Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 16:33

belle-citation.jpgCe sont des pas qui s'enfoncent dans le vert du gazon coupé ras. Des traces moulées au ciment, des souvenirs de semelles qui dessinent en pointillé l'ultime marche. L'avancée vers la mort, cette silhouette courte et courbée, ce torse maigre drapé de coton qui s'approche du canon du tueur. Gandhi a été assassiné ici même, le 30  janvier  1948, par un extrémiste hindou, alors que l'Inde indépendante, l'œuvre de sa vie, saignait encore des charniers de la partition avec le Pakistan. Au bout de ce chapelet d'empreintes laissées par le Mahatma (" grande âme ") se dresse un kiosque de pierre, mémorial érigé là où il s'est effondré.

Deux tiers de siècle après sa disparition, l'icône de Gandhi n'en finit pas de dominer la représentation que l'Inde d'aujourd'hui se fait d'elle-même. Il est, devant Jawaharlal Nehru ou Vallabhbhai Patel, le père fondateur de l'Inde moderne et indépendante.

Mais l'hommage tend à s'appauvrir en une liturgie orthodoxe, aseptisée, asséchée. Ce fils d'une caste marchande du Gujarat parti à Londres se former au droit, avocat mobilisé en Afrique du Sud pour la défense des droits de la minorité indienne, agitateur nationaliste revenu au pays combattre l'occupant britannique au fil de campagnes de désobéissance civile, réformateur social testant ses recettes dans le creuset de ses ashrams, cet homme aux multiples vies fut d'une immense complexité. Ascète obsédé d'hygiénisme et s'imposant la chasteté, quitte à se mettre à l'épreuve à proximité de jeunes filles. Patriote ombrageux mais enclin au compromis. " Apôtre " de la non-violence ayant pourtant soutenu l'effort de guerre britannique. Gandhi n'était pas d'un bloc.

C'est une " idée de l'Inde " pluriconfessionnelle que les tueurs hindouistes du 30  janvier  1948 avaient cherché à anéantir. Ils n'y sont pas parvenus. Le Rashtriya Swayamsevak Sangh (Association des volontaires nationaux, RSS), la matrice nationaliste hindoue où les assassins firent leurs premières armes, tomba en disgrâce après le crime sacrilège et disparut de la scène nationale durant un quart de siècle. Mais ce courant hindouiste remonta lentement la pente.

Dans son Etat même du Gujarat, là où Gandhi trône aux carrefours, un homme issu de cette mouvance sectaire a amorcé dans la fièvre ambiante une irrésistible ascension : Narendra Modi. Il vient d'accéder au pouvoir suprême à New Delhi à la suite de la victoire aux élections législatives du printemps 2014 du Bharatiya Janata Party (Parti du peuple indien, BJP). Le deuxième front où la trace de Gandhi s'estompe est celui de l'économie. Mais cette autre offense est le fait de ses propres amis. Dès l'indépendance de 1947, l'option officielle embrassée par le nouvel Etat est celle du socialisme nehruvien, modèle inspiré d'une planification centralisée.

Une étape bien plus radicale dans la dilapidation de l'héritage gandhien fut franchie à l'orée des années 1990, quand le Parti du Congrès, au pouvoir, se lança dans les " réformes économiques ". On démantelait alors le socialisme neh-ruvien, mais pas pour revenir au village de Gandhi. Bien au contraire, on s'en éloignait encore avec le triomphe du marché, du consumérisme, de l'individualisme et de la mondialisation. Plus que jamais, la frugalité austère et monacale de Gandhi se démonétisait en pittoresque vieillerie. Les nouvelles vannes qui s'ouvraient dès lors allaient bouleverser la hiérarchie des valeurs, l'argent roi fraîchement sacré autorisant au mieux l'assouplissement des carcans ancestraux, au pire le dérèglement des mœurs financières. Depuis vingt ans, une corruption galopante gangrène le système politique indien.

UNE SOCIÉTÉ EXTRÊMEMENT VIOLENTE

Quant au troisième pilier de l'héritage du Mahatma, celui de la non-violence, il y a là aussi matière à perplexité. Gandhi a certes inspiré bien des groupes pacifistes et antiautoritaires en Occident. Il a aussi fourni quelques solides repères aux luttes pour les droits civils des Noirs américains et au combat anti-apartheid en Afrique du Sud, même si son influence sur ces mouvements n'a pas été aussi déterminante que certains ont pu le prétendre. Quant à l'Inde elle-même… l'ombre portée de l'icône gandhienne n'aura pas suffi à pacifier une société demeurant extrêmement violente.

