Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mars 2014 1 10 /03 /mars /2014 12:18

Ashok, a Delhi-based taxi driver, would be classified as middle class by the statisticians at the Asian Development Bank. But middle class in India means something different from in the West.

 


Ashok, a Delhi-based taxi driver, would be classified as middle class by the statisticians at the Asian Development Bank. But middle class in India means something different from in the West.

Ashok comes from a small village in the Indian state of Himachal Pradesh, some 700 km north of the nation's capital. He is thus like two-thirds of Indians who come from the countryside, rather than the city. His parents and brothers are rice farmers. 

One advantage of farm life is that the physical activity is good for the health. Both his father and mother are still in good health at the ages of 65 and 57 respectively. Although India is still a poor country (its GDP per capita is just 3% of the US), its life expectancy is 65 years, not that far behind the 79 years of the super-rich US.

Ashok is married with two young daughters aged 5 and 2 years old. Like most people from rural India, Ashok had an arranged marriage. His parents met with and selected Sawrna to marry Ashok. Although he never met his bride-to-be before their marriage, he did see her from a distance.

Ashok is a Muslim like 176 million other Indians, making them the second biggest religious group in this country of 1.2 billion people. India has the second largest Muslim population in the world, after Indonesia.

Some 13 years ago, Ashok moved down to New Delhi to work as a taxi driver. He obtained his taxi-driver's license, thanks to driving lessons from his uncle who also lives in Delhi. He is now one of a group of taxi drivers who work on the margins of a major Delhi hotel.

Ashok has no family in New Delhi, other than his uncle. He returns home every 2-3 months to see his wife and family. But thanks to today's much cheaper telephone charges, he is able to call his wife and children every day, because he misses them dearly. While he would love to bring them to Delhi, he could never afford to do so. And his wife would find life in the capital without her family much too difficult.

Ashok does not of course own his taxi. He rents it for 600 rupees a day (about $10), and must also pay for gas, maintenance and other costs.

Like lots of poor people, Ashok's daily income is highly variable. Some days, he might earn a just few hundred rupees. Other days, he can earn a few thousand. It all depends on the number of clients -- there are always much less in the hot and humid summer months of May/June. It also depends on their generosity -- some give tips, others don't.

Ashok might average around 1200 rupees a day after expenses, about $20. This would put him squarely in India's emerging middle class, according to statisticians at the Asian Development Bank.

But Ashok must send as much money as he can back home to support his wife, daughters and family. He is sending his elder daughter to a private school (his younger daughter will start next year), because government-run schools are so bad in India. His dream is for his daughters to get a better education than he did.

In a country where half the population is functionally illiterate, Ashok is clearly in the top half, having completed 10th grade (16 years old) at a state school. This is clearly motivating his aspirations for his daughters. This has also driven his decision to not have any more children -- if he had more children, he could not offer his children the same education and opportunity in life.

Ashok's life might seem tough. He works out of a taxi car park, as one of 30 taxis registered with the hotel. When a taxi-driver is available for work, he writes his number on a board, and stands in a queue, waiting for the hotel to call that a customer requires a taxi. The wait can be minutes or hours depending on the time of day, the season or just plain chance.

But the taxi car park is a real community. Taxi drivers sleep in the car park on open beds. They each pay the police 2000 rupees a month, to avoid being arrested. When it rains, they hang a tarpaulin over their bed, hooked to the hotel wall. They do their washing in the street, and also hang it to the hotel wall. 

But above all, the taxi drivers hang out together. They eat together, and drink tea or sometimes beer, even though Ashok is a Muslim. They watch cricket together on a television. In the carpark, they have small hindu and sikh shrines, necessary spiritual supports for the dangerous profession of taxi driving. They even have a post box in the car park! 

In short, Ashok's life has many pleasures -- especially since most customers are nice, and appreciate his work. But sometimes the hotel guards get impatient and tough with taxi drivers like Ashok, especially when VIPs are passing through.

All things considered, the greatest pleasure for Ashok is saving money, and sending it to his family. However, despite the money that Ashok can make driving a taxi in Delhi, his dream is to return home to his family and village. He would like to save up enough money to buy a business or farm.

Ashok's life is emblematic of the slow and steady progress that India is making. He has escaped the life of rural poverty that has been the lot of his family for millennia. Even today, some two-thirds India's population live on less than $2 a day. Hopefully, Ashok's daughters will enjoy a better life than he does.

When speaking with Ashok about life in India, one of the striking things is the country's democracy. No-one is frightened of expressing their opinion -- and everyone seems to have opinions. Indeed, even poor Indians seem proud of their democracy, especially compared with the situation in China. Those who compare India's economic performance with China might make a more relevant comparison with the military regime of Pakistan, which is way behind India on every score.

Ashok's opinions on politics are clear: "India is much too corrupt, sir. If you are a rich man, you do whatever you want. All the political parties are very rich. But the Bharatiya Janata Party is less corrupt than the Indian National Congress".

Most political observers would agree with Ashok. The upcoming national elections will likely bring a welcome change of government from the present Congress administration. And a star from India's highly decentralized political system, Gujarat's Narendra Damodardas Modi, will likely be the next Prime Minister.

Dynastic politics in the form of Congress's Rahul Gandhi will not win -- in sharp contrast to the dynastic democracies of Japan and Korea, and the dynastic dictatorship of China. India may be a chaotic democracy, but it is a real democracy!

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
commenter cet article
1 mars 2014 6 01 /03 /mars /2014 11:44


Par Patrick de Jacquelot | 27/02 | 

Dans la carrière du ministre en chef de l’Etat du Gujarat, qui pourrait gagner les prochaines élections générales, on trouve à la fois l’excellence industrielle et les massacres communautaires.

