Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 16:12

Diwali 14 appel volontaires

 

 

                       APPEL à VOLONTAIRES pour rejoindre et renforcer l’équipe d’organisation de DIWALI 2014

       

                                             Réunions de préparation TOUS les mardis soir 19h30 (sauf 11 nov)

                                                         au 95, gde rue St Michel ( porche du cinéma Cratère)

                                                          M° St Michel\Marcel Langer ou M° Palais de justice


L’association Les Portes de L’Inde a pour vocation de réaliser les festivals indiens à Toulouse: ateliers toutes la journée pour enfants et adultes, initiations (danses, musiques), goûters, repas, spectacles.

Les Portes de L’Inde est une association composée de membres bénévoles qui s’engagent à donner de leur temps et leurs compétences pour le succès de ce festival autour des Cultures de l’Inde et des animations liant l’interculturalité, l’échange de connaissances et de pratiques.

 Programmation, assistance technique des activités, gestion des dossiers, comptabilité, organisation du catering (pour les artistes, bénévoles et membres de l’association, public), de la buvette, restauration,  des ateliers d’artisanat et jeux enfants, contrôle de la sécurité sur le site et communication de l’événement.

Diwali 2013 fut la 2ème édition où nous avons réalisé une très belle performance sur 1 journée entière avec des artistes professionnels, des amateurs de l’Inde, des expos photos, des boutiques d’artisanat et la présence d’associations humanitaires et culturelles oeuvrant pour l’Inde, un repas proposé par un restaurateur partenaire ….

Nous avons constaté avec plaisir que ce festival prend de l’ampleur et de la notoriété à Toulouse….

Donc sur ce constat, pour l’édition 2014, L’association Les Portes de L’Inde fait un appel à VOLONTAIRES  motivés à construire le prochain festival et le faire vivre …

Le thème de ce festival terminera le cycle « Rajasthan »

Nous organisons une réunion dans ce sens là, mardi 14 octobre à 19h30 dans le local du 95, grande rue Saint Michel (dans le hall de la cour du cinéma Cratère – M° Saint Michel/ marcel Langer ou Palais de Justice) … Ainsi que tous les mardis précédant le jour du festival (prévu pour le 22 novembre)

Donc si vous êtes motivés ou si vous connaissez des personnes susceptibles de l’être et disponibles, faites passer l’information et rendez-vous mardi 14 octobre !

*************

 

Sans le bénévolat, le Festival Diwali ne pourrait exister. L'investissement de ses membres fait de cet événement une manifestation humaine où chacun se met au service de l'autre dans un esprit de solidarité. Cette dimension résolument humaine, s'applique au monde des techniciens du son, de la lumière, du montage, qui forment l'équipe professionnelle du festival tout autant que des artistes.

 

Susceptibles de nous accorder de votre temps, en amont et pendant la manifestation, et nourris de cette volonté à contribuer à la réussite de cet événement festif, nous vous proposons un large panel de missions, ponctuelles ou régulières :

- Accueil des artistes –transports / loges…

- Accueil du public

- Billetterie - pour les repas

- Buvette / Restauration  - service / dressage de table /nettoyage…

- Tenir le stand Les portes de L’Inde

- Technique (en relation avec le régisseur) -: Montage et démontage des décorations / installation des espaces d’accueil, des stands …

- Technicien sono, lumière

- Diffusion  - campagnes de communication / distribution d’affiches et de programmes...

- Vous avez une activité susceptible de faire un atelier

- Vous êtes artistes dans un art indien et vous souhaitez faire une démonstration…

Si vous êtes intéressés, merci de vous faire connaitre auprès de France, Chandini (pour la partie artistique), Gérard ou Selva (pour la partie technique) (via FB ou lesportesinde@ymail.com) en précisant vos coordonnées complètes (adresse / téléphone / mail),  vos disponibilités, ainsi que les missions que vous souhaiteriez occuper pendant le festival.

Nous vous remercions d’avance de votre engagement et de votre contribution à la réussite de cet événement convivial !

Et au plaisir de partager cette nouvelle aventure en votre compagnie !

Les Portes de L’Inde

lesportesinde@ymail.com

FB : LesPortes deL’Inde réseau artistique

 

Prochaine réunion : mardi 14 octobre : 95, gde rue St Michel

 

 

 

 

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Les Portes de l'Inde Midi Pyrénées
commenter cet article
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 14:07

10469472 10204773561209012 2554129552352343760 n

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Les Portes de l'Inde Midi Pyrénées
commenter cet article
22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 18:00

10647139_736733533100664_8243720721192064052_n.jpg

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Réseau associatif
commenter cet article
22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 17:20

Comment les Indiens voient-ils leur pays, comment le subliment-ils ? Deux saisissantes séries du photographe Olivier Culmann sont exposées au festival Images de Vevey, en Suisse

Les clichés sur l'Inde ont la vie dure. Les touristes occidentaux rapportent des images d'un pays ancestral avec de belles couleurs. Les photojournalistes imposent leur regard, souvent misérabiliste. A l'inverse, les Indiens veulent voir un pays moderne, qui brille, au taux de croissance à deux chiffres, alors que la réalité est plus grise, et le développement plus lent que prévu. Le photographe français Olivier Culmann, qui a résidé  deux années en Inde, entre 2009 et 2011, interroge ces stéréotypes à travers deux séries saisissantes qu'il expose, " Diversions " et " The Others ", jusqu'au 5  octobre, au festival Images, à Vevey (Suisse). Ces ensembles montrent comment l'Inde se perçoit  et non comment nous la représentons - les deux visions étant  tout aussi fausses.

