIB BIBI AUR GHULAM

ABRAR ALVI

1962. INDE. 152 MIN. NOIR & BLANC. 35 MM. VOSTF (HINDI). AVEC MEENA KUMARI, GURU DUTT, WAHEEDA REHMAN
> Mercredi 20 mai à 20h

SATYAM, SHIVAM, SUNDARAM

RAJ KAPOOR

1978. INDE. 172 MIN. COULEURS. 35 MM. VO SOUS-TITRÉE EN ANGLAIS (HINDI). AVEC SHASHI KAPOOR, ZEENAT AMAN,
KANHAIYALAL CHATUVERDI
> Mercredi 13 mai à 20h

SHREE 420

(SHRI 420)

RAJ KAPOOR

1955. INDE. 168 MIN. NOIR & BLANC. 35 MM. VO SOUS-TITRÉE EN ANGLAIS (HINDI).
AVEC NARGIS, RAJ KAPOOR, NADIRA
> Samedi 2 mai à 15h

Mother India

 

Shree 420

STREE

RAJARAM VANKUDRE SHANTARAM

1961. INDE. 140 MIN. COULEURS. NUMÉRIQUE DCP. VOSTF (HINDI). AVEC RAJARAM VAN
> Dimanche 17 mai à 18h

SURAJ KA SATVAN GHODA

SHYAM BENEGAL

1992. INDE. 130 MIN. COULEURS. NUMÉRIQUE DCP. VOSTF (HINDI). AVEC RAJIT KAPOOR, RAGHUVIR YADAV, SIRAJ AHMED
> Vendredi 15 mai à 21h

SWADES : NOUS, LE PEUPLE

(SWADES)

ASHUTOSH GOWARIKER

2004. INDE. 210 MIN. COULEURS. 35 MM. VOSTF (HINDI).
AVEC SHAH RUKH KHAN, GAYATRI JOSHI, KISHORI BALAL

> Samedi 23 mai à 15h

UGLY

ANURAG KASHYAP

2013. INDE. 128 MIN. COULEURS. NUMÉRIQUE DCP. VOSTF (HINDI).
AVEC RAHUL BHAT, ALIA BHATT, SURVEEN CHAWLA, JAYANT GADEKAR

> Samedi 23 mai à 21h

LE VAGABOND

(AWAARA)

RAJ KAPOOR

1951. INDE. 193 MIN. NOIR & BLANC. 35 MM. VOSTF (HINDI). AVEC PRITHVIRAJ KAPOOR, NARGIS, RAJ KAPOOR
> Mardi 26 mai à 20h

VEER-ZAARA

YASH CHOPRA

2004. INDE. 192 MIN. COULEURS. 35 MM. VOSTF (OURDOU).
AVEC SHAK RUKH KHAN, PREITY ZINTA, RANI MUKERJI, AMITABH BACHCHAN

> Mercredi 27 mai à 20h

YUGANT

APARNA SEN

1995. INDE. 135 MIN. COULEURS. NUMÉRIQUE DCP. VOSTF (BENGALI). AVEC ANJAN DUTT, ROOPALI GANGULY, PALLAVI CHATTERJEE
> Mercredi 27 mai à 16h30

Swades : nous, le peuple

 

Veer-Zaara

 

Contacts presse

Clarisse Rapp, chargée de programmation clarisse.rapp@lacinemathequedetoulouse.com / 05 62 30 30 15

Pauline Cosgrove, assistante de communication

pauline.cosgrove@lacinemathequedetoulouse.com

Espace presse

(dossiers de presse et visuels HD)

www.lacinemathequedetoulouse.com/compte/login

Nom d’utilisateur : presse Mot de passe : cine31

page7image4056 page7image4216 page7image4376
Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde
commenter cet article
15 mars 2015 7 15 /03 /mars /2015 18:00

Le restaurant le Yeti nous accueille mercredi 1er avril 2015 à 20 heures et propose un repas thali à l'occasion de la venue de Jean-Joseph Boillot, auteur du livre "L'Inde pour les Nuls" .

Il présentera et dédicacera son ouvrage au cours du repas.