                                                                   Prakash Singh/AFP
653237_0203340483765_web_tete.jpg
Inde, terre de contrastes… : rien de plus éculé que le cliché qui oppose l’Inde moderne de l’informatique et de la conquête de l’espace à l’Inde traditionnelle des fakirs et des temples hindous. Pourtant, comme tous les clichés, celui-ci reflète une certaine réalité. Et cette opposition s’incarne de façon exemplaire dans un homme, Narendra Modi, qui sera – peut-être – dans trois mois Premier ministre de l’Inde.
Modi côté face : c’est depuis 2001 le ministre en chef de l’Etat du Gujarat, le champion de la croissance, de l’industrialisation et des administrations efficaces, adulé par la communauté des affaires. Un homme de soixante-trois ans, célibataire, entièrement voué au développement de son Etat, choisi par son parti, le BJP (nationaliste hindou), pour mener la campagne des élection s générales de ce printemps.
Modi côté pile : c’est le même ministre en chef du Gujarat sous le « règne » duquel sont intervenus en 2002 les pires massacres de musulmans par des militants hindous observés depuis longtemps. Au point que, même si la responsabilité personnelle de Narendra Modi n’a jamais été établie par la justice, les Etats-Unis et l’Union européenne ont préféré n’avoir aucun contact avec lui pendant dix ans, jusqu’à tout récemment.
Les études d’opinion publiées ces jours-ci ont beau avoir une fiabilité incertaine, elles pointent toutes dans la même direction : le BJP devrait arriver nettement en tête, et cela grâce à la personnalité hors norme de Modi. Son image de « champion du développement » séduit les millions d’Indiens impatients de voir leurs conditions de vie s’améliorer. Constamment mis en avant par le BJP, l’exemple du Gujarat, plus de 60 millions d’habitants, a de quoi les séduire.
Des avenues à quatre voies en parfait état, longées d’immeubles en verre et acier, de nombreux magasins aux enseignes occidentales, les quartiers modernes de la ville d’Ahmedabad donnent une impression certaine de prospérité. Plus étonnant, la rivière qui traverse cette ville, la plus grande de l’Etat, fait l’objet de travaux massifs d’aménagement des berges. Alors que dans la plupart des villes indiennes les rivières sont des cloaques inaccessibles, les rives de la Sabarmati se voient dotées de promenades et d’espaces verts. Le développement du Gujarat, ce sont aussi ces détails qui changent la vie quotidienne : « En trois ans, je n’ai eu que vingt minutes de coupure de courant », souligne l’un des rares Occidentaux vivant dans cette ville de six millions d’habitants où, contrairement à la pratique généralisée ailleurs, on n’a pas besoin de batteries de secours chez soi. « Les autoroutes sont tellement bonnes qu’on peut travailler sur ordinateur dans sa voiture ! », s’étonne Michèle Janezic, qui conseille des PME françaises au Gujarat.
Bienfaiteur de l’industrie
De bonnes infrastructures, ça aide à faire venir les investissements, d’autant que le ministre en chef se donne beaucoup de mal pour séduire les hommes d’affaires. Un événement l’a propulsé au rang de bienfaiteur de l’indust rie : quand, en septembre 2008, la mobilisation des paysans refusant de vendre leurs terres a obligé Tata Motors à abandonner son projet d’usine automobile près de Calcutta, Modi a téléphoné à Ratan Tata pour lui proposer de venir au Gujarat. En deux ou trois jours l’affaire était bouclée, ce dont les patrons indiens, habitués à voir des projets attendre les autorisations des mois ou des années, ne sont toujours pas revenus. En plus, Modi a fourni les terrains à très bas prix, avec des crédits à 0,01 %, un moratoire de remboursement de vingt ans et autres gâteries. Rien d’étonnant si les grands patrons indiens ne jurent plus que par lui.
Chez les entreprises étrangères également, le Gujarat est populaire. « Qu’il s’agisse des terrains ou des infrastructures , ça se passe plutôt mieux qu’ailleurs, explique un industriel français disposant d’usines dans une demi-douzaine d’Etats indiens, on n’a pas de demandes de pots-de-vin et on a face à nous des gens qui savent ce qu’ils font. » De fait, les groupes étrangers jouissent au Gujarat d’une protection contre la corruption : « Quand on est “sollicités”, on a des interlocuteurs à appeler qui interviennent et règlent le problème », explique Michèle Janezic. Globalement, cette stratégie de séduction des investisseurs fonctionne bien. En quelques années, un pôle automobile s’est constitué : Narendra Modi « s’est démené pour faire venir Tata Motors, Maruti Suzuki et même Peugeot [avant que ce dernier ne renonce en raison de ses difficultés globales, NDLR]  », souligne Pavan Bakeri, patron du groupe de construction Bakeri Engineering. « L’industrie est très heureuse », affirme Tushar Patel, directeur du groupe de textiles techniques Sanrhea et secrétaire de l’Ahmedabad Management Association, qui se réjouit de l’absence d’interférence du gouvernement : « Dans mon entreprise, je n’ai eu à rencontrer aucun inspecteur des impôts, du travail ou de l’environnement ces dernières années ! »
Cette stratégie porte ses fruits. Sur la période allant de 2001-2002 à 2011-2012 (années fiscales se terminant le 31 mars), le Gujarat affiche une croissance moyenne annuelle de 10,24 %, la deuxième derrière un petit Etat du nord et la plus forte de tous les grands Etats, pour une moyenne nationale de 7,89 %. Une performance qui fournit à Modi son principal argument électoral : « Si je deviens Premier ministre de l’Inde, promet-il, je ferai pour le pays ce que j’ai fait pour mon Etat. »
Le bilan du ministre en chef n’est pourtant pas tout à fait aussi époustouflant qu’il le répète à longueur de meetings. En premier lieu, il n’a pas apporté au Gujarat une croissance inconnue jusque-là. Cet Etat situé au bord de la mer d’Arabie, à la frontière avec le Pakistan, a toujours eu une tradition marchande et industrielle. Comme le souligne Milan Vaishnav du think-tank Carnegie Endowment for International Peace, le Gujarat figurait déjà parmi les grands Etats indiens les plus performants avant l’arrivée de Mo di au pouvoir. « Ici, tout le monde veut être entrepreneur, explique Pavan Bakeri, l’Etat était déjà dynamique avant. Ce que Narendra Modi a fait, c’est de lancer le marketing du Gujarat. »
Les critiques portent surtout sur un modèle de développement privilégiant la grande industrie, qui ne serait pas soutenable. « Les succès reposent sur d’énormes subventions, des allègements de TVA, des facilités de crédits ; plus l’industrie est grande, plus les subventions le sont », dénonce l’économiste Indira Hirway, directeur du Centre for Development Alternatives d’Ahmedabad, qui s’inquiète du développement des industries les plus polluantes. La priorité accordée aux gros investissements venus de l’extérieur n’est pas toujours au goût des entreprises locales. « Quand des gens déjà implantés veulent se développer et investir, ils ne reçoivent aucune aide », regrette Sunil Parekh, conseiller de plusieurs groupes industriels et membre très actif du patronat local. D’autres hommes d’affaires gujaratis affirment aussi que, contrairement aux investisseurs étrangers, ils sont exposés à la corruption administrative comme partout ailleurs en Inde.
Un Etat aux indicateurs sociaux très moyens face au reste de l’Inde
Le principal reproche de la société civile tient au fait que la priorité donnée à la croissance se ferait aux dépens du développement humain. Les comparaisons entre Etats indiens montrent cla irement que le Gujarat ne réalise pas en matière sociale les mêmes performances qu’en économie. Une étude du Programme de développement des Nations unies place l’Etat de M. Modi au 8e rang pour l’indicateur de développement humain, tout juste au-dessus de la moyenne indienne. En termes de réduction de la pauvreté, le Gujarat n’a réalisé que la 10e performance sur les 20 plus grands Etats entre 2005 et 2010, affirme Indira Hirway. Avec un taux d’alphabétisation de 79,31 %, il n’arrive qu’au 18e rang des 35 Etats et territoires de l’Inde, selon les chiffres de Milan Vaishnav. Des performances très moyennes, que le camp Modi relativise : « Pour les indicateurs sociaux, le Gujarat est parti de plus bas que beaucoup d’autres Etats, affirme Bharat Lal, représentant de Narendra Modi à New Delhi, mais nous nous améliorons beaucoup plus vite que les autres ! »
Quel que soit le degré d’enthousiasme qu’il suscite, le bilan économique de Modi jouera un rôle central dans les élections à venir. Reste l’autre face du personnage. En 2002, l’incendie par des musulmans d’un train transportant des activistes hindous fait près de 60 morts à Godhra, dans le Gujarat. Des représailles d’une incroyable sauvagerie s’ensuivent, se soldant, selon les estimations, par 1.000 à 2.000 musulmans tués. Le tout au milieu d’une remarquable passivité des forces de l’ordre.
Les nombreuses enquêtes menées depuis ont exonéré Narendra Modi de toute implication personnelle mais sont tout de même remontées très près de lui. Parmi les coupables identifiés figure Maya Kodnani, une gynécologue ministre du Développement de la Femme et de l’Enfant – ça ne s’invente pas – de 2007 à 2009 dans le gouvernement de M. Modi, condamnée à 28 ans de prison pour avoir organisé le massacre de 95 personnes. Même si le ministre en chef a toujours nié toute participation, le temps qu’il a fallu pour reprendre le contrôle des événements contraste fortement avec son image d’homme d’autorité et d’efficacité. Le doute a en tout cas été suffisamment sérieux pour que les Etats-Unis et l’Union européenne refusent tout contact avec lui pendant une dizaine d’années. Ce n’est que tout récemment que ce boycott de facto a été levé, au vu du possible destin national de l’h omme fort du BJP.
Ces événements tragiques ne le desservent pas auprès de tout le monde. Tushar Patel n’hésite pas à dire que les massacres de 2002 ont certes été« terribles » mais qu’ils ont constitué en quelque sorte « une dose de vaccin » qui a fait son effet puisque depuis il n’y a plus eu de heurts entre les communautés… Dans la perspective des élections, Narendra Modi cherche à rassurer la communauté musulmane de l’Inde entière et tient un discours fédérateur, à l’opposé du sectarisme hindou d’une partie du BJP. Et il a exprimé ses regrets – à sa façon. Dans une rare interview accordée à un média étranger, l’agence Reuters, il a affirmé l’ét&eacu te; dernier que les événements de 2002 étaient « douloureux », comme quand « on est assis à l’arrière d’une voiture que quelqu’un d’autre conduit et qui écrase un chiot ».
Patrick de Jacquelot
Envoyé spécial à Ahmedabad
 
