Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 17:31


Dans le cadre de la direction d’études
de Lyne Bansat-Boudon

Madame Xenia Zeller
Dr. phil., Université de Brême

donnera une conférence sur le thème :

Negotiating the Hierarchy of Goddesses:
Authority and Pilgrimages in Contemporary Hinduism


le lundi 7 mai, de 14h à 16h,
Maison de l’Asie, 22 avenue du président Wilson, Paris 16ème
(Grand salon, 1er étage)

Vous y êtes cordialement invités.

Repost 0
Published by La-Porte-de-l-Inde - dans Culture
commenter cet article
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 17:17

livre2.jpg

 

Sascha Ebeling - Author
SUNY series in Hindu Studies

 

Summary


Details the transformation of Tamil literary culture that came with colonialism and the encounter with Western modernity.

A true tour de force, this book documents the transformation of one Indian literature, Tamil, under the impact of colonialism and Western modernity. While Tamil is a living language, it is also India’s second oldest classical language next to Sanskrit, and has a literary history that goes back over two thousand years. On the basis of extensive archival research, Sascha Ebeling tackles a host of issues pertinent to Tamil elite literary production and consumption during the nineteenth century. These include the functioning and decline of traditional systems in which poet-scholars were patronized by religious institutions, landowners, and local kings; the anatomy of changes in textual practices, genres, styles, poetics, themes, tastes, and audiences; and the role of literature in the politics of social reform, gender, and incipient nationalism. The work concludes with a discussion of the most striking literary development of the time—the emergence of the Tamil novel.

“…[Ebeling] provides a detailed philological study of the Tamil texts, especially the poetics of Minatcicundaram Pillai and the Pulavars and the emergence of the Tamil novel. The transliterated Tamil texts following the epilogue make this book valuable indeed.” — CHOICE

“This is a pathbreaking study of textual materials that have not been examined before in an English-language publication. It fills a major gap in our understanding of nineteenth-century literary culture in South India specifically and in India generally.” —Srilata Raman, author of Self-Surrender (Prapatti)to God in Sårīvaisnavism: Tamil Cats and Sanskrit Monkeys

“This book is impeccably grounded in philological expertise, and the author displays mastery of the language and the complex texts that he discusses. The entire book is conceived with great elegance.” — Indira Viswanathan Peterson, coeditor of Tamil Geographies: Cultural Constructions of Space and Place in South India

Sascha Ebeling is Assistant Professor of South Asian Languages and Civilizations at the University of Chicago.
Repost 0
Published by La-Porte-de-l-Inde - dans Culture
commenter cet article
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 17:13

livre 1

 

Summary


Comprehensive overview of the work of Indian novelist Amitav Ghosh.

This is the first collection of international scholarship on the fiction of Amitav Ghosh. Ghosh’s work is read by a wide audience and is well regarded by general readers, critics, and scholars throughout the world. Born in India, Ghosh has lived in India, the United Kingdom, and the United States. His work spans genres from contemporary realism to historical fiction to science fiction, but has consistently dealt with the dislocations, violence, and meetings of peoples and cultures engendered by colonialism.

The essays in this volume analyze Ghosh’s novels in ways that yield new insights into concepts central to postcolonial and transnational studies, making important intertextual connections and foregrounding links to prevailing theoretical and speculative scholarship. The work’s introduction argues that irony is central to Ghosh’s vision and discusses the importance of the concepts of “testimony” and “history” to Ghosh’s narratives. An invaluable interview with Amitav Ghosh discusses individual works and the author’s overall philosophy. 

Chitra Sankaran is Associate Professor in the Department of English Language and Literature at National University of Singapore and is the author of Myth Connections: The Use of Hindu Myths and Philosophies in R. K. Narayan and Raja Rao, Revised Edition.
Repost 0
Published by La-Porte-de-l-Inde - dans Culture
commenter cet article
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 10:31

DANSE journéeLe visuel

 

 

Puis-je vous dire Merci au nom de toutes celles et ceux d'entre nous qui ont participé à la première édition  de la Journée Internationale de la danse à Toulouse : « La danse dans tous ses Etats ».


Merci à tous les artistes pour leurs formidables performances.

Merci à toutes les personnes qui sont venues soutenir l'événement de 2012.

Et merci à nos partenaires de nous avoir suivis, accompagnés & soutenus

 

En tant qu’associations organisatrices, Jai Desh et Les Portes de l’Inde, vous sont très reconnaissantes pour cet excellent moment de partages.