Au carrefour de la protestation sociale, de l'engagement humaniste et de la militance écologiste, cette fameuse " société civile " indienne puise l'essentiel de son inspiration dans la geste gandhienne. A la trahison de l'Etat et des puissants du jour, elle oppose la fidélité au message et à la méthode, le célèbre satyagraha (" étreinte de la vérité ") fait de processions pacifistes, de grèves de la faim et de désobéissance civile. Elle montre que Gandhi n'est pas si mort que cela. " Gandhi est comme un fantôme qui rôde en permanence dans notre dos ", sourit Deepak Malik, le directeur de l'Institut des études gandhiennes de Bénarès.

Le cycle s'est enrichi d'Anna Hazare, qui embrasa la ville de New Delhi en  2011 avec ses grèves de la faim contre la corruption du Parti du Congrès au pouvoir. Anna Hazare refusa de transformer son mouvement en parti politique. Mais l'un de ses lieutenants, Arvind Kej-riwal, franchit le pas et forma Aam Aadmi Party (Parti de l'homme ordinaire, AAP).

Porté par un puissant désir d'assainissement des mœurs politiques, il connut un succès électoral foudroyant au scrutin régional de décembre  2013 et fut propulsé chef du gouvernement du territoire de New Delhi. Mais il démissionna au bout de sept semaines. L'avortement du AAP remet au fond à sa place la tradition gandhienne, injonction morale et laboratoire sociétal plus qu'affaire d'Etat. Conscience de l'Inde, Gandhi survivra aussi longtemps que les Indiens auront besoin d'un saint pour sermonner leurs princes du jour.

Frédéric Bobin

Source : Le Monde du 23 janvier 2015

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
commenter cet article
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 17:01

 

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
commenter cet article
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 20:14

Lepaysquinaimaitpaslesfemmes-ARTEproduction_Actu.jpg

Projection-débat "le pays qui n'aimait pas les femmes"

04 décembre – Jeudi 4 décembre à 18h à la Maison des sciences de l’Homme d’Aquitaine sur le CAMPUS de Pessac  


    Lepaysquinaimaitpaslesfemmes@ARTEproduction

     

    ENTRÉE LIBRE

     

    Projection >

    "Le pays qui n’aimait pas les femmes" Documentaire de David Muntaner, Arte, 2013. Récits des combats de quatre femmes âgées de 11 à 84 ans, qui dressent le portrait d’une Inde où la condition de la femme est particulièrement difficile.

     

     

    Débat >

    • Marie Boher, directrice de OHE (Organise human events)
    • Kamala Marius, géographe, maître de conférences à l'Université Bordeaux Montaigne et chercheuse au LAM (IEP de Bordeaux) et à l'IFP (Inde)
    • Paul Veyret, maître de conférences Études anglophones Université Bordeaux-Montaigne
     
     

    http://forum-montesquieu.u-bordeaux.fr/Actualites/Projection-debat-le-pays-qui-n-aimait-pas-les-femmes

     
     
    Kamala MARIUS
    MCF-HDR
    UFR STC
    Université Bordeaux Montaigne
    UMR LAM (Science Po Bordeaux)
    Institut Français de Pondichéry
    Repost 0
    Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
    commenter cet article
    28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 16:54

    Ambassade de l'Inde à Paris - 28 nov.2014

    Externalisation des passeports et des services consulaires


    VFS Global M / s offre des services de visa pour le compte de l'ambassade depuis Février 2008. Il a obtenu un contrat pour continuer à fournir des services de visa jusqu'au 31 Décembre 2018.

    Il a été décidé d'externaliser les services consulaires et les services des passeports vers VFS Global M / s,avec effet à partir du 15 Janvier 2015.

    A partir du 02 Janvier 2015, les formulaires de demande pour les services de visa seront acceptés à cinqendroits en France, à savoir, Paris, Lyon, Marseille, Strasbourg et BordeauxDe même à partir du 15Janvier 2015, les formulaires de demande de passeports et les services consulaires seront situés dans ces mêmes centres, offrant ainsi une plus grande accessibilité de ces services à la communauté indienne et aux ressortissants français résidant dans différentes régions de FranceLes demandes de visapasseport et services consulaires peuvent être déposées à ne importe quel de ces centresen fonction de la commodité des requérants, indépendamment du lieu de résidence du demandeurLes adresses de cescentres sont donnés ci-dessous:

    Paris42-44rue de Paradis75010 Paris
    Marseille: 18-22, Rue Edmond Rostand13006 Marseille
    Lyon21Avenue Georges Pompidou69486 Lyon
    Strasbourg: 20, place des Halles67000 Strasbourgétage Tour Europe-13eme
    Bordeaux: 81Boulevard Pierre 1er33110 Le Bouscat, Bordeaux
    Services de Visa