Écrit par Patrick de Jacquelot
Correspondant en Inde - Son blog : www.frenchjournalist.com
Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
commenter cet article
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 11:27

Source: le Figaro

taj-mahal.jpg

Cette fois c'est fait, le gouvernement indien a approuvé le visa à l'arrivée (Visa on arrival, VoA) pour 180 pays, dont la France. Il faudra encore attendre quelques mois avant que les infrastructures nécessaires soient mises en place. Mais les premiers visas ultra-rapides devraient être délivrés en septembre, juste avant la reprise de la saison touristique.

Car, en fait de visa à l'arrivée, il s'agit plutôt de visa en ligne. Afin de ne pas engorger les guichets de l'immigration aux aéroports, les autorités indiennes ont en effet opté pour un système de demande express par Internet. L'autorisation sera accordée dans les deux à trois jours, toujours via le Net. Les touristes devront la présenter à leur arrivée en Inde, où le visa sera porté dans le passeport.

 On fait volontiers remarquer à New Delhi que la mise en œuvre de cette mesure n'a été possible que grâce aux progrès de l'informatique. Les nouvelles technologies permettant notamment un accès rapide aux banques de données. Une poignée de pays, jugés sensibles pour la sécurité de l'Inde, ne bénéficieront pas de cette mesure de libéralisation. Au nombre des exclus, le Pakistan et l'Afghanistan, mais aussi le Sri Lanka.

 

Touristes pressés

Il s'agit-là bien sûr d'une excellente nouvelle pour tous les touristes de l'Hexagone pressés, mais aussi pour tous ceux qui peuvent ainsi espérer trouver des billets à prix cassés à la dernière minute. C'est aussi une bonne nouvelle pour le secteur du tourisme en Inde : agences de voyage, hôtels, lignes aériennes etc. devraient voir leur chiffre d'affaires considérablement augmenter.

L'Inde souhaite depuis longtemps accroître ses revenus générés par le tourisme étranger. Un point sur lequel elle arrive bien après la Chine et plusieurs pays d'Asie du sud-Est. « Nous espérons que cette nouvelle mesure va considérablement doper le tourisme en Inde », a lancé Rajiv Shukla, Secrétaire d'état indien aux Affaires parlementaires.

Dès décembre 2009, Delhi avait commencé à consentir des VoA aux ressortissants de plusieurs pays. Aujourd'hui, les détenteurs d'un passeport finlandais, luxembourgeois, singapourien, japonais, néo-zélandais, vietnamien, indonésien, birman, philippin, cambodgien ou laotien font partie des « happy-few » éligibles à l'obtention d'un visa d'une durée moyenne de 30 jours aux guichets d'immigration indiens. Il coûte 60 dollars. La formule s'est révélée très populaire : plus de 16 000 touristes l'avaient choisie en 2012 contre 12 761 en 2011.

 (publié initialement sur Asie du Sud Info)

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
commenter cet article
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 09:56
LE MONDE | 28.01.2014 à 11h37 | Par Julien Bouissou (New Delhi, correspondance)
 
C'est un triste record que détiendrait l'Inde. Depuis dix ans, la pollution atmosphérique y progresse au point de dépasser aujourd'hui les niveaux d'« airpocalypse » mesurés en Chine. Avec 620 000 morts par an, le pays enregistre ainsi le taux de mortalité liée à des maladies respiratoires le plus élevé au monde.

