Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 16:32

Du 09 au 18 septembre 2011 au Parc des Expositions de Pau


La Foire de Pau accueillera une grande exposition culturelle sur "L’Inde des Maharajas" sur un espace de 850 m2.

Entièrement conçue et réalisée par les équipes de Caen Expo-Congrès, cette exposition inédite est le fruit de nombreuses recherches et de multiples rencontres sur la Route des Indes… autour de la fameuse et fabuleuse histoire des Maharajas, les anciens seigneurs et princes du Pays.

Cette exposition vous invite à retrouver ou à découvrir la trace de cette époque aujourd’hui révolue.

L’Inde a acquis son indépendance en 1947 et cette date marqua un tournant véritable dans l’histoire du pays devenu, depuis, la plus grande démocratie du monde avec près d’un milliard et demi d’habitants.

La Foire de Pau c’est aussi...


Les Conférences :

Chaque année l’UISBA (union des ingénieurs et scientifiques du Bassin de l’Adour) organise une conférence scientifique lors de la Foire de Pau. Le Thème retenu cette année concernera "Les nouvelles applications de l’énergie photovoltaïque" ; le conférencier sera le Dr. Roger C. HIORNS de l’IPREM (Institut Pluridisciplinaire de Recherche sur l’Environnement et les Matériaux) (IPREM UMR 5254) à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Rendez-vous le jeudi 15 septembre, Salle Navarre à 17h00


Les Animations en Journée

- Défi Bike :
Un Parcours VTT TRIAL AVENTURE pour TOUS : Organisé par BIKE SENSATION la discipline consiste à tenter de franchir des obstacles à vélo, sans poser le pied par terre.

Lieu : Un grand espace à proximité de la Taverne Bavaroise vous accueillera tous les jours de 14h à 19h .

- Danse indienne :
* Le week-end et le vendredi 16 septembre entre 14h et 16h
* Du lundi au mercredi à partir de 18 h
* Jeudi 15 septembre à 20h sur le Podium Central - Esplanade

Prestations réalisées par le Groupe MOZAIKA tous les jours, dans l’Espace "Pavillon indien"

- Concours de dessins : pour les enfants de moins de 15 ans sur le Thème "Dessines-moi la nature". Les plus beaux dessins seront récompensés.

Mercredi 14 Septembre, Samedi 10 et 17 Septembre


Des secteurs d’activités variés :

- l’Espace Habitat, Logement, Amélioration de l’Habitat, L’Artisanat, Art, Le Bien-Etre et Beauté, l’Espace Ameublement, Cuisines, l’Espace Radio, Télé, etc...l’Espace Loisirs, l’Espace Piscines, Camping-Car, Presse parlée et écrite, les services, etc...

- l’Espace Gourmand où se retrouvent toutes les spécialités de nos régions mais également des départements de France et d’Outre-Mer, et bien d’autres spécialités culinaires hors de France...


Du 09 au 18 septembre 2011 au Parc des Expositions de Pau

Repost 0
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 10:38

AYURVEDA: vendredi 30 septembre 19-23h  soirée d'ouverture de l'Institut Français d'Ayurvéda
Partenariat EIEBG : buffet végétarien, présentation de l'école, présentation de la situation de l' Ayurvéda en Europe et
conférence "Qu'est-ce que l'Ayurvéda" par le Dr Ghanashyam Marda.
au Restaurant Saravanaa (annexe) 170 rue du Faubourg Saint-Denis 75011 M° Gare du Nord
Réservation : contact@institut-ayurveda.fr

Repost 0
Published by La-Porte-de-l-Inde - dans Culture
commenter cet article
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 10:34

Après la sortie de son cinquième album ‘VEL’,
l'envoûtante Susheela Raman revient en tournée dans toute la France !