Pour sa première série, Olivier Culmann a réalisé des vues au moyen format, puis les a  confiées à des agences de publicité indiennes. Leur mission : retoucher les images comme elles le font pour celles de leurs clients, mais en conservant leur  structure afin qu'elles soient reconnaissables. Sur la première photo confiée par Culmann, on voit une dizaine de fonctionnaires et d'ouvriers en train de déjeuner, assis à même le sol. Au fond, un bâtiment inachevé et un centre commercial fatigué, le tout enveloppé d'une brume de pollution. " Sur la photo travaillée, il n'y a plus personne dans le cadre, car on ne veut pas voir des gens manger par terre, et puis le bâtiment est fini, le sol est tapissé de verdure, agrémenté de bosquets, le ciel est bleu, tout est propre. " On se croirait à Vevey.

Quand Olivier Culmann a montré les deux images à des Indiens, la plupart étaient persuadés qu'elles étaient vraies, et qu'elles documentaient l'évolution d'un chantier. Avant et après. " Ils ne veulent pas voir la réalité, ils filtrent leur regard. Ils fantasment leur pays ", observe le photographe.

Même chose pour les autres images confiées aux agences. Des passants sont remplacés par des filles en tenue sexy et des golden boys en costume - " des profils qu'on voit rarement ", dit l'artiste. Les voitures cabossées deviennent rutilantes et bien garées, des palissades en bois sont ajoutées pour donner une touche écolo, tout l'environnement urbain est propre (façades, murs, sol, ciel), les poteaux électriques et les chiens errants ont disparu, les couleurs apparaissent chatoyantes.

Dans une seconde série d'images, Olivier Culmann interroge les stéréotypes de la riche photographie vernaculaire indienne - portraits d'identité ou photos de mariage - à partir... d'autoportraits. " Je viens de la presse, d'une culture visuelle qui vise à imposer un regard occidental, explique le photographe. J'ai inversé le processus. J'ai beaucoup observé les gens, les visages, les codes sociaux et vestimentaires, selon les régions, métiers, castes ou religions. Puis, j'ai joué plusieurs rôles courants à travers mes autoportraits. Je crois qu'on en apprend plus sur la société indienne que si j'avais photographié des gens dans la rue ". Olivier Culmann a acheté des vêtements, travaillé avec un coiffeur. Il s'est rasé la tête, s'est laissé pousser la moustache ou la barbe. Il a joué, par exemple, à l'employé de bureau de New Delhi - pull sans manches, pantalon  pattes d'éléphant, cravate étriquée, petit sac en bandoulière.

Ensuite, il  a confié ces autoportraits en Indien  à des studios, dont la vitalité est insolente dans le pays, pour qu'ils les transforment à l'aide du logiciel Photoshop, selon leurs propres codes. Les interventions les plus fréquentes renvoient à la première série sur l'Inde fantasmée. " Les studios aiment éclaircir la peau, et ils la nettoient en enlevant les rides, les grains de beauté. Ils ajoutent aussi un fond attractif, un paysage... " Les studios, toujours pour idéaliser un portrait, collent souvent la tête du modèle sur un corps d'athlète, ou celui d'une star de Bollywood. " Ces corps sans tête, tu peux en acheter vingt pour moins de 1  euro à un studio, et tu choisis celui qui te plaît. "

Olivier Culmann est allé encore plus loin en déchirant verticalement, par le milieu, ses autoportraits en Indien, et a demandé à un studio de reconstituer la partie manquante de son visage avec l'ordinateur. Il donnait juste deux directives : que les yeux soient marron et la peau pas trop claire. Le résultat ? Culmann est parfois embelli, parfois non. Certains opérateurs veulent retrouver une symétrie du visage, d'autres pas du tout. Ils changent le fond, la coiffure, le vêtement... Difficile d'en tirer des conclusions. Sauf une : " La fidélité au visage ne compte pas ; ce qui compte, c'est d'en proposer un. "

On constate surtout que, en Inde, la réalité et la propriété de l'image sont deux notions très élastiques. " C'est une œuvre fantasmée et collective. " Que l'on s'approprie, détourne, bouleverse. Pour preuve - et l'on en arrive à la dernière étape du voyage photographique et décoiffant d'Olivier Culmann - : il a confié ses fameux autoportraits à des peintres indiens qui, à l'ancienne, ont réalisé son portrait pictural. Là encore, la créativité se débride. Traits, peau, couleurs, vêtements, fond... Mieux que du pop art.