 

Jean-Joseph Boillot est agrégé de sciences économiques et sociales et docteur en économie. Il a notamment enseigné à l'École normale supérieure et travaillé sur l'Asie comme chercheur associé au CEPII. Après de multiples séjours en Inde et en Chine au cours des années 1980, il soutient en 1989 une thèse sur le modèle Indien de Développement comparé en particulier à la Chine.

 

516QUhsXMQL._SX258_BO1-204-203-200_.jpg

 

Le Yeti, 21, rue de la Colombette - 31000 Toulouse

 

Les inscriptions et le règlement sont obligatoires avant le 30 mars .

 

Inscrivez-vous par email: lesportesinde@ymail.com

& envoyez votre chèque :

Les Portes de L'Inde

16, grande rue Saint Michel A51

31400 Toulouse

à l'ordre du YETI

 (réception du chèque avant le 30 mars) 

 

Repas  

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Les Portes de l'Inde Midi Pyrénées
commenter cet article
19 février 2015 4 19 /02 /février /2015 17:26

 

OFFRE DE STAGE MARKETING - COMMUNICATION

 

 

En moins d'une décennie, l'Inde a basculé dans l'imaginaire des Français : d'un pays marqué par la misère, celui de Gandhi et de mère Teresa, elle est devenue le pays des milliardaires, de Mittal et de Tata. Décrire l'Inde sans trop schématiser n'est cependant pas aisé, vu sa diversité et ses disparités qui sont énormes : de paysages, de climats, de religions, de langues, etc.

LPdeLI a pour objectif de donner un aperçu le plus ouvert possible des cultures indiennes présentes dans la région Midi Pyrénées. Cette association s’est construite comme un réseau regroupant les diverses communautés de culture indienne, les associations de Toulouse oeuvrant sur le terrain en Inde, les professionnels des arts indiens et les amateurs de ce pays. Pour ce faire, LPdeLI organise des évènements – festivals indiens, journées à thème) en regroupant le plus possible tous ces acteurs.

LPdeLI cherche un-e stagiaire pour développer son plan marketing et communication. Le stagiaire doit faire preuve d’une grande autonomie car sera amené à développer ses propres stratégies de travail dans le respect du code éthique de LPdeLI ; avec des retours hebdomadaires sur l’évolution de son travail auprès de l’équipe

Les domaines de la culture, de l’interculturalité et des arts vous intéressent, rejoignez-nous !

 

 

MISSIONS :

 

- Participer à la stratégie marketing

- Proposer et réaliser des outils marketing (plaquette de présentation de l’association,  outils internet,  notice explicative des différents modes de partenariats)

- Concevoir et réaliser la campagne de communication des évènements à venir

- Participer à la stratégie de financement : identification des financeurs possibles et constitution des dossiers de demande de financement), argumentaire  de promotion

- Veille de tout ce qui existe sur le secteur

- Recherche nouveaux partenaires

 

PROFIL :

 

- Etudes supérieures : communication, marketing

- Dynamisme, esprit d’initiative, inventivité

- Autonome, rigoureux

- Fibre commerciale

- La connaissance de l’Inde est un plus

 

ASPECTS PRATIQUES :

 

- Début de stage : Mars ou avril 2015 selon disponibilité

- Durée : 2 à 3 mois

- Lieu : Les Portes de L’Inde, 16, Grande Rue Saint-Michel  31400 TOULOUSE

- Stage faisant l’objet d’une convention avec l’école du stagiaire

- Pas de possibilité de rémunération

 

 

Pour postuler, merci d’envoyer CV et lettre de motivation à lesportesinde@ymail.com

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Les Portes de l'Inde Midi Pyrénées
commenter cet article
19 février 2015 4 19 /02 /février /2015 13:50

                                                  JOURNÉE DES FEMMES: PARFUMS DE FEMMES DU KERALA

 

 

 

                                           Dans l'auditorium

 

 

14h00 - 14h05                                                         Discours d’ouverture - Fara

14h05 - 15h05              Film documentaire – « Impossible as Possible » - Perrine Pouget – Help India

15h05 - 15h20             Lecture «Kalarippayat : Contribution d’un Art martial à la formation de l’acteur»                 

                                                              – Cécile Brosed

15h20 - 15h50              Conférence et démonstration – « Kerala, Kalarippayat , les guerriers guérisseurs »         .                                                                            Nelly Dargent