17/06/2011 - L'Atabal - Biarritz
18/06/2011 - Lo Bolegason - Castres
24/06/2011 - Festival des Nuits Métisses - Auxerre
13/07/11 - Sob's - New York City (USA)
14/07/11 - Millenium Park - Chicago (USA)
15/07/11 - Festival Of Colors - Detroit (USA)
21/07/11 - Conga Room - Los Angeles (USA)
22/07/11 - Yoshi's - San Francisco (USA)
27/07/2011 - Emmaus - Pau
28/07/2011 - Les Terrasses du Jeudi - Rouen
29/07/2011 - Festival de Néoules - Néoules
30/07/11 - Womad (UK)
07/08/2011 - Festival du bout du monde - Crozon
13/08/2011 - Festival Paimpol - Paimpol
26/08/11 - Le Caire (Egypte)
22/09/2011 - Festival Femmes Funk - Nouméa
07/10/2011 - Les Abattoirs - Bourgoin Jallieu
08/10/2011 - Théâtre R.Hanin - Soustons
10/10/2011 - Odyssud - Toulouse - Blagnac
12/10/2011 - L'Alhambra - Paris
15/10/2011 - Festival de Bonifacio - Bonifacio
20/10/11 - Le Train Théâtre - Portes les Valence
21/10/2011 - Théâtre Jeanne D'Arc - Bellegarde sur Valserine
22/10/2011 - Théâtre Pierre Fresnay - Ermont
04/11/2011 - La Citrouille - Saint-Brieuc
05/11/10 - La Graineterie - Houilles
18/11/2011 - Le Splendid - Lille
19/11/2011 - Les Treize Arches - Brive-La-Gaillarde
23/11/2011 - La Filature - Mulhouse
24/11/10 - Centre Culturel Jean Moulin - Limoges
25/11/2011 - Le Carre les colonnes - Bordeaux - Saint Medard en Jalles

 

Repost 0
Published by La-Porte-de-l-Inde - dans Art
commenter cet article
31 août 2011 3 31 /08 /août /2011 10:28

festival-Tibet-affiche.jpg

La 11e édition du Festival Culturel du Tibet et des Peuples de l’Himalaya ouvrira ses portes au public avec notre marraine Véronique Jannot, à la Pagode du Bois de Vincennes, 75012 PARIS, le samedi 10 et le dimanche 11 septembre 2011.

Le 10 septembre 2011, à 11h, s’ouvrira le 11ème Festival Culturel du Tibet et des Peuples de l’Himalaya dans le cadre champêtre et bucolique du Lac Daumesnil du Bois de Vincennes.
Pendant deux jours, nous promettons à notre public un dépaysement assuré, la découverte de cultures riches et passionnantes à travers la musique, les danses, l’artisanat mais aussi l’art culinaire des peuples de l’Himalaya.

Forts de leur expérience, les fondateurs ainsi que les bénévoles n’ont pas oublié l’esprit des débuts et la volonté de faire de belles choses, dans la joie et la bonne humeur.
Les valeurs du Festival restent et resteront l’authenticité, la convivialité, l’originalité, le goût des choses simples et énormément de découverte, de plaisir et d’enthousiasme… En effet, ce Festival ne bénéficie d’aucune subvention et est entièrement organisé par la Maison du Tibet aidée d’une centaine de bénévoles. Cet évènement reste, donc, à la fois populaire et exigeant, rigoureux et chaleureux, ce qui en fait une manifestation unique en son genre.

Nous souhaitons faire découvrir ces cultures ou enrichir les connaissances du public par des conférences des documentaires récents. Et vous pourrez assister à des spectacles de danses et chants populaires et sacrés du Bhoutan, du Népal, de l’Inde et du Tibet, … Sans oublier la présence sur le site de chiens tibétains, et de yaks sur le dos desquels les enfants pourront se promener.
Vous ferez ainsi, à la lisière de Paris, l’expérience d’une ambiance tibétaine et des cultures himalayennes.

La Maison du Tibet fait depuis toujours le pari d’une politique tarifaire symbolique. Les billets pour le concert sont en vente au tarif de 10 euros dans les points de vente habituels (Fnac, Carrefour, Géant) et le tarif de l’entrée journalier pour le Festival est de 3.50 euros sur place, et gratuit pour les enfants de moins de 10 ans. Sans votre aide, chers amis, ce festival et les cultures himalayennes ne seraient pas connus du grand public.