4355641_3_3f81_a-new-delhi-comme-dans-toutes-les-megapoles_.jpg

A New Delhi, comme dans toutes les mégapoles indiennes,le trafic automobile s'intensifie à vitesse grand V. Il se vend près de 1 400 véhicules chaque jour, qui viennent s'ajouter aux 4 millions déjà en circulation dans la capitale. 72 % de la pollution atmosphérique de la capitale sont dus à la circulation automobile. | AFP/PRAKASH SINGH

Si plusieurs villes sont touchées – Calcutta, Bombay et Bangalore –, c'est à New Delhi que la situation est la plus préoccupante. L'air de la capitale indienne serait désormais plus nocif que celui de Pékin. « Nous assistons à une recrudescence de patients souffrant de troubles cardio-vasculaires ou respiratoires », s'inquiète J. N. Pande, un pneumologue installé dans la capitale indienne.
L'air de Delhi est particulièrement dangereux pendant l'hiver. « A cette saison, il n'y a pas de vent pour chasser les fines particules qui se concentrent sous l'effet des basses températures », explique Anumita Roychowdhury, la directrice exécutive du Centre pour la science et l'environnement (CSE). Depuis le début de l'année, les concentrations de fines particules PM2,5, particulièrement nocives, seraient jusqu'à 25 fois supérieures à la limite recommandée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), selon les chiffres avancés par le New York Times du 25 janvier.
La pollution atmosphérique frappe d'abord les plus pauvres, pour qui les soins coûtent trop cher, et dont le système immunitaire est souvent déficient en raison de la malnutrition. A cela s'ajoute, pour les plus démunis, la pollution de l'air intérieur, comme la combustion du bois utilisé pour la cuisson, qui augmente les risques de mortalité.
AUCUNE INFORMATION PUBLIQUE SUR LES RISQUES POUR LA SANTÉ
En dépit de ces alertes répétées sur la santé publique, la pollution inquiète bien moins en Inde qu'en Chine. Le sujet ne soulève pas la même indignation que les affaires de corruption et se fait discret dans les pages des journaux. Lorsqu'un nuage de pollution s'abat sur Delhi, on se plaint davantage des embouteillages ou du retard des avions.
Le gouvernement s'est pourtant efforcé, ces dernières années, d'améliorer la mesure de la qualité de l'air. « Les chiffres sont disponibles sur Internet, mais le public ne comprend pas ce qu'ils signifient, et ils ne sont accompagnés d'aucune information sur les risques pour la santé », regrette Anumita Roychowdhury.
Une étude menée en 2011 par l'Institut national Chittaranjan de recherche sur le cancer révèle que le tiers des enfants de Delhi souffre de problèmes respiratoires, de troubles de la concentration et de carences en vitamine D à cause de la pollution atmosphérique, classée en 2013 par l'OMS comme « cancérogène avéré pour l'homme».
Avec près de 1 400 véhicules vendus chaque jour, qui s'ajoutent aux 4 millions déjà en circulation dans la capitale, le trafic est à l'origine de 72 % de la pollution atmosphérique de la capitale, selon le ministère indien de l'environnement et des forêts. En 2001, la pollution avait diminué à Delhi après que la Cour suprême a ordonné la mise en circulation dans la ville d'une flotte de bus, de taxis et de rickshaws roulant au gaz naturel comprimé. Mais ce répit fut de courte durée. L'automobile est un symbole de prospérité très courtisé. Malgré une hausse de la pollution, aucune mesure visant à réduire le trafic, même en cas de pic de pollution, n'est donc envisagée par les autorités.
Les usines polluantes ont, elles, été déplacées loin de la capitale et, parmi les trois centrales thermiques qui alimentent la ville en électricité, il n'y en a plus qu'une qui fonctionne au charbon.
Pour autant, la politique de l'environnement n'est pas une priorité. En décembre 2013, Malathi Moily, le ministre indien de l'énergie et des produits pétroliers, a hérité du portefeuille de l'environnement sans que cela suscite la moindre réaction dans le pays.
 
Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
commenter cet article
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 13:54

1604747_592077464209472_600199787_n.jpg

 

L'école de Rajesh Sharma n'a pas de bureau ni de chaise. Le « toit » est un pont de métro 10 mètres au-dessus. Les tableaux noirs sont des rectangles noirs peints sur le mur de la station adjacente. Malgré son caractère improvisé, l'école donne espoir aux enfants pauvres dans le quartier.

M. Sharma, 41 ans, qui dirige une épicerie en face de la station de métro de Yamuna Vihar, a créé cette école il y a trois ans pour offrir un enseignement gratuit aux enfants des ouvriers et des fermiers.

Étant pauvres et analphabètes pour la plupart, les familles de ces enfants, soit ne voient habituellement aucune nécessité à éduquer leurs enfants, soit sont inquiets des coûts impliqués, car s'ils envoient leurs enfants à l'école, ils ne peuvent plus soutenir leur famille.

Mr Sharma lui-même a abandonné le collège dans sa troisième année en raison des difficultés financières de sa famille. L'idée d'ouvrir une école lui est venue lors d'une promenade matinale le long de la rivière Yamuna alors qu' il voit des enfants occupés à désherber et à couper des fleurs. 

"Je leur ai demandé quelle à école ils allaient et ils m'ont regardé sans aucune réponse. Je n'avais jamais pensé avant cela que tous les enfants ne pouvaient pas aller à l'école.» dit Mr. Sharma.


Aini Mr Sharma et son ami, Laxmi Chandra, un enseignant à la retraite, donnent des cours sous le pont du métro pendant deux heures tous les matins de la semaine. Les étudiants, qui sont maintenant plus de 70, s'asseyent sur des tapis de mousse et récitent leurs cours alors que les trains roulent quelques mètres au dessus de leur tête. Tandis que les plus jeunes apprennent l'alphabet anglais, ceux entre 10 et 16 ans étudient les mathématiques, les tables de multiplication, la géométrie, enseignés par Mr Chandra.

Au début, Mr Sharma supportait le coût entier des fournitures: des manuels, des crayons et des cahiers d'exercices.

Au fil du temps, ceux qui ont entendu parler de l'école ont commencé à baisser fortement les prix des fournitures, parfois anonymement.