15h50 - 16h20              Conférence – « L’Astrologie indienne » - Varuna

16h20 - 16h30              Nrita Yoga (yoga dansé) - Fara

16h30 - 16h45              Danses et chants Bollywood- Shankar beats

16h45 - 17h15              Conférence « Comment intégrer l’Ayurveda en Occident » – Didier Haberli

17h15 - 17h30              Lectures poétiques de l'inde - Poésies de Tagore – Cécile Brosed & Lamy Muriel

17h30- 17h35               Michèle Cathala Présentation de l'association Volontariat

17h35                                  

                                                                                          Pause goûter

18h30 - 18h50              Conférence – « Caricatures de la Déesse Mère-Inde : Art ou Blasphème » -

                                                                France Azéma

18h45 - 19h00              Chant - Faïza Kangoor

19h00 - 19h40              Danses Bollywood - Chandini, Zania, Ishani et Neelam

19h40 - 19h45                                                         Clôture de la journée


 

                                             Dans la Salle du 1er étage

 

 

 

16h10 - 17h40                                    Atelier astrologie indienne "Domaine de réalisation" - Varuna

17h40 - 18h30                                                                      Pause goûter

17h40 – 18h30                                    Démonstration sari - Namaste India

Après-midi                                        Associations humanitaires  - Help India, Amnesty, Volontariat Inde

Après-midi                                         Massage ayurvédique - Medha

Après-midi                                         Atelier Henné - Mehendi- Samita

 

 

 AFFICHE01

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Les Portes de l'Inde Midi Pyrénées
commenter cet article
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 17:35

AFFICHE01.jpg

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Les Portes de l'Inde Midi Pyrénées
commenter cet article
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 16:33

belle-citation.jpgCe sont des pas qui s'enfoncent dans le vert du gazon coupé ras. Des traces moulées au ciment, des souvenirs de semelles qui dessinent en pointillé l'ultime marche. L'avancée vers la mort, cette silhouette courte et courbée, ce torse maigre drapé de coton qui s'approche du canon du tueur. Gandhi a été assassiné ici même, le 30  janvier  1948, par un extrémiste hindou, alors que l'Inde indépendante, l'œuvre de sa vie, saignait encore des charniers de la partition avec le Pakistan. Au bout de ce chapelet d'empreintes laissées par le Mahatma (" grande âme ") se dresse un kiosque de pierre, mémorial érigé là où il s'est effondré.

Deux tiers de siècle après sa disparition, l'icône de Gandhi n'en finit pas de dominer la représentation que l'Inde d'aujourd'hui se fait d'elle-même. Il est, devant Jawaharlal Nehru ou Vallabhbhai Patel, le père fondateur de l'Inde moderne et indépendante.

Mais l'hommage tend à s'appauvrir en une liturgie orthodoxe, aseptisée, asséchée. Ce fils d'une caste marchande du Gujarat parti à Londres se former au droit, avocat mobilisé en Afrique du Sud pour la défense des droits de la minorité indienne, agitateur nationaliste revenu au pays combattre l'occupant britannique au fil de campagnes de désobéissance civile, réformateur social testant ses recettes dans le creuset de ses ashrams, cet homme aux multiples vies fut d'une immense complexité. Ascète obsédé d'hygiénisme et s'imposant la chasteté, quitte à se mettre à l'épreuve à proximité de jeunes filles. Patriote ombrageux mais enclin au compromis. " Apôtre " de la non-violence ayant pourtant soutenu l'effort de guerre britannique. Gandhi n'était pas d'un bloc.

C'est une " idée de l'Inde " pluriconfessionnelle que les tueurs hindouistes du 30  janvier  1948 avaient cherché à anéantir. Ils n'y sont pas parvenus. Le Rashtriya Swayamsevak Sangh (Association des volontaires nationaux, RSS), la matrice nationaliste hindoue où les assassins firent leurs premières armes, tomba en disgrâce après le crime sacrilège et disparut de la scène nationale durant un quart de siècle. Mais ce courant hindouiste remonta lentement la pente.