Repost 0
Published by La-Porte-de-l-Inde - dans Festivals indiens
commenter cet article
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 10:44

Une de nos fêtes religieuses les plus grandes, le grand festival Ganesha, aussi connu sous le nom de ' Ganesh Chaturthi ' ou ' Vinayak Chaturthi ', est célébrée par des Hindous pour être le jour de  l'anniversaire du Dieu Ganesha.

Il tombe pendant le mois hindou de Bhadra (mi-août - mi-septembre). Il est célébré dans toute l’Inde et  particulièrement dans l'état d'Inde occidentale du Maharashtra, il dure 10 jours et finit le jour appelé ' Ananta Chaturdashi '.

 

Puissent les bénédictions du Sri Ganesha vous toucher tous! Puisse t’Il enlever tous les obstacles qui se trouvent sur votre chemin spirituel! Peut Il vous accorder la prospérité matérielle aussi bien que la libération!


Subhamoy Das

 

ganesha_blue.jpg

Repost 0
Published by La-Porte-de-l-Inde - dans Festivals indiens
commenter cet article
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 10:29


fete-Ganesh-Paris.jpg
 

XVIIIe , hier. Ganesh, le dieu à tête d'éléphant, a été célébré comme chaque année. Parti du temple (rue Pajol), des danseurs ont défilé torse nu, suivis de femmes en sari portant sur la tête des pots en terre cuite dans lesquels brûlait du camphre. Sur le passage du char, des hommes ont brisé des noix de coco pour libérer les fidèles de leur orgueil.

Des milliers d'Hindous majoritairement originaires du Sri Lanka et du sud de l'Inde ont participé hier à la procession en l'honneur de l'anniversaire de Ganesh, le dieu à tête d'éléphant. Dans un tourbillon de couleurs vives parfumé de camphre et d'encens, le cortège a quitté à 11 heures le temple du 17, rue Pajol (XVIIIe) pour emprunter les rues Marx-Dormoy et Ordener au son des flûtes et des tambours avant de regagner son point de départ à 15 heures.


Il y avait 5000 personnes selon la préfecture de police; 40000 selon les organisateurs.

Un char portant un énorme éléphant en résine noire a ouvert le défilé, suivi de danseurs torse nu, puis de femmes en sari très coloré portant sur la tête des pots en terre cuite dans lesquels brûlait du camphre. Enfin est apparu le char de Ganesh -- dont la statue était invisible sous les couronnes de fleurs -- surmonté d'un dais orné d'étoffes rouge et blanc. Sur son passage, des hommes vêtus du vesti (drap autour de la taille) ont brisé des noix de coco disposées en petits tas sur le bord de la chaussée préalablement nettoyée à l'eau de rose. Par ce rituel, les fidèles entendent se libérer de leur orgueil.

Venue en train d'Ermont (Val-d'Oise) avec ses deux filles et son mari, commercial dans un hypermarché, Shakila, née à Pondichéry (Inde) il y a trente-trois ans, a offert aux prêtres accompagnant le char de Ganesh un plateau de fleurs de jasmin, de bananes et de noix de coco. Tout en cassant ces noix, le prêtre a aussitôt béni les fruits avant de les lui rendre. « Maintenant, nous allons les manger car ils sont bénis. Ce serait un parjure de ne pas les consommer », confie Shakila, rayonnante avec sa couronne de fleurs dans les cheveux.