"Un homme est venu une fois avec 60 cartables. Il n'a pas donné son nom. Il a dit que cela n'était pas important, aussi longtemps que les enfants aurait une éducation décente! »

Mr Sharma a commencé cette école, dans le but d'offrir aux enfants issus de familles pauvres, une éducation de base.

Toutefois, après que le gouvernement a mis en oeuvre la Loi sur l'éducation l'année dernière, qui garantit une scolarité gratuite pour les enfants âgés de 6 à 14 ans, Mr Sharma a décidé de se concentrer sur la préparation des enfants pour l'admission à l'école en les aidant à travailler sur le programme d'études.

Toutefois les difficultés dans la cause ne s'arrêtent pas là. Les enfants d'agriculteurs et d'ouvriers hésitent à s'inscrire, influencés principalement par les préjugés de leurs parents, dont la plupart sont analphabètes.

Mr Sharma doit se battre sans cesse pour obtenir que les parents envoient leurs enfants à ses cours ne serait-ce que quelques heures chaque jour.

"Ils disent: « mon fils est trop vieux maintenant pour rattraper le reste du groupe. Laissez le travailler avec nous" 

"Les excuses pour les filles sont encore pires. La plupart du temps ils ne peuvent pas même se résoudre à croire qu'elles méritent une éducation. Généalement ils ne demandent qu'à la marier. » 


 

Rajesh Sharma's school has no desks or chairs. The "roof" is a metro railway bridge 10 meters overhead. The blackboards are black rectangles painted on the wall of the adjacent station. Despite its makeshift nature, the school offers hope to poor children in the neighborhood.

Mr Sharma, 41, who runs a grocery across the street from the Yamuna Vihar metro station, started the school three years ago to offer free education to the children of the local laborers and farmers.

Being poor and mostly illiterate, the families of these children usually either see no need for them to be educated, or worry about the costs involved, particularly when sending them to school means they cannot help to support the family.

Mr Sharma himself dropped out of college in his third year because of his family's financial difficulties. The idea to open a school came to him on a morning walk along the Yamuna river when he saw some children weeding and picking flowers.

"I asked them which school they go to and they looked at me at with no answer. It had not occurred to me before that not every child has access to a school." Mr Sharma says.

So Mr Sharma and his friend, Laxmi Chandra, a retired teacher, teach classes under the metro bridge for two hours every weekday morning. The students, who now number more than 70, sit on foam mats and recite after their teachers as trains rumble overhead and traffic rolls past a few meters away. While the younger children learn the English alphabet, those between 10 and 16 study mathematics, from multiplication tables to geometry, taught by Mr Chandra.

Mr Sharma initially bore the entire cost of providing the children with textbooks, pencils and exercise books.

Over time, people who heard about the school began dropping off supplies, sometimes anonymously.

"One man came with 60 school bags once. He would not tell me his name or what he did. He said none of that mattered as long as the children got a decent education."

Mr Sharma started the school with the aim of providing children from poor families with a basic education.

However, after the government enforced the 2009 Right to Education Act last year, which guarantees free schooling for children between the ages of 6 and 14, Mr Sharma decided to focus on preparing the children for admission to school and helping them to cope with the curriculum.

However the difficulties in the cause don't end there. The children of farmers and laborers are reluctant to enroll, influenced mainly by the prejudice of their parents, most of whom are illiterate.

Mr Sharma has to battle constantly to get parents to send their children to his classes for just a couple of hours each day.

"They say, 'My son is too old now to catch up with the rest of his age group and study. Let us put him to work'," he said.

"The excuses for the daughters are even worse. Most of the time they cannot even bring themselves to believe that she deserves an education. Other times they are just waiting to marry her off."

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
commenter cet article
16 décembre 2013 1 16 /12 /décembre /2013 10:16


Le temps n’est plus où la seule évocation du nom de la dynastie déclenchait l’adhésion, et le parti du Congrès, que dirigent les Nehru-Gandhi, est sclérosé.

- Rahul Gandhi, et Sonia Gandhi, du Parti du Congrès, à Jaipur le 20 janvier 2013. REUTERS/Stringer -

L’échec électoral cinglant du parti du Congrès à Delhi, et dans trois états du Nord de l’Inde, illustre le déclin du «grand vieux parti» qui a conduit le pays à l’indépendance en 1947. Dirigé quasiment toute son existence par la dynastie Nehru-Gandhi, l’échec du Congrès est aussi celui de la famille dont l’aura ne cesse de pâlir.
Présidé par Sonia Gandhi, veuve de l’ex-Premier ministre Rajiv Gandhi assassiné en 1991 et emmené aux élections par Rahul Gandhi, son fils, le Parti risque d’être quasiment évincé des grands états du Nord de l’Inde aux élections générales du printemps 2014.
 
 
Dans une Inde qui change rapidement, dans laquelle la pénétration de la télévision et de l’Internet a fait naitre des attentes nouvelles, le temps n’est plus où la seule évocation du nom de la dynastie déclenchait l’adhésion.

Manque de charisme
Représentant de la quatrième génération, après son arrière grand-père Nehru, sa grand-mère Indira, assassinée en 1984, son pèreRajivRahul Gandhi, 43 ans, manque du charisme de ses aïeux.
Ses tentatives de réorganisation du parti ont aliéné un grand nombre de cadres et beaucoup s’interrogent sur sa capacité à mobiliser les électeurs sur un message clair et réaliste. «Rahul travaille dur pour changer le style de fonctionnement du Congrès mais malheureusement il n’a pas été capable de communiquer au parti et au public ce qu’il veut réellement faire», affirme un cadre du parti. Les PowerPoints, les vidéos, les statistiques qui s’affichent sur écran plat ne remplacent pas le contact et comme sa mère, Rahul est quasiment inaccessible. 

L'ombre de «Madam»
La présence de la dynastie paralyse toute initiative au sein d’un parti dont les cadres n’ont qu’un seul souci, ne pas déplaire à «Madam» comme on appelle Sonia Gandhi. Celle-ci règne en maitre sur le parti et dans les faits sur le gouvernement de Manmohan Singh, au pouvoir depuis 2004. Or le gouvernement miné par des scandales de corruption, indécis dans ses choix économiques, sans véritable objectif, pâtit de cette dichotomie.
Le style de gouvernance de Sonia Gandhi qui privilégie les grands programmes populistes au détriment d’une rigueur budgétaire nécessaire au développement ne fait plus recette. «Les jeunes générations refusent d’accepter les politiques de patronage. Elles ont un esprit beaucoup plus entreprenant. Elles croient qu’elles peuvent construire quelque chose par elle-même et veulent des vraies opportunités et l’environnement nécessaire pour réussir», affirme le politologue Dipankar Gupta, dans le Times of India.