Dans son Etat même du Gujarat, là où Gandhi trône aux carrefours, un homme issu de cette mouvance sectaire a amorcé dans la fièvre ambiante une irrésistible ascension : Narendra Modi. Il vient d'accéder au pouvoir suprême à New Delhi à la suite de la victoire aux élections législatives du printemps 2014 du Bharatiya Janata Party (Parti du peuple indien, BJP). Le deuxième front où la trace de Gandhi s'estompe est celui de l'économie. Mais cette autre offense est le fait de ses propres amis. Dès l'indépendance de 1947, l'option officielle embrassée par le nouvel Etat est celle du socialisme nehruvien, modèle inspiré d'une planification centralisée.

Une étape bien plus radicale dans la dilapidation de l'héritage gandhien fut franchie à l'orée des années 1990, quand le Parti du Congrès, au pouvoir, se lança dans les " réformes économiques ". On démantelait alors le socialisme neh-ruvien, mais pas pour revenir au village de Gandhi. Bien au contraire, on s'en éloignait encore avec le triomphe du marché, du consumérisme, de l'individualisme et de la mondialisation. Plus que jamais, la frugalité austère et monacale de Gandhi se démonétisait en pittoresque vieillerie. Les nouvelles vannes qui s'ouvraient dès lors allaient bouleverser la hiérarchie des valeurs, l'argent roi fraîchement sacré autorisant au mieux l'assouplissement des carcans ancestraux, au pire le dérèglement des mœurs financières. Depuis vingt ans, une corruption galopante gangrène le système politique indien.

UNE SOCIÉTÉ EXTRÊMEMENT VIOLENTE

Quant au troisième pilier de l'héritage du Mahatma, celui de la non-violence, il y a là aussi matière à perplexité. Gandhi a certes inspiré bien des groupes pacifistes et antiautoritaires en Occident. Il a aussi fourni quelques solides repères aux luttes pour les droits civils des Noirs américains et au combat anti-apartheid en Afrique du Sud, même si son influence sur ces mouvements n'a pas été aussi déterminante que certains ont pu le prétendre. Quant à l'Inde elle-même… l'ombre portée de l'icône gandhienne n'aura pas suffi à pacifier une société demeurant extrêmement violente.

Au carrefour de la protestation sociale, de l'engagement humaniste et de la militance écologiste, cette fameuse " société civile " indienne puise l'essentiel de son inspiration dans la geste gandhienne. A la trahison de l'Etat et des puissants du jour, elle oppose la fidélité au message et à la méthode, le célèbre satyagraha (" étreinte de la vérité ") fait de processions pacifistes, de grèves de la faim et de désobéissance civile. Elle montre que Gandhi n'est pas si mort que cela. " Gandhi est comme un fantôme qui rôde en permanence dans notre dos ", sourit Deepak Malik, le directeur de l'Institut des études gandhiennes de Bénarès.

Le cycle s'est enrichi d'Anna Hazare, qui embrasa la ville de New Delhi en  2011 avec ses grèves de la faim contre la corruption du Parti du Congrès au pouvoir. Anna Hazare refusa de transformer son mouvement en parti politique. Mais l'un de ses lieutenants, Arvind Kej-riwal, franchit le pas et forma Aam Aadmi Party (Parti de l'homme ordinaire, AAP).

Porté par un puissant désir d'assainissement des mœurs politiques, il connut un succès électoral foudroyant au scrutin régional de décembre  2013 et fut propulsé chef du gouvernement du territoire de New Delhi. Mais il démissionna au bout de sept semaines. L'avortement du AAP remet au fond à sa place la tradition gandhienne, injonction morale et laboratoire sociétal plus qu'affaire d'Etat. Conscience de l'Inde, Gandhi survivra aussi longtemps que les Indiens auront besoin d'un saint pour sermonner leurs princes du jour.

Frédéric Bobin

Source : Le Monde du 23 janvier 2015

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
commenter cet article
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 10:41

10952482_1038178662875820_1207647897069019588_o.jpg

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Réseau associatif
commenter cet article
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 10:00

 

 

 

 

The Embassy of India and the Maison de l’Inde will jointly pay homage to Mahatma Gandhi in the Salle Indira Gandhi of the Maison  on the occasion of his 67th Death Anniversary with a lecture by the French Philosopher and Gandhi Specialist Mr Jean- Marie Müller on the topic :

“Gandhi appartient à notre avenir”

On 30 January at 6 PM

In presence of His Excellency Shri Arun Kumar Singh , Ambassador

(please see the invitation attached)

All are cordially invited.