Michel Guerrin

 

à voir" diversions " et " the Others "d'Olivier Culmann.Festival des arts visuels de Vevey. Parc du Panorama et dépendance nord de l'Hôtel des Trois Couronnes, 49, rue d'Italie, Vevey (Suisse).Jusqu'au 5 octobre. www.images.ch

Source : Le Monde du 20 septembre 2014
Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Actualité
commenter cet article
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 17:21

programme-Yoga--1.jpeg

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Les Portes de l'Inde Midi Pyrénées
commenter cet article
19 septembre 2014 5 19 /09 /septembre /2014 17:18

SASUKHA_au_Pays_de_la_Deesse_Solaire__affiche_T_P__10x15-jpeg

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Réseau associatif
commenter cet article
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 12:34

du 17 au 21 septembre 2014

Ecrivains de l'Inde

Columbia University in the City of New York (Paris)

 Mercredi 17 septembre 

18:30 – 19:30
École normale Supérieure
45 rue d'Ulm, 75005 Paris
ENTRÉE LIBRE (en anglais seulement)

Exil et retour au pays

Dans Clearing a Space: Reflections on India, Literature, and Culture, le romancier, poète, critique et musicien Amit Chaudhuri suggère que la modernité indienne se caractérise par la tension entre "arrachement" et "recouvrement", "exil" et "retour". 

Ce soir, il parlera de son impatience, en tant que romancier, musicien et critique, vis-à-vis de certains récits (sur l’Inde, la littérature indienne, la modernité, le modernisme, etc) qui cloisonnent l’exploration créatrice ; des espaces qu’il veut dégager ;  de la manière dont il navigue lui-même entre plusieurs mondes, formes et genres ; de l’ambivalence de l’appartenance ; de la singularité de son écriture littéraire et critique ; et de son dernier livre Calcutta, Two Years in the City (2013).
Il s’entretiendra avec Laetitia Zecchini, chargée de recherche au CNRS, spécialiste de la littérature indienne contemporaine et traductrice.

Participants : Amit Chaudhuri et Laetitia Zecchini

 

Jeudi 18 septembre

18:30 – 19:30
École normale Supérieure
45 rue d'Ulm, 75005 Paris
ENTRÉE LIBRE  (en anglais seulement)

Histoire et féminisme

Urvashi Butalia a co-fondé la première maison d’édition féministe d’Inde en 1984. Plus tard, elle a créé Zubaan Books, qui publie des livres de fiction, d’intérêt général et de littérature enfantine, en plus de la littérature féministe. Elle a notamment écrit The Other Side of Silence, qui aborde le rôle de la violence contre les femmes dans l’expérience collective de la Partition des Indes, à travers des entretiens avec plus de soixante-dix survivants.
Urvashi Butalia s’entretiendra avec Alexis Tadié, écrivain, critique et professeur de littérature anglaise à la Sorbonne.

Participants : Urvashi Butalia et Alexis Tadié


18:00 – 19:00
Columbia Global Centers | Europe
Reid Hall
4 rue de Chevreuse, 75006 Paris
ENTRÉE LIBRE

Mirrored Mind : My Life in Letters and CodeUne conversation avec Vikram Chandra 

Vikram Chandra est programmeur informatique depuis presque aussi longtemps qu’il est romancier. Dans son dernier ouvrage, il revient sur ses débuts dans l’écriture avec Red Earth and Pouring Rain, et examine les liens entre le monde de l’art et celui de la technologie. Programmeurs et écrivains sont obsédés par le style et l’élégance, mais les mots veulent-ils dire la même chose pour chacun ? Est-ce une coïncidence que Vikram Chandra soit attiré par deux façons de penser apparemment opposées ?
Pour répondre à ces questions, il se plonge dans les écrits d’Abhinavagupta, le poète du 10e et 11e siècles originaire du Cachemire, et crée une histoire de la programmation très particulière. Aux croisées de la théorie littéraire, l’histoire de la technologie et les mémoires, Mirrored Minds est un livre ambitieux. Vikram Chandra s’entretiendra avec Marc Parent, agent littéraire international et éditeur chez IndiaMaya Literary, directeur commercial et marketing pour le sous-continent indien chez Taschen Books.