Le succès inattendu de l'AAP
Le succès à Delhi, inattendu par son ampleur,  de l’AAP (Aam Aadmi Party ou le Parti de l’homme de la rue), créé il y a à peine un an par un petit fonctionnaire des impôts, Arvind Kejriwal, est un message que personne ne peut ignorer.
Le parti avait fait campagne sur le rejet de la corruption et avait investi des candidats, pour la plupart sans expérience politique mais engagés dans la société. Le fait que les électeurs de Delhi se soient déplacés en nombre beaucoup plus important qu’habituellement est aussi un signe d’une volonté profonde de changement.
Les nouvelles classes moyennes veulent avoir leur mot à dire dans la façon dont elles sont gouvernées et n’acceptent plus les diktats venant des sommets, une marque de fabrique du parti du Congrès. 
Le rêve contre l'ennui
Rahul Gandhi est également opposé pour les prochaines élections de 2014 à un redoutable tribun en la personne de Narendra Modi, investit par les nationalistes hindous du BJP comme le futur Premier ministre en cas de victoire. Ministre en chef de l’état du Gujarat, Narendra Modi est une personnalité controversée pour avoir présidé, avec indifférence au minimum, aux massacres d’environ 1.000 à 2.000 musulmans en 2002.
Ces massacres avaient suivi l’incendie d’un train de pèlerins hindous ayant fait 58 morts. Modi qui fait campagne sur ses succès dans l’état du Gujarat qu’il dirige depuis 2001, a placé le développement au cœur de la campagne. Grand favori des milieux d’affaires, Modi fait rêver là où Rahul Gandhi ennuie avec ses références aux castes, religions etc. «Les jeunes ne sont pas idéologues, ils sont pragmatiques. Ils vont vers quiconque leur parait être un gagnant», affirme le sociologue Yogendra Singh.
Sonia Gandhi, qui a passé toutes ces années avec comme principal objectif le sauvetage de l’héritage familial pour son fils, va devoir revoir en profondeur sa stratégie. Plus que des réformes dans le fonctionnement du parti, c’est l’état d’esprit qu’il faut changer. En attendant, celui-ci risque de payer cher son incapacité à s’affranchir de la tutelle de la dynastie.
Françoise Chipaux

http://www.slate.fr/story/81003/en-inde-la-dynastie-nehru-gandhi
Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 09:50
safe_image.php.jpeg 
 - Publié le 11/12/2013 à 10:44
 
Par Marc Fourny

La Cour suprême indienne confirme mercredi la loi, héritée de la législation du colonisateur britannique, qualifiant l'homosexualité de crime, une douche froide pour les défenseurs des droits des homosexuels.
La Cour a cassé un arrêt pris par un tribunal de New Delhi en 2009 qui dépénalisait les rapports entre adultes consentants de même sexe, renvoyant au parlement la décision de légiférer sur un tel sujet.
La Haute cour de la capitale indienne avait considéré en 2009 que l'article 377 du code pénal de 1860, qui criminalise les relations homosexuelles consenties, surtout la sodomie, constituait une "violation des droits fondamentaux" de la Constitution.
La Cour suprême en a décidé autrement, jugeant cet article conforme à la loi fondamentale.
"Il revient au parlement de légiférer sur ce sujet", a déclaré le juge G.S. Singhvi dans sa décision mercredi.
La décision de la Haute cour de Delhi était contestée par plusieurs groupes religieux du pays, en particulier par des dignitaires musulmans et chrétiens, qui avaient fait appel devant la Cour suprême.
"Le pouvoir législatif doit envisager de supprimer cet article de la loi conformément aux recommandations de l'avocat général", a ajouté le juge G.S. Singhvi, qui doit partir à la retraite jeudi.
Jusqu'à présent, la loi pénale qualifie l'homosexualité de comportement "contre nature" puni d'une amende et de dix années d'emprisonnement.
Même si la législation est très rarement appliquée, des associations de défense des gays se plaignent de vexations, intimidations, voire harcèlements par des policiers.
"Une telle décision était totalement inattendue de la part de la Cour suprême. C'est une journée noire pour la communauté homosexuelle" a réagi Arvind Narayan, avocat de l'association pour les droits des homosexuels Alternative Law Forum.
"Nous sommes très en colère contre cette décision rétrograde de la Court", a-t-il ajouté.
"Coup dur" selon Amnesty
Amnesty International a estimé que cette décision était "un coup dur pour les droits à l'égalité, à la dignité et la vie privée de chacun", dans un communiqué.
Ce jugement "ramène l'Inde en arrière de plusieurs années vis-à-vis de son engagement de protéger les droits élémentaires", a ajouté G. Ananthapadmanabhan, directeur général de l'ONG en Inde.
L'Inde se retrouve classée parmi un groupe constitué essentiellement de pays du monde islamique et de nombreux pays africains qui font de l'homosexualité un crime.
Des manifestations contre cette décision étaient attendues dans la journée alors que la communauté gay se trouve toujours largement isolée dans le pays, en dépit de la décision de 2009 qui lui avait permis de mener campagne contre les discriminations.
"Nous allons étudier toutes les options, et approfondir probablement la possibilité d'une requête en révision" devant la Cour suprême, a déclaré T. Tandon, un avocat de la Naz Foundation, une ONG travaillant pour les malades du sida, à l'origine de l'action judiciaire contre l'article 377.
"Le mouvement en faveur des droits des homosexuels est beaucoup plus puissant maintenant. Nous ne sommes plus en 2001 mais en 2013. Une telle décision n'est pas possible", a-t-il ajouté.
Un représentant musulman s'est félicité de la décision de la Cour suprême.
"Nous savons que l'homosexualité est contre-nature", a dit le secrétaire général de l'organisation All India Muslim Personal Law Board, Abdul Raheem Quraishi, à l'AFP.
"Cela va contre toutes les lois et c'est ce qui a mené à la dissémination du virus HIV", a-t-il ajouté.
Avant la décision de la Cour suprême, le porte-parole de l'archidiocèse de Delhi avait déclaré que l'Eglise accepterait toute décision.
L'homosexualité a longtemps été un tabou dans un pays très conservateur et considérée par de nombreux Indiens comme une maladie mentale.
Les Nations unies estiment qu'une dépénalisation contribuerait à lutter contre la propagation du virus VIH du sida qui touche quelque 2,5 millions d'Indiens.

http://www.lepoint.fr/societe/inde-la-loi-penalisant-l-homosexualite-maintenue-11-12-2013-1767570_23.php
Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
commenter cet article
29 novembre 2013 5 29 /11 /novembre /2013 09:57


Par Alexia Eychenne, publié le 28/11/2013 à  11:43

Pour lutter contre la mortalité des nourrissons et des femmes en couches, le groupe LifeSpring Hospitals gère 12 maternités privées, mais abordables, au prix d'une drastique chasse au gaspillage. Reportage. 
 