    Les modifications suivantes seront introduites à partir du 02 Janvier 2015.
    Il sera obligatoire de fournir des données biométriques et tous les demandeurs devront nécessairement aller dans l'un des centres d'application pour fournir les éléments nécessaires les empreintes digitales et la capture des données faciales (photo)au moment de soumettre leurs formulaires de demande .
    Toutefoiscertaines catégories de demandeurs sont exemptés de l'obligation de la biométrieIl s’agit notamment - des enfants de moins de 12 ans et des adultes de plus de 70 ans.
    Les données biométriques fournies par un demandeur resteront valables pendant cinq ansPar conséquentle demandeur ne sera pas tenu de fournir des données biométriques pour les demandes de visa ultérieures durant cette période.
    Les demandeurs de visa, les titulaires de passeports diplomatiques ou officielscontinueront à soumettre leurs demandes à l'ambassade de l'Inde, Aile consulaire (20-22, rue Albéric Magnard75016 Paris).
    PASSEPORT ET SERVICES CONSULAIRES CONNEXES

    Les passeports et des services consulaires connexes suivants seront rendus par les centres VFS à partir du 15 Janvier 2015:

    Édition / réédition de passeport
    Renouvellement du passeport court de validité
    Certificat d'identité 
    Délivrance du certificat de naissance sur la base des informations contenues dans le passeport
    Enregistrement des naissances et numéro de passeport au nouveau-né
    Délivrance du certificat de concordance pour justifier l'écart entre le nom dans le passeport et certificat de naissance
    Attestation de certificat de vie (à des fins de retraite)
    Enregistrement de décès de ressortissants indiens
    Question de «certificat de coutume» pour le but du mariage
    Certificat de passeports indiens
    Certificat de renonciation de la citoyenneté indienne


    Le passeport et des services consulaires suivants continueront d'être rendu à l'ambassade directement:

    La délivrance des certificats d'urgence /Courte validité des passeports aux ressortissants indiens en raison de la perte du passeport au cours de leur visite en France.
    Émission de déclaration sous serment en lieu et place d'un certificat de rachat
    Les services d'attestation de documents juridiques
    APPLICATIONS PIO / BEC

    Toutes les demandes relatives à l'émission des cartes PIO et OCI seront acceptées les centres de demande de VFS avec effet à partir du 15 Janvier 2015.

    DEMANDES DE VISA par la poste

    Comme il sera obligatoire de se présenter en personne au Centre Visa pour fournir des donnéesbiométriquesil ne sera plus possible de recevoir des demandes de visa par la posteSeuls les candidats qui sont dispensés de fournir des données biométriquespeuvent soumettre leurs demandes de visa par la poste.

    HORAIRES ET AUTRES DETAILS

    Les horaires d'acceptation des demandes des divers services consulaires de passeport et de visa dans les divers centres de demande de VFS en France, le détail des procédures à suivre, les documents à fournir,et toute autre information essentielle, y compris les honoraires, seront bientôt disponibles à le site de l'ambassade de l'Inde à Paris.

     

    Outsourcing of Passport and Consular services

    M/s VFS Global has been providing Visa services on behalf of the Embassy since February 2008. It has now been awarded a contract to continue to provide visa services up to 31 December 2018.

    It has been decided to outsource passport and consular services also to M/s VFS Global, with effect from 15 January 2015.

    From 02 January 2015, the application forms for visa services will be accepted at five places in France, viz, Paris, Lyon, Marseilles, Strasbourg and Bordeaux.  Similarly from 15 January 2015, application forms for passport and consular services will be accepted at the above centres, thereby providing greater accessibility of these services to Indian community and French nationals residing in various regions of France.  Applications for visa, passport and consular services can be deposited at any of these centres, depending on the convenience of the applicant irrespective of the place of residence of the applicant.  The addresses of these centres are given below:

    1. Paris: 42-44, Rue de Paradis, 75010 Paris
    2. Marseille: 18-22, Rue Edmond Rostand, 13006 Marseille
    3. Lyon: 21, Avenue Georges, Pompidou, 69486 Lyon
    4. Strasbourg: 20, place des Halles, 67000 Strasbourg, Tour Europe-13eme etage
    5. Bordeaux : 81, Boulevard Pierre 1er, 33110 Le Bouscat, Bordeaux

    VISA SERVICES

    The following changes will be introduced from 02 January 2015.

    • Providing Biometric Data will be a mandatory requirement and all the applicants will be required to visit one of the above application Centres to provide this data, which will include finger printing and capturing of facial data (photo), at the time of submitting their application forms.
    • However, certain categories of applicants are exempted from the biometrics requirement. These include – Children under the age of 12 and adults above 70 years.
    • The biometric data provided by an applicant will remain valid for five years. Therefore, the applicant will not be required to provide biometric data for subsequent visa applications during this period.
    • Those visa applicants, who hold either Diplomatic or Official passports, will continue to submit their applications at the Embassy of India, Consular Wing (20-22, Rue Alberic Magnard, 75016 Paris).