Devant le magasin de prêt-à-porter de son père, Sapna -- qui porte un diadème et des boucles d'oreilles en or -- distribue des assiettes de riz et de lentilles en l'honneur du dieu Ganesh réputé « Maître des obstacles ». « Donner de la nourriture aux passants est un signe de solidarité », explique cette jeune fille d'origine sri lankaise. Catherine -- employée de banque parisienne du Xe -- et sa fille de 32 ans se régalent des beignets indiens et des pois chiches que vient de lui donner un commerçant. Habitante de Montrouge (Hauts-de-Seine), Cécile, qui à 41 ans se présente comme « catho-sceptique », vient fêter Ganesh tous les ans. « Cette procession me rend heureuse. Voir un tel spectacle est réjouissant, confie-t-elle. Franchement, les tambours de Ganesh, ce n'est pas pire que les pétards du 14 Juillet! »

  Fancy Blue OM


Philippe Baverel | Publié le 29.08.2011, 07h00


Repost 0
Published by La-Porte-de-l-Inde - dans Festivals indiens
commenter cet article
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 15:47

Un cours de Nrita Yoga© débutera le vendredi 9 septembre 2011.

Au Trait Bleu : 1, rue Joutx Aigues – M°Carmes – 31000 TOULOUSE

Tous les vendredis de12h30à 13h30

 

IMGA2907.JPG

 

Les séances débutent par un échauffement qui permet de rompre avec toutes les tensions tant physiques que mentales et de recentrer nos énergies. Il est composé de postures de Hatha Yoga, choisies parmi les propices à réveiller notre corps en douceur pour le préparer à effectuer l’enchaînement du Nrita et d’exercices respiratoires (pranayama).

Ensuite, les différentes postures de la chorégraphie sont détaillées et enchaînées sur des musiques traditionnelles indiennes.

Selon le rythme de chacun(e) des participant(e)s, une chorégraphie intégrale est achevée après plusieurs séances.

Pour celles et ceux qui veulent, une chorégraphie peut être proposée lors de spectacles (Forom des langues, ou autre…)

Si une musique vous inspire particulièrement, vous êtes bien sûr invité(e)s à faire vos proposition et nous verrons ensemble comment intégrer votre idée.

Ces séances peuvent ainsi devenir des moments d’échanges et de créativité.

Les séances de Nrita Yoga© seront ce que nous en ferons.

C’est là, le concept de la « Danse pure » : Nrita

Je compte sur vous !!!

PHIR MILENGE

Appelez France Fara au 06 36 99 1516

Repost 0
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 11:49
 

 

 
 
 

 

L’Association du Thé du Nord-Est, (NETA), une organisation de planteurs de thé dans l’Etat d’Assam (nord-est), a demandé au gouvernement de fédéral de faire du thé la boisson nationale indienne.


" Si le thé a pu être déclaré boisson nationale en Grande-Bretagne et en Chine, comme le jus de sucre de canne au Pakistan ou le whisky en Ecosse, pourquoi notre pays ne fait-il pas du thé sa boisson par excellence ? ", a demandé l’un des membres de la NETA, lors d’une réunion de l’organisation.


Vingt-cinq arguments ont été avancés afin de justifier cette demande, le plus important étant le fait que 85% des ménages indiens boit du thé, faisant ainsi de l’Inde le plus grand consommateur au monde. Les bienfaits de la culture du thé pour la croissance économique et le progrès social ont également été mis en avant, tout comme les vertus médicinales du breuvage.


L’industrie du thé dans l’Assam, qui existe depuis 180 ans, est le seul monopole que l’Etat ait réussi à maintenir. La production de l’Assam Tea Compny, représente plus de 51% de la production totale en Inde et 13% de la production mondiale, rapporte The Indian Express.


L’entreprise emploie 500 000 travailleurs permanents, 500 000 saisonniers, et un million de personnes en plus dans le domaine des services. Enfin, 50% des travailleurs sont des femmes, faisant de l’industrie le plus grand employeur de femmes en Inde, indique un membre du NETA.

Repost 0
Published by La-Porte-de-l-Inde - dans Actualité
commenter cet article
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 11:47

 

 
 
 
 

Près de 20.000 personnes se sont réunies samedi sous une pluie insistante, dans le Stade olympique de Berlin, pour un rassemblement à l'initiative de Sri Sri Ravi Shankar, un des gourous indiens les plus populaires.