 

Bikas C Sanyal

Director 

Maison de l’Inde

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Réseau associatif
commenter cet article
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 11:56

 

REMERCIEMENTS

 

Nous remercions pour leur soutien :

La Mairie de Toulouse

L’ambassade de l’Inde

Nous saluons plus particulièrement la présence de Monsieur Aviv ZONABEND, conseiller délégué à la Mairie de Toulouse ainsi que celle de monsieur Romuald PAGNUCCO, maire délégué du quartier Lafourguette

Nous remercions aussi le centre Alban Minville

 

Ainsi que nos partenaires :

Jean Joseph BOILOT – EIEBG

Salime de L’Inde en ligne

L’équipe de L’Inde en France

La Dépêche du Midi

 

 

 

… et toutes les personnes qui nous soutiennent !!!!

 

diwali affiche

 

 

BILAN DIWALI 2014  

 

Gérard Piau, Président de l’association Les Portes de l’Inde, se félicite du succès de la 4e édition du Festival qui a accueilli plus de 400 visiteurs.

Cette édition était placée sous le thème « Rajasthan », clôturant ainsi toute une année d’évènements, de conférences, d’expositions et de spectacles sur ce même thème.

Ce succès confirme que le Festival Diwali est un des outils majeurs pour réunir les communautés indiennes de Toulouse et les Toulousains.

Organisé par l’association les Portes de l’Inde, sous le Haut Patronage de l’Ambassade de l’Inde à Paris et le soutien de la Mairie de Toulouse, le Festival des lumières Diwali, avec toute une journée de festivités (présentations d’associations humanitaires et culturelles, concerts, danses, conte, marionnettes, performances, ateliers), s’impose comme une manifestation festive d’une grande qualité culturelle et comme le rendez-vous incontournable de la tradition indienne à Toulouse pour le grand public, les amateurs et les professionnels.

 

 

Alors que les dernières notes et les applaudissements résonnent encore à l’oreille des artistes, artisans et spectateurs de cette 4e édition, le Festival indien des Lumières Diwali dresse déjà le portrait d’une saison qui s’est démarquée tant par l’originalité, la qualité et la diversité de la programmation et des activités proposées tout au long de la journée. Un bilan particulièrement réjouissant, avec près de 400 personnes ayant assisté à l’un ou l’autre des divers spectacles, initiations, ateliers, la participation de 24 artistes et la présence d’associations humanitaire et culturelle et 2 boutiques d’artisans. Cette année encore, LPdeLI est particulièrement heureuse d’annoncer une augmentation des visites sur l’ensemble de ses activités, ainsi qu’une hausse de 6 % d’assistance au diner/spectacle comparativement à 2013.

ESQUISSE DES MOMENTS FORTS ET RETOUR SUR CETTE 4e ÉDITION

SAMEDI  FÉÉRIQUE SIGNÉ SABRINA ANASTASIO – marraine de DIWALI 2014

Pour la 3ème fois consécutive, Sabrina Anastasio, nous fait l’honneur de participer à nos évènements. En mars dernier, Sabrina Anastasio, artiste, comédienne-marionnettiste à la Cie de l’Ecrin de Nice, conviait les amateurs, les curieux, enfants comme adultes à un mini théâtre de marionnettes rajahsthani  où les acteurs sont des marionnettes : danseuses, magicien, etc. suivi, le soir, de danses gaies où Sabrina nous inonde de son sourire et nous fait partager sa passion.

Cette personne au grand cœur profite de ces quelques instants sur scène pour sensibiliser le public à la cause des artistes de rue du Rajasthan qui vivent à Delhi dans un bidonville « Kathputli colony » que la ville de Delhi (DDA : Delhi Development Authority) prévoit de faire expulser pour faire place à des appartements de luxe. Cette cause est chère aussi au cœur de la fondatrice de l’association LPdeLI, France Azéma, qui intervenait dans ce bidonville il y a 20 ans alors que déjà, il était question d’expulser les habitants (ce qui avait été fait pour une toute petite partie pour construire un flyover).