    PASSPORT AND RELATED CONSULAR SERVICES

    The following Passport and related Consular services will be rendered through the VFS Application Centres from 15 January 2015:

    • Issue/reissue of Passport
    • Renewal of Short Validity Passport
    • Police Clearance Certificate
    • Issue of Identity Certificate
    • Issue of Birth Certificate based on the information in the Passport
    • Registration of Birth and issue of Passport to the new born baby
    • Issue of Certificate of Concordance to justify the discrepancy between the name in Passport and the Birth Certificate
    • Attestation of Life Certificate (for pension purpose)
    • Registration of Death of Indian nationals
    • Issue of ‘Certificat de Coutume’ for the purpose of marriage
    • Surrender Certificate of Indian Passports
    • Renunciation of Indian Citizenship Certificate

    The following passport and consular services will continue to be rendered at the Embassy directly:

    • Issuance of Emergency Certificates/Short Validity Passports to Indian nationals on account of loss of Passport during their visit to France.
    • Issuance of Sworn Affidavit in lieu of a Surrender Certificate
    • Attestation services for legal documents

    PIO/OCI APPLICATIONS

    All applications related to issuance of PIO and OCI card will be accepted at the VFS Application Centres with effect from 15th January 2015.

    VISA APPLICATIONS BY POST

    As it will be mandatory to appear in person at the Visa Centre for providing Biometric data, it would not be possible to receive visa applications through post. Only those applicants, who are exempted from providing biometric data, may submit their visa applications through Post.

    TIMINGS AND OTHER DETAILS

    The timings for acceptance of applications for various consular, passport and visa services at various VFS Application Centres in France, details of the procedures to be followed, documents to be provided, and all other essential information, including fees, will soon be made available at the website of Embassy of India Paris.

     

     

    Repost 0
    Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
    commenter cet article
    27 novembre 2014 4 27 /11 /novembre /2014 17:42
    ASIA
    15 November 2014
    New life

    Asia's indigenous peoples

    Ambitions of the international community to eliminate global poverty by the year 2030 will be challenged by the large numbers of indigenous people, especially in Asia, who live in deep poverty.


    Ambitions of the international community to eliminate global poverty by the year 2030 will be challenged by the large numbers of indigenous people, especially in Asia, who live in deep poverty and suffer from widespread deprivations.

    Indeed, economic growth, the main driver of poverty reduction in Asia, is now having a weaker impact on poverty than before. It is very difficult to bring certain groups like indigenous peoples into the mainstream of the economy.  

    There are some 260 million indigenous peoples in Asia, three-quarters of the world's total, making it the most culturally diverse region in the world. The average poverty rate of Asia's indigenous peoples is three times higher than the Asian average. And education, health and other social conditions are also much worse.

    Who are Asia's indigenous peoples? Where do they live? As the International Work Group for Idigenous Affairs documents, indigenous peoples live in most Asian countries, for example:

    -- Burma/Myanmar has over 100 different ethnic groups, with Burmans making up an estimated 68 percent of the country’s 50 million people. The other “ethnic nationalities” include the Shan, Karen, Rakhine, Karenni, Chin, Kachin and Mon. These indigenous groups suffered greatly from the oppressive policies of the former Burman-dominated military regimes. As the country has begun moving towards democracy, hundreds of political prisoners have been released, and the government has engaged in ceasefire talks with ethnic armed groups. However, many critical issues remained unresolved, most notably the persecution of Muslim Rohingya in Arakan State.

    -- China proclaims itself a unified country with a multiple ethnic make-up, and all ethnic groups are considered equal before the law. Besides the Han Chinese majority, the government recognizes 55 ethnic minority peoples within its borders. The population of ethnic minorities is 114 million persons, or 8.5 % of the country's total population. The government has made great efforts to improve the lives of China's indigenous peoples, in the areas of education and health. They are also allowed to have two or three children, and are thus exempt from the one-child policy. But certain groups like Tibetans and the Uighurs still suffer terrible human rights abuses.

    -- In India, 461 ethnic groups are recognized as Scheduled Tribes, "Adivasis", who are considered to be India’s indigenous peoples. With an estimated population of 84.3 million, they comprise 8.2% of the total population. There are, however, many more ethnic groups that would qualify for Scheduled Tribe status but which are not officially recognized. Estimates of the total number of tribal groups are as high as 635. The largest concentrations of indigenous peoples are found in the seven states of north-east India, and the so-called “central tribal belt” stretching from Rajasthan to West Bengal.

    -- Indonesia's population of 250 million includes 50-70 million indigenous peoples, from 1128 officially-recognised ethnic groups. Perhaps the most egregious case of human rights abuses in Indonesia is the human tragedy of West Papua. The people of West Papua have been calling for self-determination for half a century. The struggle for liberation from an Indonesian military occupation has seen as many as 500,000 Papuans killed. A recent development in this long campaign is the suspicious death of a commander of the rebel Free Papua Movement, Danny Kogoya, in December 2013.