     

 

lifespring-hospitals-1_4533572.jpg

 Au rez-de-chaussée de la maternité "low-cost" LifeSpring à Hyderabad, une pharmacie externalisée pour réduire les coûts de fonctionnement.

L'Express/Alexia Eychenne


Chilkalguda, aux environs d'Hyderabad. Ce matin-là, le troisième étage de la maternité LifeSpring Hospitals retentit de pleurs de nourrissons. Assise sur le lit de sa chambre aux murs roses, séparée du palier par un mince rideau, une toute jeune femme, donne l'un de ses premiers biberons à son bébé. Depuis 2009, 22 000 nouveaux-nés ont poussé leur premier cri dans cette clinique à bas coûts et dans les 11 autres, implantées autour de cette ville de l'Inde du Sud, la sixième du pays. 

Là-bas, peu de femmes des milieux modestes peuvent s'offrir les services d'une maternité privée. Certaines s'en remettent aux hôpitaux publics saturés. D'autres accouchent chez elles, sans suivi. Résultat, avec 56 000 décès par an, l'Inde compte parmi les dix pays où la mortalité maternelle est la plus élevée. 309 000 bébés meurent aussi dans les vingt-quatre heures qui suivent leur naissance. 

Trois millions d'euros investis

Pour combattre ce fléau, le fond philanthropique Acumen et HLL Lifecare, géant public du secteur médical indien, ont investi, en 2009, plus de 3 millions d'euros dans cette chaîne de maternités "low-cost", LifeSpring Hospitals. A Chilkalguda, c'est dans un quartier populaire peuplé de petits commerçants, d'ouvriers et de chauffeurs de rickshaws que LifeSpring est implantée. Au coeur de son marché cible.

lifespring-hospitals-2_4533576.jpg
 L'Express/Alexia Eychenne

Dans son bureau, Sushmit Mitra, directeur des opérations, explique: "Nous ciblons les foyers qui gagnent jusqu'à 9 000 roupies par mois (104 euros) et peuvent donc payer un peu pour désengorger l'hôpital public." Les patientes parviennent à acquitter 64 euros pour un accouchement normal et 154 pour une césarienne. C'est plus qu'à l'hôpital, mais de 30 à 50% de moins que dans une clinique classique, selon Acumen.
Une stratégie du "zéro fioriture"

Pour offrir la même qualité de service, LifeSpring taille donc dans ses dépenses. "Zéro fioriture", résume Vijay Srinivas, à la tête du contrôle de procédure. Tout ce qui ne fait pas partie du coeur de l'activité -le suivi des grossesses jusqu'à la naissance- et augmente inutilement le coût des soins est sous-traité ou surfacturé. A Chilkalguda comme ailleurs, les locaux sont loués de dix à quinze ans. 
Finis les frais d'inventaire ou le surcoût lié aux produits périmés. Au rez-de-chaussée de la clinique, la pharmacie est externalisée, comme le laboratoire, où s'affaire une jeune femme en sari rose brodé. Des infirmières multitâches assurent aussi l'accueil: quand un accouchement se déclenche, elles quittent la réception pour assister leurs collègues de permanence au bloc. Elles ne sont titulaires que des deux premiers niveaux du diplôme de la profession, et donc un peu moins payées. 
Côté service, "la climatisation et la cantine ne sont pas incluses dans les chambres simples. Les patientes préfèrent les repas maison, ce que rend possible notre installation au coeur des communautés", indique Vijay Srinivas. L'eau filtrée, par contre, n'est pas en option: "Nous ne faisons pas de compromis sur l e confort minimal." 
Un million d'euros de chiffre d'affaires en 2012
Si LifeSpring a construit son modèle économique sur une cible précise -les classes moyennes inférieures-, ses cliniques accueillent toutes les urgences. Quelques chambres privées peuvent héberger les femmes plus fortunées. La fondation LifeSpring, financée par des dons, a offert un accouchement à une centaine de femmes démunies. LifeSpring Hospitals atteint l'équilibre financier. Le groupe a réalisé 1 million d'euros de chiffre d'affaires en 2012. 
"Nos dépenses sont couvertes et nous générons suffisamment d'argent pour nous étendre bientôt aux soins pédiatriques et gynécologiques", assure Sushmit Mitra. Les profits ne suffisent pas à financer le lancement de nouvelles structures et leur ouverture a été différée. Mais le groupe devrait bientôt solliciter de nouveaux investisseurs pour assurer la mise de départ
Source ; L'Express
Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
commenter cet article
28 novembre 2013 4 28 /11 /novembre /2013 12:14

1544470_pic_970x641.jpg

Mis à jour le 01.11.2013
Les manifestants demandent à l'ONU d'enquêter sur les assassinats de Sikhs perpétrés en Inde en 1984. Ils veulent que le «génocide» soit reconnu.
1/13 Des milliers de manifestants Sikhs ont manifesté ce vendredi 1er novembre 2013 devant le Palais des Nations unies à Genève.
Image: Keystone
 
Mots-clés / ONU Genève
 
Les Sikhs qui ont manifesté à Genève, au nombre de 3000, ont déposé une plainte à l'ONU et réclamé que le massacre commis il y a 30 ans jour pour jour en Inde soit reconnu comme génocide.
Les manifestants aux turbans multicolores venus de toute l'Europe et acheminés avec 90 autobus se sont massés sur la place des Nations, devant le siège de l'ONU. Le matin, une délégation a remis au Haut Commissariat aux droits de l'homme le dossier d'une procédure de plainte contre le gouvernement indien ainsi qu'une pétition munie d'un million de signatures.

Justice requise
«1984 oui c'est un génocide et nous demandons que justice soit faite», «Nations Unies reconnaissez le génocide des Sikhs en 1984» , «Trois jours, 30'000 morts, zéro condamnation, ONU aidez-nous» affirmaient les pancartes brandies par les manifestants sur la place.
Ils accusent le parti du Congrès d'avoir planifié en novembre 1984 des attaques systématiques contre les Sikhs, à travers toute l'Inde. «Nous avons épuisé toutes les procédures en Inde et ces crimes restent impunis, voilà pourquoi nous nous tournons vers l'ONU», a expliqué Gurpatwant Singh Pannun, conseiller juridique du mouvement.