Cela a été un grand plaisir pour nous de voir des amis de l’Art, de la Danse, de la Musique, des amateurs de l’Inde embrasser l'esprit de partages et d’échanges de la Journée Internationale de la Danse.


 Nous sommes ravis d'inscrire cette Journée dans notre programme.


Mention spéciale aux artistes pour avoir cru au projet & participé à l’aventure, tout comme aux bénévoles pour leur investissement & implication.


 

Il s’agit d’une 1ère édition où nous testons un lieu inédit et ses problématiques techniques. Nous présentons sincèrement nos excuses à ceux qui ont rencontré des désagréments. Nous prenons acte de vos remarques et nous ne manquerons pas de re-ajuster notre production pour rendre le festival encore plus agréable sur l’édition suivante.


Nous espérons que vous avez pu apprécier la magie du spectacle et le talent des artistes, danseuses, musiciens, et l’effort de tous les bénévoles, qui ont travaillé avec nous sur cette toute nouvelle Journée.

 


To be continued…

 

Repost 0
Published by La-Porte-de-l-Inde - dans Art
commenter cet article
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 17:38

 

  DANSE journéeLe visuel

 

 

Journée Internationale de la Danse

 

La DANSE dans tous ses états

 

La danse est une partie intégrante de la Culture humaine

 tout au long de son Histoire

 

Tous les ans, le 29 avril, la DANSE est à l’honneur.

 

 

La Journée Internationale de la Danse a été introduite par Le Comité de Danse International (CDI, en relation avec l'UNESCO)

La Comité a instauré la Journée internationale de la danse en 1982. La date du 29 avril a été choisie pour commémorer l’anniversaire de Jean-Georges Noverre (1727-1810), créateur du ballet moderne.

Le message de cette « Journée Internationale de la Danse » est de célébrer, de révéler dans l’universalité de toutes les formes de cet art,  le croisement de toutes les politiques, de toutes les cultures, sans aucune barrière et de réunir tous les publics autour d’un langage commun unique : le langage de la Danse.

 

Donc, sous l’impulsion de l’union entre le CDI, l’UNESCO et l’Alliance des Danses du Monde, nous proposons à Toulouse de s’inscrire dans cette mouvance artistique.

 

En 2010, le Président du CDI  UNESCO Paris, Pr Alkis Raftis écrivait : « Cette journée a été proclamée par les Nations Unies  « International Day for the Rapprochement of the Cultures »

Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO a proposé une vision universelle qu’elle nomme « New Humanism . Ce sont des millions de personnes, dans tous les pays, qui attendent la Fête Internationale de la Danse chaque année».

 

La Danse tenant une place centrale dans chaque culture, constitue le meilleur outil pour rassembler toutes les communautés vivant à Toulouse.

Par le truchement de la danse, nous pouvons développer une connaissance réciproque et le respect de nos diversités. Immédiatement des ponts de compréhension apparaissent, érigés par la force prodiguée par les corps et les mouvements des danseurs(es).

 

 

L’association Les Portes de l’Inde – Réseau Artistique et Culturel – est composée de nombreux volontaires, issues des associations œuvrant pour la promotion des arts indiens en Midi Pyrénées, d’artistes danseurs et musiciens et propose différents types de créations : Fêtes traditionnelles, Shows Chorégraphiques, Conférences, ateliers, etc.

En mars dernier, l’association a proposé pendant toute une journée de célébrer la fameuse Fête des Couleurs indienne : Holi avec des ateliers pour enfants et pour adultes, des initiations et un spectacle de danses, présentant un assez large panel des diverses danses de l’Inde.

Le public a très bien accueilli cette initiative, et plus d’une centaine de personnes est venue participer et applaudir le spectacle.

En octobre 2011,  l’association avait déjà proposé de fêter la fête indienne de Dusshera. 140 personnes y avaient participé (essentiellement issues de la diaspora indienne vivant en Midi Pyrénées). Cette réussite a été l’étincelle nécessaire pour initier une aventure de plus grande envergure et répondant à l’attente, tant de la communauté indienne que de la population toulousaine de plus en plus attirée par la culture indienne qui jusqu’alors restait mal connue.

Cet engouement pour ces deux représentations, lesquelles coïncidaient avec l’actualité musicale et filmographique avec la présentation à Toulouse de quelques films indiens, les différentes expositions à Paris et à Lyon de l’art contemporain indien, des manifestations, en 2009, dans plusieurs villes françaises Paris , Lyon, Marseille, La Rochelle, Biarritz, Strasbourg, etc.) sous le sigle « Bonjour India ». Autant de manifestations culturelles, qui ont marqué 200 ans d’amitié franco-indienne.