    -- Japan has two main indigenous peoples, the Ainu and the Okinawans. The Ainu mainly live in Japan's northern island of Hokkaido, although large numbers have migrated to Japan’s urban centers for work and to escape the more prevalent discrimination on Hokkaido. As of 2006, the Ainu population was 23,782 in Hokkaido and roughly 5,000 in the greater Kanto region. The Okinawans live in Japan's southern islands of Okinawa. Socio-economically, Okinawa remains Japan’s poorest prefecture, with income levels roughly 70% of the national average and unemployment at double the national average.

    -- Nepal's indigenous peoples comprise 36% of the country's population of 26 million, although indigenous peoples’ organizations claim a larger figure of more than 50%. Throughout the history of Nepal, indigenous peoples have been marginalized in terms of language, culture, and political and economic opportunities.

    -- The indigenous peoples of Malaysia represent around 12% of the national population of 29 million. The Orang Asli are the indigenous peoples of Peninsular Malaysia, representing a mere 0.6% of the population. Indigenous peoples account for around half of the populations of Sarawak and Sabah.

    -- The Philippine national population of 92 million includes an indigenous population of between 10% and 20%. The indigenous groups in the northern mountains of Luzon (Cordillera) are collectively known as Igorot while the groups on the southern island of Mindanao are collectively called Lumad. There are smaller groups collectively known as Mangyan in the central islands. These indigenous peoples generally live in geographically isolated areas with a lack of access to basic social services and few opportunities for mainstream economic activities or political participation.

    -- Vietnam's 53 recognized ethnic groups, beyond the Kinh majority, account for around 14% of the country’s total population of 90 million. The ethnic minorities live scattered throughout the country, but concentrated mostly in the Northern Mountains and Central Highlands in the South.

    Beyond standard deprivations like access to food, education and health services, Asia's indigenous peoples suffer from a profound lack of "empowerment". This is due to problems like denial of self-determination, the loss of control over their land and natural resources, discrimination and marginalization, heavy assimilation pressure and violent repression by state security forces. Several countries have legislations that to some extent protect the rights of indigenous peoples. These rights are, however, systematically watered down, often simply ignored or overruled.

    Asian governments cannot rely on economic growth alone to free its indigenous peoples from poverty. The challenging experiences of indigenous peoples in Australia, Canada and the US demonstrate that a broader range of sophisticated policies will be necessary. However, the regrettable reality is that Asia's authoritarian regimes and fragile democracies usually see indigenous peoples as at best a nuisance, and all too often as a threat to their fragile grip on power.

    Author

    John West
    Executive Director
    Asian Century Institute
     
    Repost 0
    Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
    commenter cet article
    26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 19:30

    Le Premier ministre, Narendra Modi, a créé un ministère consacré aux médecines et pratiques traditionnelles.

    Il a profité d'un important remaniement pour créer un nouveau portefeuille. Le Premier ministre indien, narendra Modi, a nommé un ministre du yoga. Plus précisément, un ministère chargé des médecines traditionnelles et pratiques telles que l'ayurveda, le yoga, l'unani, le siddha et l'homéopathie. Elles étaient auparavant intégrées dans le ministère de la Santé et constituent maintenant un portefeuille ministériel à part entière occupé par l'ancien ministre du Tourisme, Shripad Yesso Naik.

    Narendra Modi, nationaliste hindou et fervent pratiquant de yoga, avait demandé à l'ONU, en septembre, d'envisager l'instauration d'une journée mondiale du yoga. "Il ne s'agit pas de faire de l'exercice mais de découvrir le sens de l'harmonie avec vous-même, le monde et la nature", avait-il justifié.

    Lors de sa visite aux Etats-Unis, Narendra Modi avait aussi parlé de cette discipline indienne traditionnelle avec Barack Obama, "impressionné par l'énergie et la vigueur de Modi", écrivait alors The Times of India 

     

    Par Francetv info avec AFP

    Mis à jour le 10/11/2014

    Repost 0
    Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
    commenter cet article
    22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 17:20

    Comment les Indiens voient-ils leur pays, comment le subliment-ils ? Deux saisissantes séries du photographe Olivier Culmann sont exposées au festival Images de Vevey, en Suisse

    Les clichés sur l'Inde ont la vie dure. Les touristes occidentaux rapportent des images d'un pays ancestral avec de belles couleurs. Les photojournalistes imposent leur regard, souvent misérabiliste. A l'inverse, les Indiens veulent voir un pays moderne, qui brille, au taux de croissance à deux chiffres, alors que la réalité est plus grise, et le développement plus lent que prévu. Le photographe français Olivier Culmann, qui a résidé  deux années en Inde, entre 2009 et 2011, interroge ces stéréotypes à travers deux séries saisissantes qu'il expose, " Diversions " et " The Others ", jusqu'au 5  octobre, au festival Images, à Vevey (Suisse). Ces ensembles montrent comment l'Inde se perçoit  et non comment nous la représentons - les deux visions étant  tout aussi fausses.