Participants : Vikram Chandra et Marc Parent


20:00 – 21:30
Columbia Global Centers | Europe
Reid Hall
4 rue de Chevreuse, 75006 Paris
ENTRÉE LIBRE

This Is Not Fusion – Un concert

 « C’est un voyage riche et provoquant dans lequel il nous emmène… Une source d’inspiration… La musique du monde est bien plus intéressante grâce à la présence d’Amit Chaudhuri. » Peter Culshaw, SonglinesThis Is Not Fusion est un projet de musique expérimentale qui réunit plusieurs genres de musique occidentale du 20e siècle – tels que le jazz, le blues et le rock – et le raga indien.
Sa première représentation a eu lieu à Calcutta le 15 janvier 2005. Son créateur, Amit Chaudhuri, le poète, romancier et critique plusieurs fois primé, explique que le titre provocateur et surtout la musique visent à obtenir un langage scénique dont la base conceptuelle ne se limite pas à réunir deux sphères culturelles, à savoir « l’Orient » et « l’Occident ». 
Lorsqu’il compose, Amit Chaudhuri puise son inspiration dans l’idée que « pour la plupart des Indiens qui vivent en ville, ‘l’Orient’ et ‘l’Occident’ n’appartiennent pas à deux mondes différents, mais forment un héritage commun. Ils sont ancrés dans deux parties distinctes d’une même mémoire. C’est cette mémoire, où ce qui est « étranger » et ce qui est « inné » sont constamment redéfinis, que cette musique a pour but d’explorer.

Participants : Amit Chaudhuri, Paul Williams, Matt Hodges, Adam Moore et Nafees Irfan

 

Vendredi 19 septembre

11:30  – 13:00
Columbia Global Centers | Europe
Reid Hall
4 rue de Chevreuse, 75006 Paris
ENTRÉE LIBRE

La voie d’un écrivain

Cette année, nous sommes très fiers d’annoncer une nouvelle initiative du Festival pour promouvoir le dialogue interculturel et renforcer les liens entre jeunes auteurs originaires des États-Unis et de l’Inde. À cette fin, nous avons invité cinq nouveaux écrivains très prometteurs, issus de l’excellent programme MFA de Columbia Universty - Olutoyin Adeyemi, Elina Mishuris, Syed Irfan Muzammil, Margrét Ann Thors et Sukriti Yadava -  ainsi que cinq nouvelles voix indiennes - Dharini Bhaskar, Nandini Krishnan, Akhil Katyal, Amrita Mahale et Aditi Rao - sélectionnées parmi 700 participants via un concours du magazine Caravan. Nous allons réunir tous ces nouveaux talents de la littérature pour ce qui promet d’être une expérience inoubliable.Aujourd’hui, ces jeunes écrivains seront rejoints par des invités qui se sont déjà fait un nom sur la scène littéraire internationale : Sudeep Sen, Jeet Thayil, Geetanjali Shree et Vikram Chandra. Chaque jeune écrivain lira un extrait de son œuvre avant de retrouver les écrivains du Festival pour une discussion sur la vie de l’écrivain, sa place et son rôle en perpétuelle évolution dans la société.

Participants : Sudeep Sen, Jeet Thayil, Geetanjali Shree et Vikram Chandra, animé par Susan Bernofsky and Supriya Nair.

Avec Olutoyin Adeyemi, Elina Mishuris, Syed Irfan Muzammil, Margrét Ann Thors, Sukriti Yadava, Dharini Bhaskar, Nandini Krishnan,  Akhil Katyal, Amrita Mahale et Aditi Rao 

20:00- 21:30
Auditorium Colbert, Bibliothèque nationale de France
2 rue Vivienne, 75002 Paris
ENTRÉE LIBRE

Les nombreuses voix de l’Inde

Rejoignez des romanciers et poètes plusieurs fois primés pour une soirée de lecture en bengali, hindi, tamoul et anglais. Vous découvrirez quelques-unes des nombreuses voix de l’Inde, tout en admirant la beauté et le pouvoir de ces langues qui transcendent les frontières.Nous accueillerons de célèbres auteurs indiens venus d’Inde, du Royaume-Uni et des États-Unis : Kiran Desai, lauréate du prix Booker et diplômée de Columbia School of Arts ; Amit Chaudhuri, Jeet Thayil et Uday Prakash, autant de poètes et romanciers renommés ; les auteurs de best-sellers Indra Sinha, Shumona Sinha, Vikram Chandra et Akhil Sharma, ainsi que la merveilleuse poétesse tamoul Salma.

Participants : Kiran Desai, Amit Chaudhuri, Jeet Thayil, Uday Prakash, Indra Sinha, Shumona Sinha, Vikram Chandra, Akhil Sharma et Salma

Une traduction des textes sera disponible en français et en anglais.

Samedi 20 septembre

11:30 – 13:00
Lieu de rendez-vous précisé ultérieurement

Une visite guidée architecturale et littéraire de Paris

Laissez-vous entraîner dans une fascinante visite de deux quartiers parisiens, l’Île de la Cité et le Marais, menée par Patrick O’Connor, Professeur adjoint d’architecture, de planning et de préservation à Columbia University. Cet étonnant mélange d’ancien et de nouveau raconte les époques et les gens qui, des colons romains aux héros de la Résistance ou aux écrivains parisiens, ont contribué à dessiner le visage de la ville.Cette visite – en anglais  – ne sera accessible qu’à vingt participants. Nous vous encourageons donc à réserver rapidement. Le lieu de rendez-vous sera précisé une fois la réservation effectuée.

Billets: 25 euros, à régler en espèces sur place. Pour toute demande de réservation, merci de contacter eis2106@columbia.edu. Nombre de places limité. 