 

L’accroissement de la diaspora indienne à Toulouse en fait la seconde « ville indienne » en France. L’intégration de cette communauté ne peut plus rester dans l’ombre.

 

Les Portes de l’Inde souhaitent associer pour l’évènement un certain nombre de partenaires et d’associations autour de ce projet d’envergure régionale, et par la même occasion s’engager pour une cause culturelle et citoyenne.

 

 

Le spectacle

 

1.     Fiche récapitulative :

 

_ Journée Internationale de la Danse : La Danse dans tous ses états 

_ Type de création : Festival de Danse

_ Proposé par : Les Portes de l’Inde Midi Pyrénées & Jai Desh

 

2.      Sur scène :

 

\ La Troupe Mozaïka, Danses du Monde de Pau

 \ Cecilia & Familia chanteuse et musicienne flamenca

 \ M.Pierre Cauvel , danseuse de danse japonaise Butô accompagnée de la flûtiste Julie Avril

\ Saraswati , artiste, danseuse Bollywood

\ Ramshi Kant, chanteur – musicien

\ Fara, yogini

\ Zania,  jeune talent Bollywood

\ Jamila , animation Flasmob Bollywood

 

_ Dates / horaires : dimanche 29 Avril 2012, de 15h à 20h

 

 

_ Prix des places : 5 € : tarif normal ; 3 € : membres des associations du Réseau, étudiants, titulaires d’un minimum social (ASS, RSA)

 

_ Les partenaires de l’association

 

 

- La boutique d’artisanat indien Saraswati

- Les associations :

     - ADVO

     - Les Routes de l’Inde

     - Salem

     - Le Cœur de Jaïpur

- Le restaurant indien : Monica

 

 

3. Présentation

 

 

 

Mozaïka, Danses du Monde et Chanaya, de Pau

L'association MOZAIKA a été créée en 2005 par Bouchra et Delphine passionnées toutes deux de danses.

MOZAIKA a pour but de promouvoir les danses du Monde à travers des spectacles, stages et cours de danse.

Des stages de danse bollywood sont organisés régulièrement. La troupe se produit dans de nombreuses manifestations du Grand Sud Ouest. Elle animait l’espace « L’Inde des Maharajas » de la Foire de Pau.

 

LES ORIGINES DE LA DANSE BOLLYWOOD

Le mot bollywood est une contraction de Bombay (1ère industrie cinématographique depuis 1970) et de Hollywood.

Les danses bollywood sont un masala (mélange) de danses traditionnelles indiennes (kathak, bharata natyam, bangra...)Les danses bollywoodfont leur apparition dans les danses occidentales et orientales(hip hop, jazz, danse orientale....). 

A travers cette danse, chacun peut exprimer ses émotions car pour danser bollywood il faut apprendre à danser mais aussi apprendre à devenir acteur de ces chorégraphies.

 

Cecilia y Familia

Les femmes guitaristes de flamenco dans le monde se comptent sur les doigts d'une main ; Cécile Briavoine se forge dès l'âge de 11 ans les muscles pour maîtriser les techniques et les modulations de son instrument, devient «Cecilia» pour sa nouvelle famille flamenca, qui se construit sur son «bonnefemme» de chemin : sa guitare et sa voix pour bagages. Après avoir joué seule sur des scènes comme le Théâtre de Tunis, elle rencontre Manuel, avec son oud, et ses multiples talents d'amoureux de la musique... naît alors la «familia», l'inspiration est décuplée, les compositions, les rencontres se multiplient, comme autant de belles surprises et de cadeaux de la vie... Ainsi fleurit le spectacle «Chispeando», «crépitant», (de «Chispas de amor»: "étincelles d'amour")...

Les artistes : Cecilia flamenca: guitare, chant, palmas,... Manuel Lolo: oud, guitare, chant, percussions,...

 

 

Marie-Pierre Cauvel , danseuse de danse japonaise Butô accompagnée de la flûtiste Julie Avril

Hommage à la Geisha"   improvisation



La danse butô est une danse japonaise née dans les années 60 après Hiroshima, il n'y a pas de technique à proprement dit, mais une recherche de son propre mouvement intérieur.