    Pour sa première série, Olivier Culmann a réalisé des vues au moyen format, puis les a  confiées à des agences de publicité indiennes. Leur mission : retoucher les images comme elles le font pour celles de leurs clients, mais en conservant leur  structure afin qu'elles soient reconnaissables. Sur la première photo confiée par Culmann, on voit une dizaine de fonctionnaires et d'ouvriers en train de déjeuner, assis à même le sol. Au fond, un bâtiment inachevé et un centre commercial fatigué, le tout enveloppé d'une brume de pollution. " Sur la photo travaillée, il n'y a plus personne dans le cadre, car on ne veut pas voir des gens manger par terre, et puis le bâtiment est fini, le sol est tapissé de verdure, agrémenté de bosquets, le ciel est bleu, tout est propre. " On se croirait à Vevey.

    Quand Olivier Culmann a montré les deux images à des Indiens, la plupart étaient persuadés qu'elles étaient vraies, et qu'elles documentaient l'évolution d'un chantier. Avant et après. " Ils ne veulent pas voir la réalité, ils filtrent leur regard. Ils fantasment leur pays ", observe le photographe.

    Même chose pour les autres images confiées aux agences. Des passants sont remplacés par des filles en tenue sexy et des golden boys en costume - " des profils qu'on voit rarement ", dit l'artiste. Les voitures cabossées deviennent rutilantes et bien garées, des palissades en bois sont ajoutées pour donner une touche écolo, tout l'environnement urbain est propre (façades, murs, sol, ciel), les poteaux électriques et les chiens errants ont disparu, les couleurs apparaissent chatoyantes.

    Dans une seconde série d'images, Olivier Culmann interroge les stéréotypes de la riche photographie vernaculaire indienne - portraits d'identité ou photos de mariage - à partir... d'autoportraits. " Je viens de la presse, d'une culture visuelle qui vise à imposer un regard occidental, explique le photographe. J'ai inversé le processus. J'ai beaucoup observé les gens, les visages, les codes sociaux et vestimentaires, selon les régions, métiers, castes ou religions. Puis, j'ai joué plusieurs rôles courants à travers mes autoportraits. Je crois qu'on en apprend plus sur la société indienne que si j'avais photographié des gens dans la rue ". Olivier Culmann a acheté des vêtements, travaillé avec un coiffeur. Il s'est rasé la tête, s'est laissé pousser la moustache ou la barbe. Il a joué, par exemple, à l'employé de bureau de New Delhi - pull sans manches, pantalon  pattes d'éléphant, cravate étriquée, petit sac en bandoulière.

    Ensuite, il  a confié ces autoportraits en Indien  à des studios, dont la vitalité est insolente dans le pays, pour qu'ils les transforment à l'aide du logiciel Photoshop, selon leurs propres codes. Les interventions les plus fréquentes renvoient à la première série sur l'Inde fantasmée. " Les studios aiment éclaircir la peau, et ils la nettoient en enlevant les rides, les grains de beauté. Ils ajoutent aussi un fond attractif, un paysage... " Les studios, toujours pour idéaliser un portrait, collent souvent la tête du modèle sur un corps d'athlète, ou celui d'une star de Bollywood. " Ces corps sans tête, tu peux en acheter vingt pour moins de 1  euro à un studio, et tu choisis celui qui te plaît. "

    Olivier Culmann est allé encore plus loin en déchirant verticalement, par le milieu, ses autoportraits en Indien, et a demandé à un studio de reconstituer la partie manquante de son visage avec l'ordinateur. Il donnait juste deux directives : que les yeux soient marron et la peau pas trop claire. Le résultat ? Culmann est parfois embelli, parfois non. Certains opérateurs veulent retrouver une symétrie du visage, d'autres pas du tout. Ils changent le fond, la coiffure, le vêtement... Difficile d'en tirer des conclusions. Sauf une : " La fidélité au visage ne compte pas ; ce qui compte, c'est d'en proposer un. "

    On constate surtout que, en Inde, la réalité et la propriété de l'image sont deux notions très élastiques. " C'est une œuvre fantasmée et collective. " Que l'on s'approprie, détourne, bouleverse. Pour preuve - et l'on en arrive à la dernière étape du voyage photographique et décoiffant d'Olivier Culmann - : il a confié ses fameux autoportraits à des peintres indiens qui, à l'ancienne, ont réalisé son portrait pictural. Là encore, la créativité se débride. Traits, peau, couleurs, vêtements, fond... Mieux que du pop art.