Toutes les prestations de Sabrina ont été accueillies avec un immense plaisir par une salle comble.

http://www.liberation.fr/voyages/2014/08/29/kathputli-colony-ghetto-suspendu_1089583.

http://sergebouvet.com/kathputli-colony/

 

CONCERT GRANDEUR INTERCULTURELLE : FADY ZAKAR – invité d’honneur

Ce musicien extraordinaire a su captiver à nouveau tout le public avec un concert et une  présentation de nombreux instruments d’Inde du nord et d’Afghanistan. Ce musicien multi-instrumentiste dont le jeu impeccable et incarné s’est aussitôt hissé au sommet des moments marquants de la journée et a fait partager sa passion pour les musiques du monde et de l’Inde en particulier. Fady fonde son propre langage et… tout le monde le comprend ! Il développe une approche personnelle autour de l’émotion, du geste et du son, pour créer des instants inoubliables de partage avec le public.

Les amateurs de belles histoires n’étaient pas en reste avec le conte accompagné en musique par Fady et enchanté par de douces danses qui, comme par magie venaient ponctuer les phrases du conteur.

 

DES CHANTS VENUS TOUT DROIT de LÀ BAS !!!

Le chant participe de l'essence même de la culture et de la civilisation indienne. En Inde, les journées semblent se dérouler au son desraga, Raga signifie : ce qui plaît, saveur, passion, couleur et attachement. Spécialement pour Diwali un groupe s’est créé autour d’un langage musical, rassemblant autour de merveilleux chants des artistes mauriciens et guyanais.

Le groupe Shankar Beat peut être décrit comme un ensemble sophistiqué et subtil de voix, de sons mélodiques, et d'une quantité d'autres éléments dont la fonction est de créer, d'imprimer chez tous ceux qui écoutent, un sentiment de douceur.

Merci aussi au jeune chanteur Sudeep qui a su faire reprendre en chœur au public indien les refrains de standards Bollywood.

 

LES RENDEZ-VOUS INCONTOURNABLES

- Des associations Humanitaires et culturelles

Nous ne pouvons pas évoquer l’Inde sans parler des actions de terrains que de nombreuses associations, qu’elles soient humanitaires, solidaires ou culturelles, effectuent au quotidien sur le terrain en Inde.

LPdeLI se fait un point d’honneur à mettre en lumière à chaque événement, une de ces associations.

Nous sommes fidèles à l’association Volontariat Inde dont nous admirons le travail sur le terrain à Pondichery auprès des plus démunis, des lépreux et des personnes handicapées physiques et/ou sociales. Cette association n’a plus à faire ses preuves et dans la multitude d’associations qui se multiplient en Inde, celle-ci fait preuve d’une intégrité à toute épreuve et ce depuis 1966.

La fondatrice Mme de Blic a tenu à être des nôtres malgré ses 80 ans. Ce fut un honneur !

http://www.volontariat-inde.org/-Accueil-.html

Une toute nouvelle association a présenté ses actions.  Voyage dans le Cœur de l’Inde propose des voyages solidaires au cœur du Rajasthan ou à la découverte des Himalayas. Coline et Sudheer se sont lancés dans un projet éco solidaire. Ils proposent des séjours chez l’habitant.  Sudheer est guide naturaliste dans des Parcs nationaux, il a donc tout naturellement pensé à initier des séjours dans les parcs nationaux de l’Inde à la découverte des fauves.

http://www.voyagedanslecoeurdelinde.com/voyage/

- Des ateliers créatifs

Au pied de la scène, Pascale Van Straaten a animé la création d’un rangoli colam de poudres colorées.

Les rangoli sont les décorations qui, lors de Diwali, sont dessinées à même le sol à l'entrée des maisons. Destinés à témoigner d'une chaleureuse hospitalité - car la déesse Lakshmi, selon la croyance populaire, vient elle-même visiter les maisons - les rangoli repoussent aussi les mauvais esprits.

Savitha proposait un atelier tout à fait innovant : la création de bijoux en papier. Boucles d'oreilles ogives en papier vert turquoise et spirale argentée, colliers féériques en papier bleu, bagues multicolores… Avec de simples lamelles de papier coloré, elle donne vie à un enchantement  de formes aux couleurs uniques.

Eveline, maquilleuse de Atout Kouleur, artiste plurielle, transforme les visages des enfants en tigre, singe ou papillon ou encore en fée… Elle aime voir leur visage s’égayer de motifs multicolores et les enfants adorent grimer leur petit minois le temps d’une fête.