\ Saraswati , artiste, danseuse Bollywood

 

 

\ Ramshi Kant, chanteur – musicien

 

\ Fara, Professeure de Hatha-Yoga depuis 1983, elle a depuis enseigné en France (Toulouse- Paris) et en Inde (Delhi- Dharamshala). Elle s’y est spécialisée dans le Yoga Nidra dans la Bihar School of Yoga avec Swami Satyananda Saraswati.

Elle est également anthropologue indianiste (spécialiste des Femmes indiennes et de la Religion hindoue). Elle a à ce titre longtemps travaillé auprès de femmes indiennes en Inde du Nord. Elle a ainsi appris à comprendre leurs façons de privilégier le bien être intérieur et de développer ainsi leur puissance personnelle, leur énergie (Shakti). Elle a créé et développé une nouvelle technique de Yoga, le Nrita Yoga©

 

Le Nrita Yoga est une pratique de Yoga dansé, proposant des enchaînements de postures sur des chants ou des musiques sacrés indiens alliant rythme, fluidité et fermeté afin d’aboutir à la réalisation d’une chorégraphie douce et harmonieuse.

 

 

\ Zania,  jeune talent Bollywood

 

\ Jamila , Présentation d’une chorégraphie Bollywood et animation de la même choré dansée, cette fois, … par Tout le monde dans la salle !!!

 

1.     Nos partenaires de l’association

 

Aujourd’hui, nous avons la chance de compter déjà plusieurs partenaires, qui ont su nous faire confiance dès le lancement du projet, et continuent à nous accompagner sur nos prochaines dates :

 

- La boutique d’artisanat indien Saraswati

- Les associations :

     - ADVO

     - Les Routes de l’Inde

     - Salem

     - Le Cœur de Jaïpur

- Le restaurant indien : Monica

 

Programme (sous réserve de modifications)

-          Intro

-          Cecilia y Familia : Flamenco

-          Mozaïka & Chanaya : Des Rangila

-          Saraswati : Chammak chalo

-          Mozaïka & Chanaya : Tribal

-          Fara : Mritasanjeevani stotram

-          Mozaïka & Chanaya : Bole Chudiyan

BREACK : Chaï- Samosa

-         Mozaïka & Chanaya : Dil Rupa

-         Marie-Pierre Cauvel : danse Butô + Julie Avril : flûte : Hommage à la Geisha"   improvisation

-         Mozaïka & Chanaya : Yeh Ish Qai

-         Ramshi Kant : Chant – musique

-         Mozaïka & Chanaya : Krishna

-         Fara : Serenity

-         Zania : Chikni Chameli

-         Jamila : Flashmob

 

Avec la participation exceptionnelle de Pascal Champlon qui présentera son livre : « Le Marché Goubert de Pondichéry ».

 

 

Les Portes de l’Inde souhaitent proposer une création artistique de choix,

qui n’a rien à envier aux spectacles plus médiatisés.

 

 

 

La Salle 

 Salle Limayrac , 22, rue Xavier Darasse – 31200 Toulouse

 

 

 

 

Maison de quartier La Terrasse – Mairie de Toulouse

 

 

Les Portes de l’Inde Midi Pyrénées

Siège social : 8, rue de Metz

31000 Toulouse

05 81 3434 91

 

 

Repost 0
Published by La-Porte-de-l-Inde - dans Art
commenter cet article
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 16:57

"Il y a plus de sagesse dans votre corps qu'en votre philosophie plus profonde."
Friedrich Nietzsche

Repost 0
Published by La-Porte-de-l-Inde
commenter cet article
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 16:03

28-29 avril -
Stage de danse Kalbelia avec musicien 
animé par Jérôme Désigaud & Sarah Avril

Thème: la musique et le tournoiement 
Horaires: samedi 14h-17h /dimanche 11h-14h
Adresse: Centre Chorégraphique de Toulouse, 5 rue Matabiau (M° Jeanne d'Arc)
Tarifs: 80 € / 70 € tarif réduit (adhérent, demandeur d'emploi, étudiant)
Infos & inscriptions : kamlidanse@gmail.com /06 83 93 83 65  

--
Sarah Avril

Repost 0
Published by La-Porte-de-l-Inde - dans Art
commenter cet article
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 11:50

Bonjour,

L’association Les Portes de l’Inde s’est fixé pour objectif de fédérer les différents acteurs de la région qui font vivre la culture indienne ou créent des ponts avec
l’Inde. Notre association a donc naturellement pris toute sa place dans ce réseau partenarial.