    Michel Guerrin

     

    à voir" diversions " et " the Others "d'Olivier Culmann.Festival des arts visuels de Vevey. Parc du Panorama et dépendance nord de l'Hôtel des Trois Couronnes, 49, rue d'Italie, Vevey (Suisse).Jusqu'au 5 octobre. www.images.ch

    Source : Le Monde du 20 septembre 2014
    Repost 0
    Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
    commenter cet article
    23 juin 2014 1 23 /06 /juin /2014 16:21
    Repost 0
    Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
    commenter cet article
    12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 16:41
    Syndiquer le contenu par Christine OckrentLe site de l'émission

    le samedi de 12h45 à 13h30  A REECOUTER en

    Emission Affaires étrangères
    http://www.franceculture.fr/emission-affaires-etrangeres-l-inde-l-epreuve-democratique-2014-05-10

     
    Ecoutez l'émission 42 minutes

    L'Inde : l'épreuve démocratique

    10.05.2014 - 12:45 Écouter l'émissionAjouter à ma liste de lecture

     
    CPI-M-_Tamilnadu_Election_Campaign_in_North_Chennai.jpg

    North Chennai Candidate U.Vasuki Election Campaign with T.K.Rangarajan Jaffar Theekkathir © Wikicommons

    Dans l'actualité des élections législatives en Inde, Christine Ockrent fait le point sur la situation du pays et les enjeux politiques

    avec :

     

    Christophe Jaffrelot, Directeur de recherche CNRS au CERI à Sciences Po,  professeur invité à King's College (Londres) et Global Scholar à Princeton University. Il a notamment dirigé L’Inde contemporaine (Fayard/Pluriel, 2014) et publié Inde, l'envers de la puissance : inégalités et révoltes (CNRS, 2012).

    Jean-Joseph Boillot, co-fondateur de l’Euro-India Economic & Business Group (EIEBG) et conseiller auprès du club du CEPII sur les zones émergentes. Il a publié Chindiafrique, La Chine, l’Inde et l’Afrique feront le monde de demain (Odile Jacob, 2013) et tout récemment, L’Inde pour les nuls (First, 2014).

     

    Stéphanie Tawa Lama-Rewal, Chargée de recherche au Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud (CNRS-EHESS). Elle a publié l’article « Les manifestations contre le viol en Inde : un « moment révolutionnaire» d’une grande ambivalence » , Contretemps, mai 2013 et elle a coordonné le dossier“Mobilisations en Inde. La modernité à l'épreuve de l'universalité” pour Mouvements  (n°77, La Découverte, 2014).

     

                       La chronique de Courrier International   par Eric Chol

     

    La dynastie Gandhi est une des plus connue au monde. Elle a donné 3 premiers ministres à l’Inde, elle est encore très puissante. Et pourtant, la défaite annoncée du Parti du Congrès pourrait sonner le glas de cette famille régnante, c’est la question qui agite la presse indienne :

    "Will Nehru-Gandhi Dynasty Reboot or Fade Out?", The New Indian Express, 19 avril 2014

    "Dynasty politics in India: What went wrong with Rahul Gandhi", The Economic Times, 2 mai 2014

    "In Gandhi Family Bastion, Locals Prefer Priyanka Over Rahul"Time, 5 mai, 2014

     

    Pour prolonger la réflexion :

    La mobilisation en faveur de la repésention des femmes au sein du pouvoir indien dans l'actualité du débat sur les violences envers les femmes en inde, voir le Womanifesto.

    Slate, Inde: un chiffre résume l'appétit des femmes pour la vie politique, par Camille Jourdan, 22 avril 2014.

     

    Invité(s) :
    Christophe Jaffrelot, directeur de recherches au CNRS, spécialiste de l'Inde et du Pakistan
    Jean-Joseph Boillot, professeur agrégé de sciences sociales, co-fondateur de l'Euro-India Economic & Business Group (EIEBG), conseiller auprès du club CEPII
    Stéphanie Tawa Lama-Rewal, chargée de recherche, Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud (CNRS-EHESS).

    Repost 0
    Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
    commenter cet article
    25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 19:49

    OCI.jpg

    La Constitution Indienne ne permet pas d’obtenir une double nationalité. Face à l’émergence de la diaspora indienne dans le monde, le gouvernement indien à mis en place une sorte de double nationalité indienne. Il permet de prouver son origine indienne et d’être dispensé de prendre un visa touristique pour se rendre en Inde. Il s’agit d’un visa à vie.

    Les personnes de nationalité française et d’origine indienne peuvent en faire la demande si elles répondent à une de ses conditions :

      a été citoyen indien le 26 janvier 1950 ou après ; 
  a réuni les conditions nécessaires pour être citoyen indien le 26 janvier 1950 ; 

    
  a résidé dans un territoire qui a été rattaché à l’Inde après le 15 août 1947 ; 
  n’a jamais été citoyen Pakistanais ou Bangladais.