Les organisateurs avaient pour ambition de constituer "le plus grand camp de yoga au monde", au cours d'un "Festival mondial des cultures" sur deux jours, avec séances de yoga et de méditation, concerts et interventions publiques diverses.
Mais le très mauvais temps sur la capitale allemande a sensiblement réduit le nombre des participants.

Le mouvement "Art de vivre" ("Art of living") de Sri Sri Ravi Shankar - parfois surnommé "le gourou de la Joie"- espérait 70.000 personnes dans ce stade où le pape Benoît XVI doit célébrer la messe le 22 septembre pour quelque 50.000 fidèles.

Sri Sri Ravi Shankar, 55 ans et homonyme du célèbre musicien qui avait joué avec les Beatles, est l'un des maîtres spirituels indiens les plus populaires. Il a notamment développé des techniques inspirées de l'ancienne science indienne de la respiration (pranayama) pour mieux gérer le stress.

L'organisation de cet Indien intervient notamment auprès des victimes de catastrophes naturelles ou de terrorisme pour les aider à surmonter leurs traumatismes.

Son mouvement, qui a le statut d'ONG reconnue par de nombreuses organisations internationales, propose également du yoga dans les prisons.

Repost 0
Published by La-Porte-de-l-Inde - dans Art
commenter cet article
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 11:12

banerjeeguimet

Dans le cadre de sa "Saison Indienne" destinée à faire découvrir l'Inde et sa culture à travers plusieurs expositions, le Musée Guimet présente, au sein de ses collections permanentes, une mise en résonance des oeuvres contemporaines de Rina Banerjee.

Cette exposition intitulée "Chimères de l'Inde et de l'Occident" est également présentée comme s'inscrivant dans sa mission nouvelle définie en 2009, "La Fabrique contemporaine de l'art en Asie".

Celle-ci l'investit, à côté de sa vocation fondamentale consistant en la monstration de ses collections historiques qui concernent tous les arts et les civilisations du continent asiatique sur cinq millénaires, à l'exclusion toutefois de la période moderne et contemporaine, et en raison de l'émergence de l'Asie dans l'art contemporain, d'une mission d'ouverture sur les oeuvres contemporaines crées dans les nations asiatiques.

Avec les oeuvres de Rina Banerjee, il procède à une extension de son champ d'investigation.

En effet, contrairement, par exemple, à Subodh Gupta, icône de l'art contemporain indien et de l'art contemporain international qui vit en Inde mais comme le plasticien britannique d'origine indienne Anish Kapoor, qui lui aussi tient le haut du pavé de l'art contemporain, Rina Banerjee, artiste américaine d'origine indienne, est une artiste de la diaspora qui n'a, de surcroît, pratiquement jamais vécu en Inde.

Il est donc intéressant de constater la concrétisation de son inéluctable métissage culturel dans lequel les co-commissaires, Jacques Giès, président du Musée Guimet et de Caroline Arhuero, chargée d'études documentaires responsable de l'art contemporain audit musée, voient "l'occasion de porter un regard renouvelé sur les civilisations asiatiques et leurs relations complexes avec l'Occident" et d'apprécier comment "l'Occident, s'est parfois approprié les emblèmes des cultures autrefois colonisées, pour les transformer en une nouvelle iconographie populaire".banerjee23.jpg

Rina Banerjee, du bazar indien aux petites histoires inquiétantes : "Qu'est-ce que ça veut dire d'être Indien aujourd'hui à New York ?"

Le parcours de l'exposition, qui s'égrène sur plusieurs niveaux, commence par une pièce maîtresse considérée comme la meilleure introduction à l'oeuvre de Rina Banerjee : "Take me, take me... to the palace of love".

Une immense carcasse métallique recouverte de film transparent rose fluorescent représente un Taj Mahal de bazar en lévitation. A l'intérieur un fauteuil anglo-indien ancien est suspendu au dessus d'un globe terrestre.