Ce dimanche 29 avril, à l’occasion de la Journée internationale de la Danse, Les Portes de l’Inde organise un spectacle de danse et musique autour de l’Inde,
mais avec une scène ouverte à des rencontres avec d’autres cultures. Cela se passera à partir de 15 h 00, à la salle Limayrac de Toulouse (22 rue Xavier
Darasse, dans le quartier de la Côte Pavée).

Le prix d’entrée est fixé à 5 € (3 € pour les étudiants et personnes à faibles ressources). Il sera même proposé, pour ce prix modique, de partager un tchaï et un
samosa !

Notre association, partenaire de la manifestation, tiendra un stand d’artisanat indien, bijoux en particulier, avec de nouveaux modèles. Il y aura également
d’autres stands, une expo photo, une dédicace de livres de photos sur le marché de Pondichery, ...

Nous serons heureux de vous y retrouver et nous vous rappelons notre grande vente biannuelle des 12 et 13 mai au Pigeonnier de Campagne à Plaisance du
Touch. A bientôt.

L’équipe de l’ADVO

Repost 0
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 11:46

INDIA.jpg

Repost 0
Published by La-Porte-de-l-Inde - dans Réseau associatif
commenter cet article
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 11:44

[FOLIES DE VOYAGE 2/5] Chaque année, quelques centaines de touristes craquent à l'étranger, incitant certains spécialistes à parler de «syndromes du voyageur» très contestés. Deuxième étape de notre cartographie de ce phénomène en Inde.

Une femme danse dans le village de Talwas, dans l'état du Rajasthan. REUTERS/Danish Siddiqui.

- Une femme danse dans le village de Talwas, dans l'état du Rajasthan. REUTERS/Danish Siddiqui. -

Touristes pris d'un étrange accès de folie face à un tableau de maître, routards en plein délire mystique sur les routes de l'Inde, Japonais qui dépriment à Paris, vagabonds se prenant pour le Messie à Jérusalem, Robinsons occidentaux échoués sur les plages de Tahiti... Quelques centaines de voyageurs «décompensent» chaque année à divers points du globe au cours de ce que les psychiatres appellent «voyages pathologiques», la grande majorité de ces touristes ou expatriés souffrant déjà d'un trouble psychiatrique avant leur départ. Certains spécialistes font eux l'hypothèse de l'existence d'un «syndrome du voyageur». Au-delà des définitions, une cartographie culturelle se dessine en pointillés, comme si «là où l'on allait» délirer dépendait aussi de «là d'où l'on venait». Tour du monde en cinq étapes.

***

L'évocation de l'Inde fait jaillir une ribambelle de clichés hauts en couleur mêlant le merveilleux à l'affreux, des temples somptueux du Rajasthan aux bûchers de Bénarès, des énigmatiques sadous drapés d'orange aux lépreux endormis sur les trottoirs de Bombay. Dans l'imagerie occidentale, l'Inde est aussi associée aux hippies qui s'y installèrent à partir des années 1960, ce qui fait d'elle le décor idéal du voyage initiatique qu'entreprennent chaque année des milliers de jeunes à travers le monde.

Le psychiatre Régis Airault la compare au monde enchanté d'Alice au pays des merveilles ou de Peter Pan dans l'imaginaire des jeunes. Ils ont la vingtaine et c'est souvent leur premier grand trip. Et leur premier choc, à en voir les témoignages qui abondent sur les forums de voyage, évoquant «des regards intenses voire un peu effrayants», «une sensation d'insécurité permanente due à un manque de repères» ou encore «un mal-être devant la misère et le harcèlement perpétuel»...

Confrontés à la spiritualité qui imprègne le quotidien, à la foule et à la misère, de nombreux touristes sont victimes d'un choc culturel: ils sont angoissés, certains vont jusqu'à ne plus quitter leur chambre d'hôtel. L'écrivain anglais William Sutcliffe décrit ce choc d'une façon hilarante dans le roman Vacances indiennes, carnet d'anti-voyage initiatique d'un étudiant cynique, coincé en Inde en compagnie de backpackers en mal de spiritualité.

«Le syndrome peut toucher tout le monde»

Certains voyageurs seraient eux victimes du «syndrome indien», décrit par le psychiatre Régis Airault comme une «bouffée délirante avec des mécanismes interprétatifs, hallucinatoires, à thématique persécutive, mystique, qui apparaît après un séjour de quelques semaines». Les principales personnes concernées seraient des jeunes d'une vingtaine d'années.