    Votre dossier doit être déposé au service consulaire de l’Ambassade de l’Inde en France avec les documents suivants (originaux et photocopies) en double exemplaire :

    Il faut au préalable impérativement remplir le formulaire en ligne présent à cette adresse : https://passport.gov.in/oci/OnlineOCIRegistrationG.jsp (en anglais)

    Vous devez ensuite le télécharger, l’imprimer en double exemplaire et le signer avec les documents suivants en double exemplaire également en paraphant vos initiales en bas de chaque document :

      Passeport français (original et photocopie)

     
 Livret de famille (original + photocopie)

     
 Preuve de l’origine indienne (acte de naissance du demandeur ou des parents ou des grand-parents) (original + photocopie) Dans le cas échéant, passeport indien si le demandeur étaient de nationalité indienne (original + photocopie) ou celui de ses parents ou grand-parents 

    
  Certificat de nationalité française (original + photocopie)

     
  4 photos récentes identiques sur fond clair (3.5x 3.5 cm)

    Tarif : 216 € en espèces (pas de chèque, ni CB) ou 240 € par chèque certifié conforme de votre banque.

    Le délai moyen de délivrance de l’OCI est entre 30 et 45 jours.

    Lors de la soumission de votre dossier, un identifiant vous sera remis avec votre reçu et vous permettra de suivre l’évolution de votre dossier en ligne.


    Le service consulaire de l’Ambassade de l’Inde en France est ouvert de 9h30 à 11h30 et se trouve au :

    20-22, rue Albéric Magnard 
75016 - Paris 

    
Tél. : 01 40 50 50 87 ou 01 40 50 50 94 (direct)
Métro : La Muette (ligne 9)

     

    Source: Inde-en-ligne.com:   http://www.inde-en-ligne.com/article.php3?id_article=171

     

     

    Approach for obtaining the Overseas Citizenship Of India

    The Indian Constitution does not allow for dual nationality. With the emergence of the Indian diaspora in the world, the Indian government sets up a kind of dual citizenship in India. It allows to prove one's Indian origin and not to ned a tourist visa to go back to India. This is a visa for life.

     

    The people of French nationality and Indian origin can apply if they get one of its conditions:

     

     to be a citizen of India from January 26, 1950 and over;

     

     

     to get the necessary conditions to be an Indian citizen 26 January 1950;

      to reside in a territory which was annexed to India after August 15, 1947;

      to have never been a Pakistani or a Bangladeshi citizen.

     

    Your application must be filed in the consular department of the Embassy of India in France with the following documents (originals and photocopies) in duplicate:

     

    You Must first complete the mandatory online now at: https://passport.gov.in/oci/OnlineOCIRegistrationG.jsp (English)

     

    You must then download it, print it in duplicate and sign the following documents in duplicate also initialed your initials at the bottom of each document:

     

      French passport (original and photocopy)

      Family book (original and photocopy)

      Proof of Indian origin (birth of the applicant or parents or grandparents) (original + photocopy) If applicable, Indian passport if the applicant were of Indian nationality (original and photocopy) or that of his parents or grandparents

      Certificate of French nationality (original and photocopy)

      4 recent identical photographs on a light background (3.5x 3.5 cm)

     

    Price: 216 € in cash (no checks or credit card) or € 240 by certified check from your bank.

     

    The average time of issue of the OIC is approximately between 30 & 45 days.

     

    When submitting your application, you will receive an ID with your receipt and let you keep track of your file online.

     

    The Consular Section of the Embassy of India in France is open from 9.30 to 11.30 and is located at:

     

    20-22, rue Alberic Magnard

    75016 - Paris


    Source: Inde-en-ligne.com:   http://www.inde-en-ligne.com/article.php3?id_article=171

    Repost 0
    Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
    commenter cet article

    Présentation

    • : Les Portes de l'Inde en Midi Pyrénées
    •  Les Portes de l'Inde en Midi Pyrénées
    • : Réseau artistique et culturel INDE en Midi Pyrénées Propose une photographie du paysage des associations, professionnels et amateurs en lien avec l'Inde. Création d'actions communes
    • Contact

    Profil

    • Les-Portes-de-l-Inde
    • Le réseau culturel et artistique" Les Portes de l’Inde" regroupe des membres dont l'ambition est de préserver, protéger et promouvoir le patrimoine culturel, artistique et historique de l’Inde en Midi-Pyrénées.
    • Le réseau culturel et artistique" Les Portes de l’Inde" regroupe des membres dont l'ambition est de préserver, protéger et promouvoir le patrimoine culturel, artistique et historique de l’Inde en Midi-Pyrénées.