13:00 – 14:00
Columbia Global Centers | Europe
Reid Hall
4 rue de Chevreuse, 75006 Paris
ENTRÉE LIBRE

Raconter un beau mensonge ne le rend pas vrai pour autant

Indra Singha a été élu l’un des dix meilleurs concepteurs-rédacteurs britanniques de tous les temps, avant de devenir un romancier plusieurs fois primé. Il a aussi traduit du sanskrit trois ouvrages sur les enseignements du Kama Sutra et du Tantra et en a consacré d’autres aux mêmes sujets. Son premier roman,The Death of Mr. Love, s’inspire d’un meurtre commis dans sa ville natale de Mumbai. Son roman Animal’s People, publié en 2007, a été sélectionné pour le prix Booker. C’est une version romancée de la catastrophe de Bhopal, qui a fait 8 000 morts et plus de 500 000 blessés, lorsque 27 tonnes de produits chimiques toxiques se sont échappées de l’usine de pesticides Union Carbide.Il s’entretiendra avec la journaliste Kerenn Elkaim.

Participants : Indra Sinha et Kerenn Elkaim


13:30 – 15:00
Lieu de rendez-vous précisé ultérieurement

Une visite guidée architecturale et littéraire de Paris

Laissez-vous entraîner dans une fascinante visite de deux quartiers parisiens, l’Île de la Cité et le Marais, menée par Patrick O’Connor, Professeur adjoint d’architecture, de planning et de préservation à Columbia University. Cet étonnant mélange d’ancien et de nouveau raconte les époques et les gens qui, des colons romains aux héros de la Résistance ou aux écrivains parisiens, ont contribué à dessiner le visage de la ville.Cette visite – en anglais  – ne sera accessible qu’à vingt participants. Nous vous encourageons donc à réserver rapidement. Le lieu de rendez-vous sera précisé une fois la réservation effectuée.

Billets: 25 euros, à régler en espèces sur place. Pour toute demande de réservation, merci de contacter eis2106@columbia.edu. Nombre de places limité. 


14:30 – 16:00
Columbia Global Centers | Europe
Reid Hall
4 rue de Chevreuse, 75006 Paris
ENTRÉE LIBRE

Langues et politique

Pour de nombreux auteurs indiens, le choix de la langue d’écriture est important et parfois risqué. Il peut avoir d’énormes répercussions et influer sur les ventes à l’échelle nationale et internationale.Parmi les participants à cette discussion passionnante sur le vaste sujet des langues, citons Geetanjai Shree, romancière et auteur de nouvelles qui écrit en hindi et a connu un succès fulgurant lorsque son roman Mai a été traduit en anglais ; Annie Montaut,  la traductrice française de Geetanjali ; Uday Prakash, poète, professeur, journaliste et auteur de nouvelles qui écrit en hindi et a traduit de nombreux auteurs dans cette langue, notamment Pablo Neruda ; la romancière Shumona Sinha, qui vit en France et écrit désormais en français, bien que sa langue maternelle soit le bengali ; et Salma, une poétesse qui écrit en tamoul, l’une des plus anciennes langues encore parlées dans le mondeIls seront rejoints par Gayatri Chakravorty Spivak, Professeur d'université et membre fondateur de l’Institute for Comparative Literature and Society  de Columbia University.

Participants : Geetanjali Shree, Annie Montaut, Uday Prakash, Shumona Sinha, Salma et Gayatri Chakravorty Spivak


17:00 – 18:00
Columbia Global Centers | Europe
Reid Hall
4 rue de Chevreuse, 75006 Paris
ENTRÉE LIBRE

Mondialisation et littérature

 La mondialisation était porteuse d’espoir, dans les grands pays comme dans les petits, pour les auteurs écrivant dans des langues peu connues. Éditeurs et auteurs espéraient qu’elle abolirait les frontières géographiques et la barrière de la langue, ouvrant par la même occasion de nouveaux marchés. Cela s’est-il vraiment produit ? Ou bien la mondialisation a-t-elle au contraire eu un impact négatif sur les écrivains et leur possibilité d’être publiés dans de nouveaux pays et d’être traduits dans d’autres langues ?Notre prestigieux panel d’invités sera composé d’ Akeel Bilgrami,– Professeur de philosophie à Columbia University, écrivain et membre du Committee on Global Thought ;  Vishaka Desai conseillère en affaires internationales du Président de Columbia University et Professeur chargé de formation professionnelle à la Faculté des Affaires internationales et publiques,  et l’auteur et éditrice Urvashi Butalia. Ils débattront des conséquences de la mondialisation sur leurs lectures, leur travail et leur interprétation du monde – qu’elles soient positives ou négatives, attendues ou inattendues.En conversation avec Damien Aubel, critique littéraire de Transfuge.