Les histoires de touristes persuadés d'entendre la voix de Kali ou Shiva et qui jettent leurs billets dans la rue en faisant vœu de pauvreté sont légion dans les ambassades en Inde. Lorsqu'il travaillait au consulat de France à Bombay dans les années 1980, Airault a rencontré de nombreux illuminés du bord des routes de l'Inde et procédé à plusieurs rapatriements. Une expérience surprenante qu'il raconte dans un livre passionnant, Fous de l'Inde.

Comme la psychiatre italienne Graziella Magherini lorsqu'elle décrit le syndrome de Stendhal, il fait l'hypothèse que le voyage n'est pas pathologique mais pathogène, c'est-à-dire que le syndrome indien frappe des personnes qui n'ont pas d'antécédents psychiatriques. L'Inde rendrait donc fou. Une position contestée par de nombreux psychiatres qui considèrent que les pétages de plombs fréquemment observés chez les touristes circulant en Inde sont à imputer à des pathologies préexistantes ou à une fragilité psychologique favorable à l'éclosion d'un délire, ou encore, dans bien des cas, à la prise de drogues, comme à Goa ou Manali.

«Le syndrome indien peut toucher tout le monde, j'ai vu des gens qui ne prenaient pas de drogue et qui étaient délirants, qui avaient essayé de partir à la nage pour rentrer chez leurs parents», affirme Airault, qui a constaté que les troubles disparaissaient subitement dès que les gens étaient rentrés chez eux, dans leur culture d'origine. «Heureusement que les proches les avaient entendu hurler au téléphone, sinon on aurait pu croire que je me faisais payer un voyage aux frais de la princesse!»

«Des lieux où il est plus facile de "vaciller"»

Le psychiatre va plus loin en émettant l'hypothèse que «chaque culture semble désigner à ses membres des lieux où il est plus facile de "vaciller". Pour les Occidentaux, c'est l'axe oriental, avec le grand tour en Italie, Jérusalem, les îles et enfin le syndrome indien, sur les traces de Marco Polo. Ce sera la France pour les Japonais, les pays du Nord pour d'autres ou les lieux chargés de mysticisme... »

Amoureuse de l'Inde, Claire Kaczynski, artiste, considère qu'elle n'est plus la même depuis son premier séjour là-bas, en 2007. Elle avait 26 ans:

«Je n'avais plus aucun repères, tout ce que je regardais était différent, les odeurs et les goûts aussi. Je n'étais jamais seule, il se passait toujours quelque chose autour de moi. L’absence d’hygiène m’a aussi rendu dingue car je n’arrivais plus à aller aux toilettes. J'étais saoulée, hypnotisée, je ne me rendais plus compte de la réalité, je me laissais aller».

De cette expérience traumatisante, elle a ramené un livre, Journal d'une parisienne à Jaïpur, qu'elle a commencé à écrire après que sa compagnie d'assurance a refusé de la rapatrier en France. Elle était alors effrayée par l'idée de devoir rester encore plusieurs semaines en Inde, jusqu'à la date de retour inscrite sur son billet:

«J'étais au bout du rouleau... Je pensais que j'allais mourir, alors j'ai écrit un journal au cas où ma famille retrouverait mon corps...»

Étrangement, comme Claire, qui est repartie en Inde six mois à peine après son retour en France, la plupart des voyageurs soumis à «l'épreuve de l'Inde» dont parle Airault n'ont qu'une idée en tête une fois rentrés chez eux: y retourner. Bien que leur voyage ait tourné au cauchemar, l'Inde ne semble pas à leurs yeux avoir perdu de sa force d'attraction.

Annabelle Georgen

http://www.slate.fr/story/47491/folies-voyage-inde-choc-culturel

Repost 0
Published by La-Porte-de-l-Inde - dans Actualité
commenter cet article

Présentation

  • : Les Portes de l'Inde en Midi Pyrénées
  •  Les Portes de l'Inde en Midi Pyrénées
  • : Réseau artistique et culturel INDE en Midi Pyrénées Propose une photographie du paysage des associations, professionnels et amateurs en lien avec l'Inde. Création d'actions communes
  • Contact

Profil

  • Les-Portes-de-l-Inde
  • Le réseau culturel et artistique" Les Portes de l’Inde" regroupe des membres dont l'ambition est de préserver, protéger et promouvoir le patrimoine culturel, artistique et historique de l’Inde en Midi-Pyrénées.
  • Le réseau culturel et artistique" Les Portes de l’Inde" regroupe des membres dont l'ambition est de préserver, protéger et promouvoir le patrimoine culturel, artistique et historique de l’Inde en Midi-Pyrénées.