L'ONU doit enquêter
Lors de ces attaques, au moins 30'000 Sikhs ont été tués, 300'000 déplacés et de nombreux temples sikhs brûlés, par des membres du parti du Congrès et de la police indienne dans toute l'Inde, selon les manifestants.
Ils demandent à l'ONU «d'enqu&eci rc;ter sur les assassinats délibérés, intentionnels et systématiques des Sikhs perpétrés à travers toute l'Inde pendant la première semaine de novembre 1984» et de reconnaître que ce massacre est un «génocide tel que ce crime est défini dans l'article 2 de la Convention de l'ONU sur le génocide».
Les Sikhs sont 20 millions en Inde, à 80% dans le Pendjab. La religion sikh est monothéiste et ne reconnaît pas le système indien des castes.
Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
commenter cet article
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 11:19


LE MONDE CULTURE ET IDEES | 21.11.2013 à 16h27 • Mis à jour le 21.11.2013 à 17h11 | Par Frédéric Bobin (New Delhi, correspondant régional)

 
 
3518387_3_952b_l-arbre-sacre-qui-marque-le-lieu-de-naissanc.jpg
L'arbre sacré qui marque le lieu de naissance du Bouddha, à Lumbini (Népal). | AFP/Kyle Knight

Enrobé de racines épaisses comme des jambes d'éléphant, l'arbre déploie son feuillage piqué de drapeaux à prières. C'est donc là que Maya Devi, reine des Shakya, s'est saisie d'une branche avant de donner naissance au Bouddha, au VIe siècle avant J.-C.
A proximité, un bassin réfléchit les nuages glissant des flancs de l'Himalaya. A cet endroit, la mère s'est lavée après l'enfantement, en cette eau tombée du ciel comme un hommage opportun, rapportent les textes canoniques. Le site de Lumbini baigne dans le sacré, et les visiteurs témoignent d'une dévotion sans relâche.

LE LIEU DE NAISSANCE DE L'« ÉVEILLÉ », DEVENU UN ENJEU GÉOPOLITIQUE

Le lieu de naissance de l'« Eveillé » est l'endroit le plus saint du bouddhisme. Il n'a pourtant longtemps été qu'une terra incognita, identifiée à la fin du XIXe siècle par des archéologues, après l'exhumation d'un pilier mémoriel érigé par le roi bouddhiste indien Ashoka (IIIe siècle avant J.-C.). Cette découverte n'a pas vraiment arraché la terre sacrée à l'abandon et à la friche.
Mais les temps changent. L'effervescence est en train de gagner Lumbini. Le site est devenu un enjeu géopolitique majeur au pied de cet Himalaya qui sépare l'Inde et la Chine.
Voilà que les deux géants d'Asie s'affrontent autour du Bouddha, âpre bataille relevant de la guerre du soft power, ce « pouvoir doux » par lequel les Etats cherchent à conquérir les c?urs et les esprits. Quand, en 2011, une organisation chinoise, Asia Pacific Exchange Cooperation Foundation (APECF), a proposé 3 milliards de dollars (2,2 milliards d'euros) pour « développer » Lumbini, c'est-à-dire en faire une destination touristique de masse pour pèlerins bouddhistes, New Delhi s'est ému. Le site est certes situé au Népal, mais à seulement 10 km de la frontière indienne.
Si le projet devait aboutir, la gloire qu'en retirerait Pékin aux yeux des 600 millions de bouddhistes à travers le monde serait un affront pour l'Inde qui, elle aussi, héberge des lieux saints du bouddhisme (Bodh Gaya, Sarnath, Nalanda?) et a toujours considéré Lumbini comme son arrière-cour.

REVANCHE DE L'HISTOIRE
New Delhi a pu compter sur la mobilisation de la communauté des Tharu. Ce groupe autochtone résidant autour de Lumbini, et qui redécouvre depuis peu une foi bouddhiste tombée en sommeil, a été en première ligne pour se mobiliser contre le projet d'APECF.
Son principal grief est que les Chinois ont pour mandataire népalais l'ex-chef de la guérilla maoïste, Pushpa Kamal Dahal, devenu, depuis l'accord de paix de 2006, un homme politique influent. « Le comité dirigeant mis en place autour de ce projet ne comptait aucun bouddhiste, dénonce Gopal Dahit, responsable de la Tharu Buddhist Society. Ils étaient tous hindous. Et la population tharu a été complètement ignorée. »
Manifestations locales et obstructions en tout genre ont eu raison du projet. En tout cas, pour l'instant. « Le projet est presque mort »,dit Hari Rai, agent de communication du Lumbini Development Trust, l'organisme gouvernemental chargé de la gestion du site. « Les Chinois qui voulaient mettre beaucoup d'argent ont été perturbés par l'hostilité à laquelle ils se sont heurtés », poursuit-il. L'Inde a probablement joué un rôle dans cette agitation, laissent entendre de nombreuses voix à Lumbini. Mais les Chinois, avertissent d'autres, n'ont pas dit leur dernier mot.
En attendant, un phénomène profond est en train de remodeler le paysage religieux aux environs de Lumbini : l'essor du bouddhisme au détriment de l'hindouisme. Cela sonne comme une revanche de l'Histoire. « Il y a dans le bouddhisme une quête du bonheur intérieur que je ne trouve pas dans l'hindouisme », explique Rakesh, un jeune converti. Certains cercles hindous commencent à se crisper face à l'érosion de leur hégémonie. A Lumbini, les fièvres montent.
 
Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
commenter cet article

Présentation

  • : Les Portes de l'Inde en Midi Pyrénées
  •  Les Portes de l'Inde en Midi Pyrénées
  • : Réseau artistique et culturel INDE en Midi Pyrénées Propose une photographie du paysage des associations, professionnels et amateurs en lien avec l'Inde. Création d'actions communes
  • Contact

Profil

  • Les-Portes-de-l-Inde
  • Le réseau culturel et artistique" Les Portes de l’Inde" regroupe des membres dont l'ambition est de préserver, protéger et promouvoir le patrimoine culturel, artistique et historique de l’Inde en Midi-Pyrénées.
  • Le réseau culturel et artistique" Les Portes de l’Inde" regroupe des membres dont l'ambition est de préserver, protéger et promouvoir le patrimoine culturel, artistique et historique de l’Inde en Midi-Pyrénées.