Participants : Akeel Bilgrami, Urvashi Butalia, Vishaka Desai et Damien Aubel


19:00 – 21:00
Columbia Global Centers | Europe
Reid Hall
4 rue de Chevreuse, 75006 Paris
ENTRÉE LIBRE

SALMA : projection suivie d’une conversation avec la poétesse

D’après le Huffington Post, ce documentaire sur la vie de la poétesse tamoul Salma, réalisé en 2013 par Kim Longinotto, est « beau et tragique », et Salma est « une femme exceptionnelle ».Salma, jeune musulmane vivant dans un village du sud de l’Inde, a 13 ans. Sa famille la séquestre, lui interdit d’étudier et la marie de force. Pendant 25 ans, les mots sont l’unique salut de Salma. Elle commence à griffonner des poèmes sur des bouts de papier et parvient, grâce à un habile subterfuge, à les faire sortir de la maison pour qu’ils atterrissent entre les mains d’un éditeur. Contre toute attente, Salma est devenue l’un des poètes tamoul les plus célèbres à ce jour. Elle a découvert sa propre liberté et remis en cause les traditions et les codes de conduite de son village.Ne manquez pas la projection de Salma, suivie d’une discussion avec la poétesse et Judith Oriol, de retour à Paris après quatre ans en Inde en tant qu'Attachée pour le Livre et l’Écrit à l'Ambassade de France. 

Participants : Salma et Judith Oriol


13:00 – 14:30
Auditorium Colbert, Bibliothèque nationale de France
2 rue Vivienne, 75002 Paris
ENTRÉE LIBRE

L’édition dans un monde globalisé

Quelles sont les difficultés lorsque l’on publie des ouvrages d’autres cultures et d’autres langues ? Comment trouver des traducteurs capables de transposer les mots d’une langue à une autre tout en préservant leur beauté et leur sens ? Comment donner envie aux lecteurs de découvrir des auteurs étrangers dont ils n’ont jamais entendu parler, même si ces auteurs sont incontournables dans leur propre pays ? Nous demanderons à un panel de rédacteurs en chef et d’éditeurs qui, à eux tous, ont publié la plupart des grandes figures littéraires de l'Inde, de partager leurs expériences.Ne ratez sous aucun prétexte cette table ronde fascinante entre la première éditrice féministe d’Inde, Urvashi Butalia  (Zubaan, Inde), et  certains des éditeurs les plus respectés de France :  Anne Freyer (Éditions du Seuil), Benita Edzard et Maggie Doyle (Éditions Robert-Laffont) et animé par Vishaka Desai, de Columbia University.

Participants : Urvashi Butalia, Benita Edzard, Maggie Doyle, Anne Freyer et Vishaka Desai 


15:00 – 16:00
Auditorium Colbert, Bibliothèque nationale de France
2 rue Vivienne, 75002 Paris
ENTRÉE LIBRE

Y a-t-il un modèle historique universel ? Une vie dans l’histoire, avec Sanjay Subrahmanyam

Sanjay Subrahmanyam parle plusieurs langues et vit entre la France, où il occupe la chaire d’Histoire globale de la première modernité au Collège de France, et les États-Unis, où il est professeur et occupe la chaire Irving et Jean Stone en sciences sociales à UCLA (University of California, Los Angeles). Sa recherche se concentre sur l’Inde du Sud, l’empire moghol et l’époque moderne en Europe ou, comme il la surnomme, « l’époque moderne en Eurasie ». Mais il s’est également penché sur l’Asie centrale et du sud-est, l’Iran et l’histoire de l’empire ottoman. Un de ses collègues, Srinath Raghavan, a récemment écrit :« Ses connaissances couvrent toute l’époque moderne, du 15e au 18e siècle, et bien plus encore. De même, son expertise géographique comprend l’Asie du Sud, du Sud-Est et occidentale, l’Europe occidentale et l’Amérique latine. Ses compétences techniques vont de l’analyse statistique de données économiques à l’interprétation de matériaux littéraires et visuels. Subrahmanyam était historien économiste, avant de s’intéresser également à l’histoire politique, intellectuelle et culturelle. Il travaille dans plus de dix langues européennes et asiatiques, et puise ses sources dans de multiples fonds d’archives. Sa productivité est impressionnante. Subrahmanyam semble capable d’écrire de grands livres d’histoire plus vite que nous savons lire. »Ne manquez pas cette conversation entre un éminent historien, qui abordera sa vie et son œuvre, la nature de l’histoire et de la recherche historique, et son évolution selon les cultures et les pays, et l’une des sommités de Columbia University, le Professeur de philosophie Akeel Bilgrami.