 

 

 

SE RESTAURER FAIT PARTIE DE LA FÊTE !!!

 

Tout au long de l’après midi, des pauses chai s’imposaient !! et un goûter indien ne peut pas s’imaginer sans les samosa. Le restaurant le Monica nous concocte chaque fois et depuis le début de notre aventure des samosa  au goût typiquement indien.

 

Le soir un repas végétarien est proposé par le restaurant le Gandhi. Un véritable repas de fête indien permet de savourer toutes les saveurs profondes de ce merveilleux pays.

 

DANSE

Pour Diwali, la salle Lafourguette était heureuse de pouvoir saluer à nouveau la marraine de Diwali, Sabrina Anastasio, qui étaitentourée pour l’occasion d’artistes amateurs : Chandini, Ziana, Neelam, Fara, Natty, Leeza, Sumathi Gaston et son école les Perles de jaffana.

Le clou de la soirée restera dans les mémoires : Leeza a rendu à Diwali toute sa signification de « fête des lumières » en offrant à tous les spectateurs ébahis deux « Danses du feu »

C’était féérique !!!

Et DIWALI N’EST RIEN SANS LES JEUX !!

Une animation au chai bar proposait un jeu de devinettes permettant aux gagnants de recevoir des lots offets par une boutique partenaire : Namasté India

  Cette année, la Fédération Française de Carrom avait installé ses carrom boards (tables de billard indien) pour leur grand tournoi annuel ;

Bien sur, à l’issu du tournoi, libre à tout le monde de s’essayer à des parties ou d’être initiés par Stéphane, le président de la fédération.

SPÉCIALEMENT POUR LES PETITS

L’après midi, des initiations à la danse Bollywood ont enchanté les plus petits.

Un conte narré sur scène par notre conteur et vice-président Selva, entouré par tous les enfants. Fady l’accompagne avec une musique très douce, et Chandini fait de magiques apparitions de danses qui éblouissent tous les regards.

De concert avec certaines écoles de danse indienne de Toulouse et grâce à la participation de plusieurs artistes de la région, la journée de Diwali a donné lieu à de nombreuses et riches rencontres entre musiciens, danseurs, artisans et spectateurs. Invitation à explorer sous différents angles les liens étroits entre musique et danse et vie quotidienne en Inde, cette journée spéciale a accueilli à la salle Lafourguette un vaste public à la fois curieux et ravi. Un succès qui nourrit déjà des projets pour l’an prochain! 

LE FESTIVAL DIWALI 2014 EN CHIFFRES

            CHIFFRES de la FRÉQUENTATION

 

 210 repas  (Augmentation de 6 % des repas servis par notre restaurant partenaire)

 200 places réservées via le lien internet

 10 places réservées via l’adresse email de l’association

 Augmentation de 25% du nombre d’entrée l’après midi

 2 associations humanitaires, 1 association culturelle

 3 boutiques d’artisanat indien

 5 stands d’activités

 La Fédération Française de carrom

      

CHIFFRES CLÉS de l’ORGANISATION

22 bénévoles

8 personnes à l’organisation générale

2 régisseurs techniques

1 régisseuse artistes

4 partenariats conclus

1 coordinatrice des équipes de bénévoles

1 coordinatrice artistique

2 photographes

1 graphiste

5 artisans

 

 

 

 

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Les Portes de l'Inde Midi Pyrénées
commenter cet article
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 17:01

 

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
commenter cet article

Présentation

  • : Les Portes de l'Inde en Midi Pyrénées
  •  Les Portes de l'Inde en Midi Pyrénées
  • : Réseau artistique et culturel INDE en Midi Pyrénées Propose une photographie du paysage des associations, professionnels et amateurs en lien avec l'Inde. Création d'actions communes
  • Contact

Profil

  • Les-Portes-de-l-Inde
  • Le réseau culturel et artistique" Les Portes de l’Inde" regroupe des membres dont l'ambition est de préserver, protéger et promouvoir le patrimoine culturel, artistique et historique de l’Inde en Midi-Pyrénées.
  • Le réseau culturel et artistique" Les Portes de l’Inde" regroupe des membres dont l'ambition est de préserver, protéger et promouvoir le patrimoine culturel, artistique et historique de l’Inde en Midi-Pyrénées.