Globe terrestre qui se retrouve entre les machoires acérées d'un crâne d'alligator qui constitue le pistil d'une efflorescence monstrueuse qui ressemble à une fleur de pavot, oeuvre qui clôt l'exposition et intitulée : "The world as burnt fruit - When empires feuded for populations and plantations, buried in colonial and ancient cuurrency a Gharial appeared from an inky melon hot with blossom sprang forth to swallow the world not yet whole as burnt fruit".

Tout est dit dans ce titre narratif extrêmement long, ce qui constitue d'ailleurs une constante chez Rina Banerjee qui raconte ainsi une histoire, souvent dramatique, monstrueuse et au sens elliptique, composant des mythologies personnelles et dans lesquelles il faut déceler des messages politiques dénonçant le post-colonialisme et les effets pervers de la mondialisation et militant en faveur d'une humanité nouvelle.

La production artistique de Rina Banerjee, ingénieur chimiste de formation qui s'est reconvertie dans l'art contemporain, repose sur un socle culturel atavique phagocyté par les codes stylistiques occidentaux notamment en ce qui concerne les sculptures-installations.

En effet, pour les dessins, dont la facture est très éloignée de ces dernières, leur trait naïf, leurs figures inspirées de celles du panthéon indien et leur polychromie pétulante révèlent l'ascendance indienne nonobstant le fait d'être réalisés sur un support déjà utilisé à une autre fin, peut-être des schémas de circuits électroniques, sans présenter toutefois une réelle intercation évidente, comme par exemple dans l'oeuvre de Pierre Alechinsky.

En revanche, pour les sculptures-installations, en parallèle au métissage culturel qui est inhérent à toute personne de la diaspora et de surcroît opéré selon un mode singulier et unique, Rina Banerjee procède à un véritable syncrétisme artistique.

Ainsi, au Nouveau réalisme, elle emprunte l'art de la récupération, du recyclage et du détournement qui conduisit à l'esthétique du déchet et qui anima également le pop art et qui s'intitule ressortit à "la mixité des médiums".

A signaler que les rutilants déchets utilisés par Rina Banerjee avec, en l'occurrence une prédilection pour les coquillages, ampoules, cornes, éventails de plumes et ailes d'oiseau, petits flacons et cranes d'animaux, ne portent pas vraiment de traces d'usage.

La plupart des oeuvres de Rina Banerjee sont inquiétantes non seulement par la récurrence d'éléments qui, en Occident, ont une connotation méphitique mais également par l'agressivité qui s'en dégage, qu'il s'agisse de monstres chimériques, d'hybridations métamorphiques et de figures féminines perturbées.

Difficile de ne pas penser à Louise Bourgeois face à l'effrayante "Winter's flower" (ainsi explicité par l'artiste "Matières premières issues de la mer et d'immondices, voire de souris exotiques, dévorées par un monde affamé de commerce, qui en a fait des fleurs ; camouflé, à déguster accompagné d'un riz blanc") ou à Niki de Saint Phalle face à l'arbre aux têtes de poupées qui a envahi une volière.

Conformes à un art contemporain qui est placé sous le signe du morbide et d'un monde ravagé par la guerre et la violence, ces installations revêtent une aspect plus sombre in situ à proximité d'oeuvres qui induisent la sérénité.

Repost 0
Published by La-Porte-de-l-Inde - dans Art
commenter cet article

Présentation

  • : Les Portes de l'Inde en Midi Pyrénées
  •  Les Portes de l'Inde en Midi Pyrénées
  • : Réseau artistique et culturel INDE en Midi Pyrénées Propose une photographie du paysage des associations, professionnels et amateurs en lien avec l'Inde. Création d'actions communes
  • Contact

Profil

  • Les-Portes-de-l-Inde
  • Le réseau culturel et artistique" Les Portes de l’Inde" regroupe des membres dont l'ambition est de préserver, protéger et promouvoir le patrimoine culturel, artistique et historique de l’Inde en Midi-Pyrénées.
  • Le réseau culturel et artistique" Les Portes de l’Inde" regroupe des membres dont l'ambition est de préserver, protéger et promouvoir le patrimoine culturel, artistique et historique de l’Inde en Midi-Pyrénées.