Participants : Sanjay Subrahmanyam et
Akeel Bilgrami


16:30 – 17:30
Auditorium Colbert, Bibliothèque nationale de France
2 rue Vivienne, 75002 Paris
ENTRÉE LIBRE

The Loneliness of Sunny and Sonia

En 2006, Kiran Desai devient la plus jeune femme à remporter le prestigieux prix de littérature Man Booker pour son second roman, La perte en héritage, une histoire qui aborde avec tristesse le thème de la mondialisation et avec joie le confort de la vie villageoise en Inde. Elle travaille actuellement à son nouveau roman, The Loneliness of Sunny and Sonia. Sous un angle comique, elle y décrit une histoire d’amour qui ne se termine jamais vraiment entre deux Indiens d’aujourd’hui. Elle en profite pour examiner les manifestations de la solitude en Occident et en Orient, dans le contexte géographique et émotionnel de l’actuelle mondialisation. The Loneliness of Sunny and Sonia traite de la promesse et de l’échec du féminisme, du fossé grandissant entre les riches et les pauvres, la ville et la campagne, et des différentes manières par lesquelles la modernité affecte notre spiritualité vis-à-vis de la solitude et de l’amour. Le livre s’interroge sur l’existence d’une solitude mondiale, devenue aussi capricieuse et fondamentale que l’eau, passant de la notion occidentale d’individualité à la spiritualité indienne, de la subsistance à la honte. Rejoignez Kiran Desai pour une discussion animée sur la vie, l’amour et la littérature.Kiran s’entretiendra avec Florence Noiville, auteur et journaliste du journal Le Monde.

Participants : Kiran Desai et Florence Noiville


19:00 – 20:00
Maison de la Poésie
157 rue Saint-Martin  75003 Paris

Narcopolis : Drogues, sexe et mort. Une conversation avec Jeet Thayil

Jeet Thayil est né à Mamalassery, dans le Kerala. Il  a étudié à Bombay, Hong Kong et New York. Parmi ses quatre collections de poèmes, citons English etThese Errors are Correct, qui a remporté le prix Sahitya Akademi en 2013 dans la catégorie poésie en anglais. Il est le rédacteur en chef de The Bloodaxe Book of Contemporary Indian Poets. Il est également musicien et compositeur. En 2012, son roman Narcopolis a remporté le prix DSC de littérature d’Asie du Sud. Il a été nominé pour cinq autres récompenses, dont le prix Man Booker, le prix littéraire Man Asian et le prix du Commonwealth.Ce soir, il abordera sa vie et son œuvre au cours d'une discussion avec Marc Parent.

Participants : Jeet Thayil et Marc Parent

En partenariat avec la Maison de la Poésie.

20:30 – 22:30
Maison de la Poésie
157 rue Saint-Martin 75003 Paris

Slam-traduction

Cette nouvelle forme de performance interactive a vu le jour à Montréal et s’est exportée à New York, où elle est devenue un must du festival PEN World Voices. Aujourd’hui, elle traverse l’Atlantique pour le plus grand bonheur du public parisien. Le slam-traduction étudie la métamorphose qui se produit lorsqu’un texte est traduit dans une autre langue. La bataille se déroule sur scène : un auteur lit ses écrits en version originale, suivi par le traducteur qui entre à son tour dans la danse…. En fin de soirée, vous verrez à quel point il est facile pour les mots de s’égarer poétiquement dans le processus. C’est aussi l’occasion d’apprécier le travail des héros méconnus de la littérature : les traducteurs !

Participants : Sudeep Sen, Geetanjali Shree, Akhil Sharma et six traducteurs - Cyrielle Ayakatsikas, Bernard Turle, Olivier Deparis, Annie Montaut, Dominique Vitalyos et (une autre à confirmer). Animé par Xavier Combe 

En partenariat avec la Maison de la Poésie.


 

Dimanche 21 septembre

13:00 – 14:30
Columbia Global Centers | Europe
Reid Hall
4 rue de Chevreuse, 75006 Paris
ENTRÉE LIBRE

Parler de sujets graves

Entre la catastrophe de Bhopal dans le roman Animal’s People d’Indra Sinha, les fumeries d’opium et les rapports sexuels illégaux à Mumbai dans leNacropolis de Jeet Thayil et un tragique accident qui détruit une famille dans Family Life d’Akhil Sharma, nous sommes propulsés dans des univers très sombres. Comment ces auteurs font-ils pour ne pas plonger leurs lecteurs dans le désespoir ? L’espoir et l’optimisme ont-ils encore leur place ? Ces brillants écrivains parleront de leur travail et des différents thèmes qu'ils abordent.Ils seront rejoints par Vaiju Naravane, éditrice chez Albin Michel

Participants : Indra Sinha, Jeet Thayil, Akhil Sharma et Vaiju Naravanne


15:00 – 16:30
Columbia Global Centers | Europe
Reid Hall
4 rue de Chevreuse, 75006 Paris
ENTRÉE LIBRE

Réécrire l’histoire

Rejoignez deux historiens qui emploient des méthodes radicalement différentes pour mener leur travail de recherche. Urvashi Butalia s’est entretenue avec plus de soixante-dix survivants de la Partition des Indes pour son livre, The Other Side of Silence. De son côté, Sanjay Subrahmanyam s’appuie sur des textes originaux et des archives. Il lui arrive même d’apprendre de nouvelles langues afin d’avoir accès à certains documents. Leurs approches ont beau être différentes, ces auteurs ont su créer des méthodes innovantes qui ont changé notre perception du passé et de l’histoire récente.Ils seront rejoints par Gayatri Chakravorty Spivak, Professeur d'université et membre fondateur de l’Institute for Comparative Literature and Society  de Columbia University.

Participants : Sanjay Subrahmanyam, Urvashi Butalia et Gayatri Chakravorty Spivak


17:00 – 18:30
Columbia Global Centers | Europe
Reid Hall
4 rue de Chevreuse, 75006 Paris
ENTRÉE LIBRE

Le langage universel

Nous clôturerons cet hommage à la littérature indienne avec une séance de lecture à laquelle participeront des poètes écrivant dans différentes langues  - hindi, tamoul et anglais. Ne manquez pas cet événement avec Jeet Thayil, Salma, Sudeep Sen, Uday Prakash et Karthika Naïr. Quelle meilleure façon de clore en beauté notre festival ?

Participants : Jeet Thayil, Salma, Sudeep Sen, Uday Prakash et Karthika Naïr

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Réseau associatif
commenter cet article
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 12:25

affiche_yoga_2014.jpg

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Les Portes de l'Inde Midi Pyrénées
commenter cet article
14 septembre 2014 7 14 /09 /septembre /2014 12:15

affiche-1.jpg

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Réseau associatif
commenter cet article
12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 19:18

 

 

 

Dimanche 21 septembre  2014  à Toulouse, jardin Raymond VI, 2ème édition de

 «  Toulouse à l’heure du yoga »


Sous le haut patronage de l’Ambassade de l’Inde et en partenariat avec la Mairie de Toulouse, cet événement est organisé par l’association «Les Portes de l’Inde Midi-Pyrénées ».

 

 

L’association « Les Portes de l’Inde » propose  un événement  de partage, regroupant plus d’une vingtaine d’associations et d’écoles de Yoga de Toulouse, permettant la découverte et l’expérimentation de cet art ancestral indien.


Cette année, la journée est organisée autour du thème des « Yoga-Sutra » de Patañjali


La journée est rythmée  par :

Deux grandes séances de yoga collectives ouvertes à tous à 11h30 et à 17h00

Des démonstrations et des initiations de différentes pratiques de yoga

L’apprentissage de techniques simples pouvant améliorer le quotidien  (comment soulager un mal de dos,  mieux gérer le stress,  améliorer son sommeil …)

Des méditations guidées

Une conférence de Madame Françoise Mazet -écrivaine, professeur de yoga, traductrice des textes fondateurs du yoga- sur Patanjali : fondateur du Yoga, à 15h

Une exposition retraçant l’histoire du yoga et de ses différents courants

Un débat qui permettra aux néophytes d’appréhender l’essentiel du yoga.

« Toulouse à l’heure du Yoga »  s’associe à la journée internationale de la Paix organisée par l’ONU

et propose une méditation collective à cette occasion.

 

Il est proposé aux enfants, tout au long de la journée, du yoga pour les petits et des activités calmes et ludiques, tel que les coloriages de mandalas.

 

 Toutes les activités proposées ainsi que l’accès sont gratuits.


Possibilité de se restaurer sur place : un repas indien est proposé, avec musiques et de danses indiennes.


L’association « Les Portes de l’Inde Midi Pyrénées » est une association loi 1901, fondée en 2011, qui  assure la promotion de la culture de l’Inde au travers de manifestations : Holi (fête des couleurs) et Diwali (fête des lumières), journée des femmes, journée de la Danse (sous l’égide de l’Unesco), diffusion et présentation de films, cours de Hindi, et qui rassemble en un vaste réseau articulé autour de la culture de l’Inde, les populations indiennes, népalaises, sri lankaises mais aussi réunionnaises, mauriciennes, antillaises, ainsi que tous les amateurs ou curieux de cette culture.


Contact : Gérard PIAU ou France AZEMA  « Les Portes de l’Inde » . Tel : 05 61 57 63 95 ou 06 82 44 75 23

Mail : lesportesinde@ymail.com.

 Adresse postale : Les Portes de l’Inde  16 Gd Rue St Michel A51 31400 Toulouse 

 

journee-yoga-toulouse.com

Repost 0
Published by Les-Portes-de-l-Inde - dans Les Portes de l'Inde Midi Pyrénées
commenter cet article

Présentation

  • : Les Portes de l'Inde en Midi Pyrénées
  •  Les Portes de l'Inde en Midi Pyrénées
  • : Réseau artistique et culturel INDE en Midi Pyrénées Propose une photographie du paysage des associations, professionnels et amateurs en lien avec l'Inde. Création d'actions communes
  • Contact

Profil

  • Les-Portes-de-l-Inde
  • Le réseau culturel et artistique" Les Portes de l’Inde" regroupe des membres dont l'ambition est de préserver, protéger et promouvoir le patrimoine culturel, artistique et historique de l’Inde en Midi-Pyrénées.
  • Le réseau culturel et artistique" Les Portes de l’Inde" regroupe des membres dont l'ambition est de préserver, protéger et promouvoir le patrimoine culturel, artistique et historique de l’Inde en Midi-Pyrénées.